Accueil > Actualités, Faits divers, France, Propagande, Société > Calligraphies du Coran : l’étudiante giflée porte plainte

Calligraphies du Coran : l’étudiante giflée porte plainte

L’étudiante toulousaine de 19 ans giflée sur le Pont-Neuf, mardi soir, parce qu’elle marchait, sans le savoir, sur des versets du coran projetés inopinément lors du Printemps de septembre, a déposé plainte. Interview.

Que s’est-il passé mardi soir ?

Je venais de raccompagner une amie et je rentrais chez moi. Il était environ 21 heures et je me trouvais sur le Pont-Neuf, en direction d’Esquirol. Il y avait des femmes un peu excitées. Sur le sol, je ne savais pas que l’on projetait des versets du coran dans le cadre du Printemps de septembre. J’ignorais tout de cela. J’ai donc marché sur ces inscriptions lumineuses sans savoir ce qu’elles représentaient. D’autant qu’elles avaient déjà été projetées dimanche dernier.

Vous avez été agressée ?

J’ai été frappée à trois reprises par-derrière. Trois gifles appuyées. Je me suis retournée et j’ai vu une femme en face de moi, de confession musulmane, très en colère. Elle m’a dit : «Tu ne respectes pas l’islam, ni le coran !….» Il y avait deux autres femmes à côté d’elle dont l’une avec une poussette. Je suis partie, très choquée. J’en ai eu les larmes aux yeux. Un passant a vu que je ne me sentais pas bien. Les pompiers et les policiers sont arrivés car la foule commençait à devenir hostile (1).

D’autres personnes ont marché sur ces inscriptions ?

Il y avait une fille, elle aussi musulmane, qui s’est approchée de moi pour me demander ce qui se passait. Elle m’a dit qu’elle venait elle aussi de marcher sur les projections et qu’elle ne voyait pas où était le problème. Les policiers ont arrêté par la suite la personne mise en cause.

Qu’avez-vous ressenti ?

J’ai eu affaire à une poignée de personnes surexcitées, c’est dommage et navrant car il ne faut pas faire l’amalgame avec l’ensemble de la communauté musulmane. À aucun moment je n’ai voulu offenser qui que ce soit. Cette projection libre n’était encadrée d’aucune recommandation, ni panneau explicatif.

Vous avez été au commissariat ?

J’ai déposé plainte mercredi à la police pour violence légère. L’affaire sera jugée devant le tribunal de police.

(1) La projection vidéo inopinée, au sol, de calligraphies arabes, issues du travail de Mounir Fatmi, artiste marocain, avait donné lieu, ce soir-là, à un rassemblement de 80 personnes indignées de voir des passants fouler ces écrits religieux. La police était intervenue. Un imam avait lancé un appel au calme.

La dépêche du Midi

(Ndlr : La dépêche du Dhimmi, plutôt! :mrgreen:)

  1. Aucun commentaire pour l’instant.
  1. No trackbacks yet.

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :