Accueil > Actualités, Culture, Société, Techno > Oculométrie, quand les ordinateurs liront dans les pensées

Oculométrie, quand les ordinateurs liront dans les pensées

Lorsque cette fiction sera devenue réalité, le débat sur le droit à la vie privée prendra une toute autre dimension.

Jetez, un instant, un œil aux mots qui suivent:  »  Républicain. Avortement. Démocrate. Futur. Afghanistan. Système de santé. Mariage homosexuel. »

La façon dont vous venez de lire cette liste en dit long. Vos yeux se sont-ils attardés, une fraction de seconde, sur certains de ces termes? Vos pupilles se sont-elles légèrement dilatées lors de votre lecture? La fréquence de vos battements de paupières a-t-elle changé à un moment ou à un autre? Avez-vous fait machine arrière pour relire l’un ou l’autre des mots, et si oui, lesquels, quand, et pour combien de temps?

L’oculométrie s’appuie sur les images fournies par une ou plusieurs caméras pour capturer les mouvements et les modifications structurelles de nos yeux, et mesure l’ensemble de ces données avec une précision millimétrique. Cette technique compte nombre d’applications bénéfiques – elle permet notamment à certaines personnes handicapées d’interagir avec des objets sur un écran.

Mais de récentes avancées vont la rendre bientôt accessible au grand public. Les principales applications se feront tout d’abord dans les secteurs de l’interface utilisateur et du jeu vidéo. Apple a déposé une demande de brevet pour une interface oculométrique en trois dimensions, et la société européenne Sensye prévoit dès l’an prochain d’intégrer son logiciel oculométrique à certains smartphones.

Cette technologie va gagner nos ordinateurs portables, nos tablettes et nos téléphones dans les prochaines années – et ouvrira un nouveau front dans le débat tendu qui entoure le droit à l’intimité numérique.

L’oculométrie n’est pas encore prête pour le marché de masse. Les calculs requis essoufflent les puces informatiques actuelles – jusqu’aux modèles avancés des appareils grands publics. Par ailleurs, ces ordinateurs haut-de-gamme ne sont pas tous équipés de caméras «en facade», permettant de capturer des images des yeux de l’utilisateur.

Mais ces obstacles disparaissent au fur et à mesure que nos téléphones portables (entre autres appareils) deviennent plus puissants. Les ordinateurs portables et les tablettes d’aujourd’hui auraient sans doute du mal à réaliser les calculs oculométriques, mais ceux de 2015 le feront sans peine. Et la plupart d’entre eux seront équipés de caméras en façade.

Une fois cette technologie en place, elle récoltera des informations – non seulement sur ce que nous lisons sur le Web, mais aussi sur la façon dont nous les lisons. Votre regard s’est-il attardé quelques secondes sur une publicité, sur laquelle vous avez finalement décidé de ne pas cliquer? Comment vos yeux bougent-ils lorsqu’ils absorbent le contenu d’une page? Avez-vous une préférence ou une aversion particulière pour certains mots, certaines phrases, certain sujets? Les publicités du futur seront-elles choisies non seulement vis-à-vis de vos anciens achats, mais aussi de vos pensées – pensées trahies par vos mouvements oculaires?

Ces informations seront collectées, analysées et revendues à des centaines d’entreprises – publicitaires, prestataires d’analyse de données, et bien d’autres – à travers l’écosystème numérique, via ce que ce secteur d’activité appelle «la chaîne de valeur du marketing mobile».

Suite de l’article sur Slate.fr

Catégories :Actualités, Culture, Société, Techno
  1. Aucun commentaire pour l’instant.
  1. No trackbacks yet.

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :