Accueil > Actualités, Economie, France, Social, Société > 24,2% des descendants d’immigrés non-européens sont au chômage

24,2% des descendants d’immigrés non-européens sont au chômage

Le Haut Conseil à l’intégration a remis mardi au Premier ministre un rapport sur l’emploi des immigrés qui préconise des formations mieux ciblées.

Cela faisait près de vingt ans que le Haut Conseil à l’intégration (HCI) n’avait pas rédigé de rapport sur les immigrés et le marché du travail. Or quel meilleur facteur d’intégration que le fait d’avoir un emploi ? Le HCI a réparé cette lacune en rédigeant un document d’une centaine de pages, remis au Premier ministre mardi, et dont « Les Echos » ont pu consulter le contenu.

Quelques idées reçues

Les chiffres réunis dans le rapport permettent de confirmer certaines réalités mais aussi de battre en brèche quelques idées reçues. Si le taux de chômage des immigrés issus des pays tiers à l’Union européenne est bien deux fois supérieur à celui des Français nés de parents français (20,2 % pour les premiers, 8,7 % pour les seconds), il est étonnant, et même inquiétant, de remarquer que le taux de chômage des descendants d’immigrés non européens est lui, encore plus élevé (24,2 %).

La France et l'immigration

Les primo-arrivants (immigrés présents depuis moins de cinq ans sur le territoire) ne sont donc pas forcément ceux qui ont le plus de difficultés à s’insérer sur le marché du travail, en tout cas pour les hommes.

Les chiffres des taux d’activité sont à cet égard parlants. Pour les hommes, les taux d’activité sont systématiquement plus élevés chez les immigrés hors Union européenne que chez les Français de souche. La situation est bien différente pour les femmes. A l’exception des femmes issues d’Afrique subsaharienne, toutes les autres immigrées hors UE sont en dessous du taux d’activité des Françaises. Les immigrées hors UE ne sont que 53,5 % à être actives.

Privilégier des formations très pratiques

Pour le Haut Conseil à l’intégration, ce constat est la preuve que les efforts des pouvoirs publics en termes d’intégration sur le marché de l’emploi doivent se concentrer sur les flux issus de l’immigration familiale, composés majoritairement de femmes peu diplômées venant rejoindre leur mari en France. « L’immigration familiale est aussi une immigration de travail où les besoins en formation sont considérables, ne serait-ce que sur l’apprentissage du français, qui est indispensable pour trouver un emploi », estime Suzel Anstett, chargée des études au HCI.

A cet égard, le rapport est très critique sur les effets du contrat d’accueil et d’intégration (CAI) que chaque immigré entrant sur le territoire pour une durée d’un an au moins est désormais obligé de signer. Un bilan de compétences lui est associé gratuitement, mais d’une durée de trois heures seulement, et non reconnu par Pôle emploi.

« C’est un dispositif qui doublonne inutilement avec le droit commun. C’est de l’argent gâché », regrette Benoît Normand, secrétaire général du HCI, qui préconise plutôt de le remplacer par des formations courtes pour apprendre à rédiger un CV ou à conduire un entretien. Et invite les branches professionnelles les plus concernées par l’emploi d’immigrés (propreté, construction, restauration) à développer davantage de modules de formation très pratiques de mises en situation.

http://www.lesechos.fr/economie-politique/politique/actu/0202115616767-pres-d-une-femme-immigree-sur-deux-est-inactive-333568.php

  1. Aucun commentaire pour l’instant.
  1. No trackbacks yet.

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :