Accueil > Actualités, France, Politique, Présidentielles 2012, Société > Le vrai handicap de la gauche : Incapable de penser le monde actuel

Le vrai handicap de la gauche : Incapable de penser le monde actuel

François Hollande continue de se revendiquer social-démocrate. Mais avec la crise économique, ce modèle semble à bout de souffle, tandis que la gauche traditionnelle de Jean-Luc Mélenchon inspire une partie des électeurs.

Atlantico : Le modèle social-démocrate, dont se revendique François Hollande, repose sur un équilibre entre l’acceptation du capitalisme et la redistribution des ressources. Mais en pleine crise économique, l’Etat providence a-t-il encore quelque chose à redistribuer ?

Christophe Prochasson : Il est clair que le modèle social-démocrate tel qu’il s’est définit après la Seconde guerre mondiale est aujourd’hui périmé dans une large mesure. La crise participe largement à ce constat, qui s’inscrit tout de même dans une tendance qui se dessine depuis les années 1980. l faut rappeler que ce modèle n’a jamais été celui de la gauche française. Le modèle social-démocrate s’appuyait sur un réformisme de classe, une intégration de la politique et du monde syndical. C’est ce qui existait dans d’autres pays européens, comme le travaillisme britannique ou la social-démocratie allemande. En France, la tradition politique de gauche a longtemps été dominée par une critique radicale du capitalisme et un discours reposant sur le changement de régime économique dominée par une forte inspiration révolutionnaire.

François Hollande n’est pourtant pas dans la remise en cause de l’économie de marché et défend des notions de justice sociale. Ces références s’approchent malgré tout de la social-démocratie. Ces repères ont-ils un avenir dans le contexte économique actuel ?

C’est vrai, François Hollande ne remet pas en cause l’économie de marché. D’une certaine façon, je pense que c’est même plus que cela : il ne remet pas en cause le capitalisme comme mode de production des richesses. D’ailleurs, qui le remet véritablement en cause en France à part une extrême minorité qui se place à l’extrême gauche de l’extrême gauche ? Même Jean-Luc Mélenchon, malgré l’agitation de son drapeau rouge, ne condamne pas le capitalisme. La raison en est simple : nous sommes dans une conjoncture historique dans laquelle il n’y a pas d’alternative au capitalisme. A part la Corée du Nord et la Chine, qui réussit le tour de force d’être à la fois capitaliste et communiste. Le capitalisme constitue aujourd’hui le seul horizon historique à échelle humaine.

François Hollande ne se situe pas du tout dans la recherche d’un renouvellement des fondements de la social-démocratie.Il y a eu des tentatives dans ce sens en Grande-Bretagne : c’est ce que Tony Blair a appelé le New Labour qu’il a construit avec des théoriciens tels qu’Anthony Giddens. Il y a eu des mobilisations aussi en Suède. Mais tout cela n’est plus d’actualité.Le candidat socialiste creuse dans ces directions sans que cela veuille dire qu’il ait la réponse.

Les forces d’opposition, aujourd’hui, cherchent à réfléchir à des formes d’organisation différentes qui répondent à des maux sociaux et économiques. Cela ne remet pas pour autant en cause le capitalisme. C’est non seulement légitime mais tout à fait sage. Reste que cela brouille ostensiblement l’ancien clivage qui avait permis la définition de ce que sont la droite et la gauche.

[…]

Jean-Luc Mélenchon parvient-il à répondre à ce sentiment d’injustice ressenti par un nombre croissant de Français plus que François Hollande ?

Je ne crois pas. Jean-Luc Mélenchon propose de vieilles réponses qui s’enracinent dans une mythologie qui a fait vivre la gauche pendant très longtemps. Il se repose surtout sur des réponses venues d’en haut : l’Etat. Les adhésions que trainent Jean-Luc Mélenchon, aux alentours de 15%, sont proches de ce qu’a toujours représenté le reliquat de la gauche révolutionnaire : communistes et extrême gauche. Ces tendances ont obtenu à peu près 14% sur les élections de 1995 et 2002, c’est cohérent.

Jean-Luc Mélenchon grappille peut-être 1 ou 2 points de plus du fait de l’aspect extraordinaire de sa campagne. Mais je ne crois pas que les électeurs croient en Jean-Luc Mélenchon. Ils cherchent dans ce personnage un tonus supplémentaire à apporter à la politique de François Hollande. A l’ère du numérique, Jean-Luc Mélenchon parvient à raviver le souvenir de Georges Marchais en défendant l’idée d’un passé qui était meilleur. Il joue sur la nostalgie importante au sein de la gauche française. Mais il ne s’agit pas, à mon sens d’un vote d’adhésion à ses propositions politiques.

L'histoire de l'île du Giglio compte un long historique de catastrophes dans ses eaux.

http://www.atlantico.fr/decryptage/hollande-vrai-handicap-gauche-orpheline-modele-pour-penser-monde-actuel-christophe-prochasson-323511.html?page=0,1

  1. Aucun commentaire pour l’instant.
  1. No trackbacks yet.

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :