Accueil > Actualités, Economie, Politique, Société > Halal : Un rapport confidentiel pointe les dérives de l’abattage rituel en France.

Halal : Un rapport confidentiel pointe les dérives de l’abattage rituel en France.

Un rapport confidentiel que Le Point s’est procuré jette une lumière crue sur l’abattage rituel tel qu’il est pratiqué en France. Remis aux autorités en novembre 2011, le document, rédigé par dix experts et hauts fonctionnaires du ministère de l’Agriculture, a été soigneusement enterré. Il est vrai que cet audit de 54 pages émanant du Conseil général de l’alimentation contient une vérité qui n’est pas bonne à dire : les Français ont progressivement, et sans le savoir, été mis au régime halal.

Chaque année, on tue dans notre pays 1 milliard de poulets et de lapins, 25 millions de porcs, plus de 6 millions de bovins, ou encore 4 millions de moutons. Une exécution silencieuse organisée à l’abri des regards. Le débat sur le halal réveille notre mauvaise conscience de carnivores. Il force à s’interroger sur ce qui se passe dans les abattoirs, sur le fonctionnement de ces usines de mort. Difficile, désormais, de regarder son morceau de steak sans imaginer l’animal à l’autre bout de la chaîne.

Aujourd’hui, comme l’indique le rapport, plus de la moitié des bovins, ovins et caprins tués en France le sont suivant un mode d’abattage "rituel", halal ou casher. Ce qui signifie que les animaux sont saignés alors qu’ils sont encore conscients. Pour les moutons, la proportion grimpe à 58 %. Une réalité bien différente des chiffres annoncés par Bruno Le Maire, qui, sur le plateau de France 2, le 20 février, expliquait que seulement 14 % de la viande était concernée par l’abattage rituel. "Pour minimiser le phénomène, le ministre de l’Agriculture a préféré communiquer sur le tonnage de viande plutôt que de décompter le nombre d’animaux abattus de façon rituelle", décrypte le vétérinaire Jean-Pierre Kiefer, président de l’Oaba, l’œuvre d’assistance aux bêtes d’abattoirs, seule association habilitée par les pouvoirs publics à contrôler in situ les conditions d’abattage.

 

En fait, dans l’espace de mise à mort des abattoirs, la fameuse "zone noire", tous les animaux sont saignés vivants. Pour que la viande soit consommable et puisse être conservée, il est indispensable qu’au moment où la bête se vide de son sang le coeur batte encore. D’où la solution trouvée d’étourdir le bétail avant la mise à mort. Cette pratique est obligatoire en France depuis un demi-siècle.

Dérive
Pour continuer à pratiquer la saignée traditionnelle, sans étourdissement préalable, musulmans et juifs ont obtenu une dérogation. Mais, progressivement, ce qui devait rester une exception est devenu la règle. Comme le souligne le rapport : "Il existe bien une situation fragile où l’abattage rituel pourrait devenir la norme au lieu de rester une pratique dérogatoire." Comment expliquer cette dérive, qui fait qu’au­jourd’hui le nombre d’animaux tués par un sacrificateur dépasse largement la demande religieuse, laquelle ne concerne en France que 7 % de la population ?

abattage-rituel-OABA.jpg

Non seulement la France est confrontée à une inflation de l’abattage rituel, mais en plus, comme le dénonce le rapport, celui-ci est souvent pratiqué hors des clous. En principe, l’animal doit rester immobilisé dans une cage de contention, parce que, une fois qu’il a la gorge tranchée, chaque mouvement accroît sa douleur. Or, pour tenir la cadence, les responsables d’abattoirs sont tentés d’écourter cette étape. Dès que le sacrificateur a fait son oeuvre et dit sa prière, le bétail est remplacé par un autre. Et, comme il est dit dans le rapport, "l’animal encore conscient est laissé au sol en train de perdre son sang avec des mouvements de pédalage, voire suspendu sur le rail". Une agonie qui varie de dix-sept secondes à cinq minutes pour les ovins et peut durer jusqu’à un quart d’heure pour un bovin.

[...]

Article complet ici : Halal : ce que nous cachent les abattoirs

Rapport confidentiel du ministère de l’Agriculture: http://www.lepoint2.com/pdf/rapport-confidentiel-agriculture.pdf

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 311 autres abonnés

%d bloggers like this: