Accueil > Rions un peu..., Société > Dans le secret de l’urinoir

Dans le secret de l’urinoir

Que se passe-t-il dans les toilettes des hommes?

Pas mal d’hommes fantasment sur les toilettes publiques pour femmes, qu’ils imaginent comme autant de gynécées où des beautés en tenue vaporeuse se repoudrent le nez avec grâce et élégance. Quels naïfs! Les toilettes pour femmes sont au moins aussi crades et olfactivement répugnantes que les toilettes pour hommes –sinon davantage parce qu’elles y restent plus longtemps et y font plus de trucs innommables.

Je le sais parce que je fais partie de ces malotrus qui ignorent systématiquement les petits panneaux madame-monsieur lorsqu’ils n’ont pas le temps d’attendre que leurs chromomosiquement semblables leur fassent de la place et que, en face, il reste un créneau…

Ma vision de l’éternel féminin en prend un coup, mais ma vessie m’en est reconnaissante.

Je me demande d’ailleurs si, en retour, les femmes fantasment sur ce qui se passe de l’autre côté. Je subodore que non, qu’elles savent d’instinct que ce n’est pas très ragoûtant ou ont déjà vu les vestiaires d’une équipe de foot sur Canal+, mais il doit bien y avoir deux-trois tordues là-dehors dont le cerveau dysfonctionne exactement comme celui d’un homme.

Une chose qu’elles ne savent certainement pas, puisque c’est un secret bien gardé dont même les hommes ne causent pas entre eux ou alors à voix basse et après un repas bien arrosé, c’est à quel point l’utilisation des urinoirs obéit à un code non-écrit dont la transgression est aussi inconcevable qu’un mélange blanc-couleurs dans un lave-linge –pour faire une analogie qu’une femme pourra vraiment appréhender (hey, c’est pour rire, c’est bon, on n’est pas le 8 mars…).

L’intimité indispensable à une mise à nu partielle…

C’est que rien n’est plus désagréable que de pisser à 10 centimètres de distance d’un inconnu. On a beau ne pas avoir de complexes et être généralement à l’aise en société, c’est une opération qui relève de l’intime, de la mise à nu (partielle, mais tout de même) et que l’homme, qui est souvent un être sensible et secret sous ses dehors bourrus, a besoin de solitude pour effectuer.

D’abord, il y a toujours le risque que le voisin d’urinoir ait l’œil baladeur et se mette à examiner votre équipement avec trop d’attention. Qu’il soit simplement curieux, qu’il cherche à se rassurer sur le caractère standard de son propre matériel, qu’il soit à la recherche de l’âme sœur, peu importe… Ses motivations ne sauraient être légitimes et pisser en paix et sans vis-à-vis immédiat est un droit de l’homme qui mériterait d’être constitutionnalisé.

Oui, la mienne paraît peut-être plus petite que la tienne, espèce de pervers, mais c’est une simple question de circonstances et je ne vais pas te fournir de détails sur la question! Oui, tu pisses peut-être plus dru que moi, mais c’est parce que j’y étais déjà allé avant le film et que, là,  je prends juste mes précautions au cas où!

Mêle-toi un peu de ce qui te regarde, merde!

Deux ou trois urinoirs de séparation

La configuration idéale, du coup, c’est un minimum de trois urinoirs en ligne, l’idée étant de se positionner à l’extrême gauche ou à l’extrême droite en espérant qu’il ne viendra pas à l’idée d’un crétin ou d’un distrait de se coller à vous pour vous perturber pendant ce petit moment introspectif. Un urinoir unique, ça peut-être bien aussi, mais c’est souvent dans un espace claustrophobiquement confiné qu’on les trouve, et c’est alors le type en train de se savonner les mains qui bénéficie d’un point de vue plongeant sur votre braguette et c’est encore plus agaçant.

Mais bon, nous sommes en France et vous pourriez compter les types qui se lavent les mains en sortant des toilettes sur les doigts de votre main droite si elle n’était pas occupée ailleurs… L’urinoir unique, c’est un moindre mal.

Il y a des hommes que ça angoisse tellement, en fait –mais pas moi, je ne suis pas de cette espèce veule–, qu’ils préfèrent attendre qu’un WC qui ferme à clé soit libre pour s’éviter toute gêne inutile. Il faut les voir, les pauvres, patienter en prenant l’air détaché de celui qui est venu pour la grosse commission tout simplement parce que même deux ou trois urinoirs de séparation, ça ne serait pas encore assez pour les débloquer. Tss… A ceux-là, je dis, en toute fraternité s’entend: personne n’est dupe. Car enfin, qui fréquente encore les cagoinces mal-tenues et sans PQ de l’UGC pour ce genre de business? Vous ne pouvez pas attendre d’être rentrés à la maison comme tout le monde? Vous avez un lourd secret à préserver? Un tout petit zizi ou un misérable micro-jet de gamin prépubère?

Les filles, franchement, vous avez du pot (en voilà, une expression pertinente), vu qu’il y a toujours la queue (hé hé..) chez vous et même si Freud était convaincu que l’envie du pénis était le grand traumatisme de votre existence: l’urinoir, c’est vraiment un truc chiant.

http://i.imgur.com/g5Eae.jpg?1

http://www.slate.fr/story/52505/urinoirs-toilettes-hommes-secrets

Catégories:Rions un peu..., Société
  1. K.H
    9 avril 2012 à 01:36

    Je confirme : Chez les femmes c’est encore plus crade ! Je suis pas allé voir mais on me la dit ^^

  1. No trackbacks yet.

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 315 autres abonnés

%d bloggers like this: