Accueil > Actualités, International, Politique > Les Libyens veulent-ils vraiment la démocratie ?

Les Libyens veulent-ils vraiment la démocratie ?

Alors que les premières élections municipales viennent d’être organisées à Misrata, une des villes symboles de la révolte contre le colonel Kadhafi, un sondage sème le trouble : interrogés sur leur modèle politique préféré, seuls 12 % des Libyens appellent de leurs vœux une démocratie.

Un sondage ne fait pas l’élection mais il est inquiétant. Sondés par les universités de Benghazi et d’Oxford, le panel de Libyens indique à 25 % sa préférence pour « un seul leader fort ». 23 % soutiendraient un gouvernement de technocrates. Très logiquement, les sondés choisissent comme modèle à suivre pour la Libye les riches et autoritaires Emirats Arabes Unis (22%) plutôt que les Etats-Unis (4,6%). Les auteurs de l’étude soulignent que ce résultat n’est pas étonnant dans un pays qui n’a jamais connu de régimes démocratiques : pouvoir ottoman, colonisation italienne et monarchie du roi Idriss se sont succédé. Une nation sans expérience de la liberté, qui sort d’une longue dictature, Kadhafi ayant pris le pouvoir en 1969. Mais on aurait justement pu s’attendre à ce que les Libyens embrassent un système dont ils avaient été privés. D’autant que des élections législatives sont prévues pour juin 2012.

Cette méfiance envers la démocratie n’est pas propre aux Libyens
[…]

Le soutien à la démocratie était particulièrement faible au Pakistan (37%), pays que l’armée a pourtant dominé plus de la moitié du temps depuis l’indépendance de 1947. Et, pour faire avancer des projets concrets (lutte contre la corruption en particulier), les deux tiers des sondés, y compris en Inde, ne voyaient pas d’inconvénients à l’émergence d’un « leader fort qui ne s’embarrasse pas avec les élections ».

En réalité, la démocratie n’est pas le sujet
Dans le sondage de 2008, un tiers des sondés asiatiques ne répondaient pas, faute de comprendre la question, il est vrai assez conceptuelle, du « meilleur régime politique » à leurs yeux. Aujourd’hui, 18 % des Libyens sont encore analphabètes et assez éloignés de la science politique. Les préoccupations de la majorité de la population sont pratiques.

[…]

Comme l’ont montré les victoires des partis islamistes en Tunisie, en Egypte ou au Maroc, ce sont les formations qui apportent des réponses concrètes à ces préoccupations, plutôt que les partis libéraux, plus « idéologiques », qui trouvent une audience sur le marché électoral.

Article complet ici : http://www.atlantico.fr/decryptage/libyens-veulent-democratie-sondage-12-analphabetisation-ideologie-guillaume-lagane-294216.html

  1. Aucun commentaire pour l’instant.
  1. No trackbacks yet.

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :