Accueil > Actualités, France, Media, Société > Plutôt Diams ou plutôt Zahia ?

Plutôt Diams ou plutôt Zahia ?

C’est l’historien Guy Bechtel qui, en 2000, balança un gros pavé dans la mare en publiant « Les quatre femmes de Dieu ».

Un Dieu certes barbu mais 100 % chrétien celui-là, tendance très catholique apostolique et romaine.

Les quatre femmes de Dieu, ou quatre rôles assignés par les hommes et l’histoire et auxquels nous, Occidentales nourries aux mamelles de la République et des Droits de l’homme (qui sont aussi théoriquement ceux de la femme), tentons depuis un gros demi-siècle d’échapper.

Ces quatre femmes sont « la putain, la sorcière, la sainte et Bécassine ». Autrement dit, la pécheresse tentatrice avec qui l’on prend du plaisir et que l’on fait griller pour cela, la vierge sainte et pure devant laquelle on s’agenouille sans toucher, ou la Bécassine qui reste à la maison torcher les gosses et porter les pantoufles à son homme.

Nous, les « souchiennes », avons fait la révolution, balancé le soutien-gorge par dessus la serpillière, exigé de gérer nos comptes et notre carrière, pris en gros notre liberté et les responsabilités qui l’accompagnent. Puis sont arrivées nos sœurs d’Outre-Méditerranée. La première génération s’est mis les cheveux au vent, la seconde a divorcé et enfilé le jean, la troisième… Eh bien, la troisième nous laisse perplexes !

On dirait que les sœurs passées au presse-purée de l’économie de marché n’ont plus de choix qu’entre Diams et Zahia, la sainte et la putain.

C’est Diams, l’ex-rappeuse qui promène sur les plateaux de télévision sa conversion et son grand voile, ou Zahia, l’ex-pute qui promène sur les podiums ses nichons plastifiés et sa cambrure orthopédique. Deux « marques » qui font vendre, en somme.

Bien sûr, on nous dira qu’il y a encore des tas de Bécassine dans les foyers et que, par définition, on ne les entend pas. Quant aux sorcières, elles ont déjà fini sur le bûcher.

Les historiens estiment qu’on en a brûlé autour de 100 000 en Europe, la dernière exécutée à Niort aux environs de 1830.

A côté de ça, les barbus font petit bras…

Marie Delarue pour Boulevard Voltaire

Catégories :Actualités, France, Media, Société
  1. g0rille
    6 octobre 2012 à 13:00

    Point commun entre les deux: le même QI d’huître….

  1. No trackbacks yet.

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :