Accueil > Actualités, International, Société > Libye : pourquoi l’ambassadeur américain a été assassiné

Libye : pourquoi l’ambassadeur américain a été assassiné

Des salafistes libyens ont attaqué l’ambassade des États-Unis à Benghazi, officiellement pour protester contre un film anti-islam.

En Libye, l’ambassadeur américain J. Christopher Stevens a été abattu, en compagnie de trois autres membres de la mission américaine, dans une violente attaque à la roquette contre le consulat américain à Benghazi. Elle est l’oeuvre de brigades salafistes appartenant au mouvement Ansar el-Charia (les défenseurs de la charia, NDLR). Au même moment, en Égypte, des milliers de manifestants, en majorité des salafistes, ont attaqué l’ambassade américaine au Caire. Ils sont finalement parvenus à arracher le drapeau américain, avant de le remplacer par un étendard islamique […]


« Assassinat prémédité » (Mathieu Guidère, islamologue)

« L’assassinat qui a visé l’ambassadeur américain en Libye a été prémédité », affirme au Point.fr l’islamologue Mathieu Guidère*. « Il répond directement à l‘appel du numéro un d’al-Qaida, Ayman Al-Zawahiri, qui a demandé aux salafistes libyens de s’en prendre aux Américains pour venger la mort d’un des grands stratèges de l’organisation, Abou Yahya al-Libi, tué en juin dernier par un drone américain au Pakistan. » D’après le chercheur, la diffusion du film de Bacile n’aurait donc rien à voir avec l’incident. « Ce film est passé relativement inaperçu en Libye, assure-t-il. Mais lorsque les salafistes en ont pris connaissance, ils se sont précipités dans la brèche pour mener une action spectaculaire qu’ils allaient politiser. »

Après avoir organisé avec succès ses élections législatives, en juillet dernier, la Libye est actuellement en proie aux tractations politiques visant à convaincre les candidats indépendants de rallier les libéraux de Mahmoud Jibril (ancien Premier ministre du Conseil national de transition, NDLR) ou les islamistes du Parti de la justice et de la construction (PJC, affilié aux Frères musulmans, NDLR). Dans ce contexte, les salafistes possèdent un rôle-clé : en cas d’alliance avec les Frères musulmans du PJC, ils pourraient lui assurer une majorité.

Opérations coup de poing

« En politisant l’affaire du film, ils obligent chaque parti à se positionner face à un incident sensible qui touche l’opinion publique libyenne, note Mathieu Guidère. Ces fondamentalistes, qui ne disposent en Libye que d’un faible poids politique, en profitent pour s’affirmer dans l’optique d’un futur gouvernement islamiste. » Difficile également de ne pas voir dans l’assassinat de l’ambassadeur américain le signe des nouvelles ambitions des salafistes au Maghreb. Autrefois cantonné à la stricte prédication de l’islam rigoriste, le parti fondamentaliste multiplie désormais les opérations coup de poing, en Libye ou en Tunisie, jouant ainsi les trouble-fêtes sur la scène politique nouvellement constituée.

« Les salafistes possèdent entre eux de nombreuses interconnexions au Maghreb, explique Mathieu Guidère. Lorsqu’ils sont inexistants en politique, leurs actions provocatrices et spectaculaires plongent le gouvernement en place dans l’embarras, car elles visent le thème sensible du sacré. »

(*) Mathieu Guidère, professeur d’islamologie à l’université de Toulouse-II, auteur du Printemps islamiste (éditions Ellipses).

Le Point

  1. Aucun commentaire pour l’instant.
  1. No trackbacks yet.

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :