Accueil > Actualités, France, International, Politique > Le retrait total des troupes d’Afghanistan fin 2012 est techniquement impossible

Le retrait total des troupes d’Afghanistan fin 2012 est techniquement impossible

Selon Le Canard enchaîné, le retrait total des troupes d’Afghanistan fin 2012 est techniquement impossible et coûtera 350 000 euros par aller-retour.

S’agira-t-il de la première promesse non tenue du nouveau président de la République ? Pendant la campagne électorale, François Hollande (cliquez pour voir son parcours militaire) avait promis qu’il retirerait les troupes françaises d’Afghanistan dès la fin 2012 (quand Sarkozy lui, n’annonçait un retrait total qu’en 2013). Sauf que d’après Le Canard enchaîné, ce retrait anticipé sera techniquement impossible. En cause : le contexte géopolitique qui complique le départ des troupes.

Jusqu’en octobre 2011, l’OTAN pouvait acheminer hommes et matériels en Afghanistan via le Pakistan grâce à un accord entre le gouvernement pakistanais et la coalition. Mais depuis une bavure liée à une erreur de tirs de drones fin 2011, le Pakistan refuse désormais le transit par son territoire. L’OTAN est donc obligée d’utiliser les voies aériennes. Un vrai problème : « sous-équipée en avions gros-porteurs, la France devra en louer pour évacuer ses centaines de blindés, camions, canons, hélicos », explique l’hebdomadaire. Ce n’est pas nouveau : chaque année, l’armée de l’air loue déjà des avions gros-porteurs pour 30 millions d’euros. « Mais compte-tenu du volume matériel à rapatrier, il faudra réserver d’autres appareils », indique Le Canard.

Et c’est là que ça se complique pour la France : comme les autres membres de la coalition ont annoncé le retrait complet des troupes d’ici 2014, « les Français ne sont pas les seuls à lorgner les gros-porteurs russes ou biélorusses Antonov ». En clair, il n’y en aura pas pour tout le monde et il faudra mettre le prix : le coût de chaque rapatriement par gros-porteurs est estimé à 350 000 euros l’aller-retour.

La hiérarchie militaire aurait déjà prévenu François Hollande, via l’ambassadeur de France à Bruxelles (un ancien du cabinet de Kouchner), qu’un retrait anticipé serait impossible. Le presque président a donc trouvé la parade : les troupes combattantes partiront les premières, le matériel suivra plus tard. Une position qui fait sourire au sein de l’armée : « C’est un habillage médiatique », a assuré un gradé au Canard enchaîné. Car il faudra bien des soldats et une intendance pour veiller sur tout le matériel laissé en Afghanistan avant de le rapatrier progressivement jusqu’en 2013. Soit le calendrier établi par Sarkozy.

Fichier:US Air Force C-17 Globemaster III formation.jpg

Source
– B. R., « Le retrait d’Afghanistan très en retrait », Le Canard enchaîné n°4776, 09.05.2012 via politique.net

  1. Aucun commentaire pour l’instant.
  1. No trackbacks yet.

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :