Accueil > Actualités, Economie, France, Société, Techno > La high-tech fait croître le coût des coupures d’électricité

La high-tech fait croître le coût des coupures d’électricité

D’après une étude RTE, le coût des dommages liés aux coupures d’électricité a progressé de 10 % en dix ans, notamment du fait de la vulnérabilité des nouvelles technologies.

Le coût des dommages subis par les consommateurs en cas de coupures d’électricité a augmenté d’environ 10% au cours de la dernière décennie en France, reflétant l’essor des nouvelles technologies et la tertiarisation de l’économie, selon une étude publiée mercredi.

Le coût économique moyen d’une coupure d’électricité supérieure à 3 minutes s’élève à 26 euros par kilowattheure non délivré, « soit, à titre de comparaison, à environ 200 fois le prix de la fourniture de cette même énergie », conclut l’étude publiée par RTE, filiale d’EDF qui gère le réseau national de lignes à haute tension.

Il varie fortement selon les catégories de consommateurs, de 19 euros/kWh pour les ménages à 34 euros pour les entreprises, reflétant la disparité des dommages subis en cas de coupures (ex: arrêt d’une ligne de production pour une usine, perte de données voire de matériel informatique pour une société de services, denrées alimentaires avariées pour un ménage…).

Ce montant « s’est accru d’environ 10% sur la dernière décennie », a souligné dans un communiqué le gestionnaire de réseau, qui attribue cette augmentation au développement des nouvelles technologies et à la tertiarisation de l’économie, qui rendent la société française « plus sensible à la sécurité d’alimentation et à la qualité de fourniture » du courant.

Le coût des coupures se situe par ailleurs dans la moyenne haute des études comparables réalisées à l’étranger, selon RTE.

137 euros le kilowattheure dans les transports

L’étude a également cherché à chiffrer le « coût sociétal » des coupures (par exemple, perte de confort ou de temps), là encore très variable selon le type de clientèle. Il s’avère « extrêmement élevé » dans les transports ferroviaires, à 137 euros le kilowattheure, en raison du temps perdu par les passagers.

Cette enquête, la première du genre en France depuis 1994, a été menée entre septembre 2010 et avril 2011 par le Centre d’études et de recherches sur l’énergie (Ceren) auprès de 1.550 consommateurs de tout type (des ménages aux grands industriels directement raccordés au réseau de RTE).

Elle doit aider RTE à évaluer la pertinence de ses investissements pour renforcer et développer son réseau. RTE a en particulier entrepris de lourds travaux pour renforcer les lignes électriques en Bretagne et en Provence/Côte-d’Azur, zones considérées comme les maillons faibles du réseau électrique national et donc les plus sujettes aux risques de coupures.

http://www.lesechos.fr/entreprises-secteurs/energie-environnement/actu/0202017513012-la-high-tech-fait-croitre-le-cout-des-coupures-d-electricite-313914.php?xtor=RSS-2059

  1. Aucun commentaire pour l’instant.
  1. No trackbacks yet.

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :