Accueil > Actualités, France, Politique, Présidentielles 2012, Société > Electionscope : le modèle qui trouve Nicolas Sarkozy gagnant à 50,2%…

Electionscope : le modèle qui trouve Nicolas Sarkozy gagnant à 50,2%…

Le site de prévisions et d’analyses économique et politiques, Electionscope, est l’un des rares observateurs à ne pas voir François Hollande vainqueur de la présidentielle. Les fondateurs du site utilisent un modèle dont les pronostics se sont toujours révélés exacts depuis la fin des années 1990… Ils l’ont refait tourner après le premier tour.

On a remarqué des instituts qui penchaient véritablement pour certains candidats ou blocs politiques.

Par exemple, on note que Jean-Luc Mélenchon a été majoré par les instituts CSA et TNS Sofres. L’IFOP ou Opinionway avaient tendance à plutôt le minorer. L’observation est plus nette pour les deux principaux candidats. On a vu que BVA et TNS avaient une véritable tendance à majorer François Hollande et que Opinionway et Harris Interactive, voire l’IFOP, avaient au contraire tendance à minorer le candidat socialiste.

Il est extrêmement délicat d’être totalement affirmatif sur le fait que ces instituts roulent pour un candidat ou un autre. Il faudrait regarder à ce moment-là les relations qui existent entre les sondeurs et leurs clients, médias et politiques.

Mais notre constat empirique montre tout de même un biais systématique de 6 instituts sur 8. On a également observé que certains instituts avaient littéralement changé de comportement en cours de route. Pendant trois mois, CSA avait tendance à majorer Nicolas Sarkozy et, au dernier moment, ils se sont mis à le minorer. TNS Sofres a eu exactement le même comportement. Il y a donc un mimétisme entre certains instituts.

L’institut qui majore le plus est BVA. Sofres et Ipsos ont également tendance à sur-majorer ou minorer des candidats. Les bons élèves seraient plutôt Opinionway, Harris Interactive ou l’Ifop.

En quoi votre méthode diffère-t-elle de celle des instituts de sondage classiques ?

Il s’agit d’un modèle statistique qui est fait sur des séries de données très longues (sur la 5ème République). Nous ne mesurons pas des intentions de vote mais des facteurs qui pourraient statistiquement impacter le vote. Nous prenons principalement en compte le taux de chômage, la variable clé en France depuis 1974. Ensuite, nous évaluons la crédibilité et la popularité de l’exécutif. La popularité, retravaillée et réinterprétée, est un indicateur qui nous permet de déterminer le socle de crédibilité  de l’exécutif. Les tests empiriques qui ont été faits sur l’indicateur de popularité montrent que l’économie à court terme représente au minimum 50% de ce dernier.

Quels résultats obtenez-vous alors pour le second tour de l’élection présidentielle ?

Nous obtenons le chiffre de 50,2% pour Nicolas Sarkozy au second tour. Il est important de noter que le modèle place la droite en tête depuis octobre 2010, date à laquelle le chômage a commencé à s’améliorer avant de se dégrader à nouveau à la fin de l’année 2011.

Suite de l’article ici

 

  1. Aucun commentaire pour l’instant.
  1. No trackbacks yet.

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :