Accueil > Actualités, BLOG, Economie, France, Rions un peu..., Social, Société, Vidéo > Un gîte contre les idées reçues Vs « Embedded tourism » : une nuit dans un bidonville, ça vous tente ?

Un gîte contre les idées reçues Vs « Embedded tourism » : une nuit dans un bidonville, ça vous tente ?

Un bidonville Rom de Seine-Saint-Denis accueille désormais des vacanciers en service hôtelier. Du « tourisme embarqué en milieu précaire », explique-t-on.

J’ai parfois tendance à me prendre pour un bobo de compétition, avec mes pénates rue Oberkampf, mes légumes bios made in AMAP ou le vélo qui me sert d’auto, mais je viens pourtant de prendre une sacrée leçon de vie : le bobo ultime, le dur, le tatoué, c’est désormais celui qui passe ses vacances dans un bidonville Rom du 9-3 et trouve ça tout simplement formidââble…

En apprenant, dans le Parisien d’hier, qu’il existait un truc pareil ― un hôtel en tôle ondulée dans un camp de fortune, sans eau courante (la toilette se fait avec deux bassines, l’une pour le haut du corps, l’autre pour le bas) mais à 40 euros la nuit ―, j’ai d’abord pensé à un canular du premier avril. C’est vrai ça, les journaux aiment bien sortir des énormités dans ce genre le jour de la saint Hugues et je les en remercie généralement mais là, c’était presque trop…

Renseignements pris, ce n’est pas un poisson du tout mais bien le moyen, pour un progressiste innovant, de démontrer son ouverture d’esprit et son goût pour les chemins de traverse en testant les conditions de vie de familles misérables à quelques kilomètres du centre de Paris pour mieux s’émouvoir de leur gentillesse et de leur simplicité.

Bon, ce n’est pas exactement présenté comme ça par les initiateurs du bidule, évidemment, mais le côté « à la recherche du bon sauvage rousseauiste » est tellement gênant qu’on ne sait pas s’il faut se marrer ou se mettre en colère. Peut-être les deux. Non, en fait, c’est présenté comme un « moyen de vaincre les préjugés » et l’équivalent des « journalistes embedded qui intègrent les troupes de combat ». Des hôtels comme ça, il en existe d’ailleurs déjà trois autres en Europe, dont deux en Allemagne et un au Kosovo dans un camp de réfugiés.

Si encore le préjugé à vaincre était que vivre dans un bidonville sans eau courante dans la banlieue de l’une des métropoles les plus riches au monde, c’est acceptable, on pourrait presque adhérer au concept. Mais pas du tout : ici, on parle presque d’un mode de vie plaisant, dans un camp propre et « sans ferraille ni détritus », où les arbres sont en fleurs et les oiseaux chantent. Bruno, le client « polytechnicien » rencontré par la journaliste du Parisien, a l’air « frais, reposé et émerveillé » :

« On est à Paris, là. Vous le croyez ? J’ai rarement eu un tel accueil » sourit ce passionné de voyages qui a découvert cette adresse pour le moins insolite par un article de presse. C’est tout ce que j’aime en termes d’authenticité et de rencontres improbables avec des gens qui ont le cœur sur la main. Dire qu’un peu plus, je passais ce temps précieux dans un hôtel aseptisé, comme il en existe des centaines, des lieux sans identité ».

Formidââble, on vous dit.

A Bruno, on a envie de signaler qu’il existe aussi d’excellentes prisons-hôtels de par le monde, où l’on ne peut malheureusement toucher du doigt la réalité de la condition carcérale puisque les prisonniers véritables ont été remplacés par des serveurs et des femmes de chambres. Il y a même des agences qui organisent des voyages touristiques dans des pays en guerre, où l’on peut voir de vrais morts ou de vrais blessés. Parfois, même des Roms, d’ailleurs.

Un résidant Rom de Montreuil très ennuyé : "Zut alors, je crois que j'ai encore pris deux réservations pour la 12 le même week end..."

Un résidant Rom de Montreuil très ennuyé : « Zut alors, je crois que j’ai encore pris deux réservations pour la 12 le même week end… » Crédit Pascal Rossignol / Reuters

Hugues Serraf  pour http://www.atlantico.fr/decryptage/hotel-gelem-roms-montreuil-hugues-serraf-322863.html

*****************************

Un gîte contre les idées reçues

Une association propose depuis quelques mois de venir dormir dans une chambre d’hôte située au cœur d’un camp Rom, aux portes de Paris. Cette initiative, qui a déjà attiré cinq personnes, doit permettre de combattre les préjugés.

Chemise bleu ciel, jeans et chaussures en cuir, Bruno Ricordeau a l’air frais et reposé du touriste encore tout émerveillé par son périple au bout du monde. Sauf que son aventure s’est déroulée aux portes de la capitale, en Seine-Saint-Denis. « Ce que je viens de vivre est unique et inespéré à Paris », sourit ce polytechnicien âgé d’une quarantaine d’années, marié et père de trois filles.

Il est venu du Mans passer quatre jours en région parisienne dans le cadre de son travail. Plutôt que dormir dans une chambre d’hôtel, il a opté pour une chambre d’hôte peu banale, dans un bidonville rom situé dans le quartier des Murs-à-Pêches à Montreuil. Dépaysement assuré.

Un air de campagne

A l’entrée, une dizaine de baraques en taule ingénieusement agencées se succèdent. Ce samedi matin, une femme balaie le sol en terre. Ici, ni détritus, ni ferrailles. Le camp est propre. Les maisons placées sous l’égide de l’association Ecodrom ont l’accès à l’électricité, autorisé par la municipalité qui a également mis à disposition un point d’eau à la sortie du campement. Sur place, pas de douche. Durant son séjour, Bruno doit se laver à l’ancienne dans deux bassines, une réservée pour le bas du corps, l’autre, pour le haut. « On fait comme nos grand-mères. L’eau est un peu froide mais c’est revigorant », s’amuse-t-il.

Au fond de l’allée cernée de hauts murs, le chalet qui sert de chambre d’hôte s’ouvre sur les terrains cultivés par les familles roms. Des branches couvertes de fleurs blanches tombent des arbres. Les oiseaux chantent. « On est à Paris, là. Vous le croyez? » s’enthousiasme Bruno.

Alex, le chef de camp, vient saluer son hôte, en lui apportant des tasses et du café. « J’ai rarement eu un tel accueil. C’est tout ce que j’aime en termes d’authenticité et de rencontres improbables avec des gens qui ont le cœur sur la main. Dire qu’un peu plus, je passais ce temps précieux dans un hôtel aseptisé, comme il en existe des centaines, des lieux sans identité », sourit ce passionné de voyages qui a découvert cette adresse pour le moins insolite par un article de presse.

Pour ce dépaysement, Bruno a déboursé 120 € pour trois nuits. Une somme qui sera reversée à la communauté. « Chacun donne ce qu’il veut. Mais vu l’accueil… j’ai même participé à l’anniversaire de l’un des enfants hier (NDLR : jeudi soir), où j’ai bu et mangé jusqu’à point d’heure, du coup, je ne pouvais pas faire moins », assure-t-il.

Rens. sur : http://www.hotelgelem.net ou ecodrom.org. Tél. 06.13.43.09.79

http://www.leparisien.fr/societe/video-un-gite-contre-les-idees-recues-01-04-2012-1933929.php

  1. Aucun commentaire pour l’instant.
  1. No trackbacks yet.

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :