Accueil > Actualités, Culture, France, Patrimoine, Société > YouTube censure un poème de Frédéric Mistral !

YouTube censure un poème de Frédéric Mistral !

Alors que le site de partage de vidéos Youtube recèle de vidéos suintant
la haine contre les Français en particulier et les Blancs en général,
ce site vient de censurer la diffusion du poème Au Pople Nostre du félibre Frédéric Mistral pour… “incitation à la haine raciale”.

Au Pople nostre                                                    À notre Peuple

Paure pople de Prouvènço,                 Pauvre peuple de Provence,

Sèmpre mai entamena.                         Toujours plus abîmé.

Sènso sousto ni defènso,                     Sans abri ni défense,

Is óutrage abandouna !                      Abandonné aux outrages !

A l’escolo te derrabon                           A l’école ils arrachent,
Lou lengage de ti grand                        La langue de tes parents,
E toun desounour acabon,             Et pour ton déshonneur ils finissent,
Pople, en te desnaturant.                   Peuple, en te dénaturant.

Di vièi mot de toun usage                 Des vieux mots de ton usage

Ounte pènses libramen                       Où tu penses librement
Un arlèri de passage                            Un fou de passage

T’enebis lou parlamen.                         T’interdit de les parler.

Te mastrouion li cervello,                      Ils te pétrissent le cerveau,
T’endóutrinon coume un niais,          Ils t’endoctrinent comme un niais,
Pèr fin que la manivello                       Pour qu’à la fin la manivelle
Vire tóuti au meme biais.             Tourne pour tous de la même manière.

Toun Istòri descounèisson,               Ils ne connaissent pas ton Histoire,
Te la conton d’à rebous ;                     Ils te la racontent à l’envers ;
E te drèisson, te redrèisson                Ils te dressent, te redressent,
Tau qu’un pople de gibous.                 Comme un peuple de bossus.

Te fan crèire que sa luno                   Ils te font croire que leur lune
Briho mai que toun soulèu,                   Brille plus que ton soleil,
E toun amo s’empaluno,              Et ton âme s’enfonce dans le bourbier,

Aplatido em’un roulèu.                             Aplatie par un rouleau.

Te fan crèire que ti paire                        Ils font croire à tes pères

N’an jamai rèn fa de bon                  Qu’ils n’ont jamais rien fait de bon
E, reguergue à l’usurpaire,               Et, très fâcheux, à l’usurpateur,
Jamai res que ié respond !                   Jamais personne ne répond !

Ti bèlli cansoun bouniasso,              Tes belles chansons sans malice,

Lis óublides, o badau !                         Tu les oublies oh, naïf !
Pèr li vilanié bestiasso                            Pour les viles bêtises
Que te plovon d’amoundaut.                    Qui te tombent d’en haut.

Sabes plus ourdi ti fèsto,                  Tu ne sais plus commencer tes fêtes,

Sabes plus jouga ti jo :                          Tu ne sais plus jouer tes jeux :
Pièi quand as chanja de vèsto,              Puis quand tu as changé de veste,
Rèstes pigre coume Jo.                          Tu restes pauvre comme Job.

E pamens es tu la mena,                       Et cependant c’est toi la voie,
Lou grouün de la nacioun,                         Le germe de la nation,
Ounte Aquéu d’amount semeno                Où Celui là-haut sème
Soun èterno creacioun.                               Son éternelle création

Tu, sauvant lis abitudo                            Toi, sauvant les habitudes
E lou gàubi dou Miejour,                            Et l’art de faire du Midi,

Sauves la coumparitudo                              Tu sauves l’égalité
De la raço e dóu sejour.                      De notre nation et du savoir vivre.

Nosto lengo e si prouvèrbi                   Notre langue et ses proverbes
An soun nis à toun fougau                       Ont son nid à ton foyer
E nous gardes la supèrbi                           Et tu veille l’orgueil

De ti fiho que fan gau.                         De tes filles qui font notre joie.

Pèr te faire dire seba                             
Pour te faire dire « assez »
Tout te cougno : mai, testard,                 Tout te pousse : mais, têtu,

Rèn qu’em’ un fuiet de cebo                 Rien qu’avec une feuille d’oignon
Te remountes bon sóudard.                      Tu remontes bon soldat.

Tu soulet foses la terro                          Toi seul tu laboures la terre

E rebroundes l’óulivié                                Et tu retailles l’olivier 
Cerques lou bonur ounte èro              Tu cherches le bonheur où il était

E la joio ounte n’i’ avié,                           Et la joie où il y en avait,

Quand li gènt se countentavon              Quand les gens se contentaient

De crussi lou pan d’oustau                    De manger le pain fait maison
E que tout lou jour cantavon             Et que toute la journée ils chantaient
Sus l’araire e lou dentau.                           Sur la charrue et le sep.

Mai, bèu pople, lou pos vèire             Mais, beau peuple, tu peux les voir

Li rasclet, li margoulin,                          Les raclures, les margoulins,
Que mespreson vuei si rèire                   Qui méprisent leurs anciens
Noun se croumpon de moulin.                  Ils n’investissent dans rien.

Memamen l’aucèu de gàbi                       Et même l’oiseau en cage
Qu’a de grano soun sadou,                     Qui a de la graine à volonté,
Fau que more de l’enràbi                          Il faut qu’il meure de rage
Davans soun abéuradou.                            Devant son abreuvoir.

Que ta visto donne s’alargne,                Que ta vue prenne de la largeur,

Pople, sus toun païs dous,                     Peuple, sur ton pays doux,
Car se dis qu’un chin de pargue             Car on dit qu’un chien de parc
Sus sa sueio n’en bat dous.                 En bat deux devant sa porte.

Fose ti can toun, refose                Enfouis tes difficultés, enfouis les encore

Parlo fièr toun prouvençau,                      Parle fier ton provençal,
Qu’entre mar, Durènço e Rose            Qu’entre mer, Durance et Rhône
Fai bon viéure, Diéu lou saup !               Il fait bon vivre, Dieu le sait !

Frederi MISTRAL, Janvié 1905

pp. 60-68 in Lis Óulivado (texte provençal-français). Directeur d’édition Pierre Rollet, Edicioun Ramoun Berenguié, Avignoun, 251 p.

  1. Aucun commentaire pour l’instant.
  1. No trackbacks yet.

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :