Accueil > Actualités, France, Politique, Société > Quand les sectes profitent de la crise pour infiltrer les lieux de pouvoir

Quand les sectes profitent de la crise pour infiltrer les lieux de pouvoir

Dans son dernier ouvrage, « Apocalypse, menace imminente ? Les sectes en ébullition », le député UMP Georges Fenech dresse le bilan de ses quatre années passées à la tête de la Mission de lutte contre les dérives sectaires (Miviludes). Il affirme notamment que le phénomène sectaire, loin d’être marginal, touche toutes les couches de la société.

Atlantico : Votre dernier ouvrage, « Apocalypse, menace imminente ? Les sectes en ébullition » sonne comme une mise en garde. Le phénomène sectaire est-il en train d’exploser en France ?

Georges Fenech : En quittant ma fonction auprès à la Miviludes (NDLR : Mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires) j’ai voulu faire le bilan de l’action que j’ai menée ces 20 dernières années. J’ai abordé le phénomène sectaire sous différents angles et avec différentes casquettes. Dans les années 80, j’ai d’abord instruit le procès de l’Eglise de Scientologie de Lyon. Ensuite, en tant que parlementaire, j’ai présidé la Commission d’enquête sur les sectes et les mineurs. Enfin, j’ai été président de la Miviludes pendant 4 ans.

Mon livre, Apocalypse : menace imminente ? Les sectes en ébullition est le témoignage de ce que j’ai rencontré en France, mais aussi en Europe et dans le monde. Je me suis donc rendu compte que ce phénomène sectaire, loin d’être en régression, est en pleine expansion. Les grandes organisations bien connues du grand public continuent de prospérer. Parallèlement à ça, de plus en plus micro-structures se mettent en place et s’agrègent autour d’un individu charismatique qui met un groupe de personnes sous emprise mentale. Le procès des « reclus de Monflanquin », qui ce déroule en ce moment à Bordeaux, en est le parfait exemple (NDLR : Pendant près de neuf ans, onze membres d’une même famille aristocratique bordelaise auraient été manipulés et escroqués de près de 4,5 millions d’euros par le « gourou » Thierry Tilly).

Comment expliquez-vous cette montée en puissance ? Est-ce lié à la crise ?

L’explication saute aux yeux : notre société traverse des crises majeures : économique, financière, environnementale, morale, religieuse etc. Les individus sont confrontés à une profonde angoisse existentielle. Ils sont tentés de trouver d’autres modèles, d’autres alternatives… Un certain nombre de gourous s’engouffrent dans cette faille. On voit donc fleurir, notamment sur Internet, toutes sortes de propositions ou de méthodes alternatives de vie, de médecine, de travail… Ensuite, c’est tout simplement l’engrenage.

En 2011, un sondage Ipsos commandé par les services du Premier ministre sur l’état du phénomène sectaire en France montre que 66% des Français considèrent le phénomène sectaire comme une menace pour la démocratie. Ce sondage montre aussi que 20% des Français connaissent dans leur entourage au moins une victime des dérives sectaires. On peut donc estimer entre 12 et 13 millions le nombre de Français qui ont été victimes d’un charlatan ou d’un gourou thérapeutique. Ca ne veut pas dire que ces personnes font toutes partie d’une secte, juste qu’elles ont été victimes à un moment donné de leur vie de dérives sectaires.

On peut estimer à environ 500 000 le nombre de Français qui sont directement concernés par le phénomène sectaire, c’est à dire qui vivent dans une communauté, qui suivent des préceptes et qui se coupent plus ou moins de la société selon le caractère fermé de la secte.

Le phénomène est donc loin d’un marginal : il est insidieux et touche toutes les couches de la société : le monde économique (à travers la formation professionnelle), les enfants (à travers le soutien scolaire) etc.

Les grandes religions monothéistes sont-elles à l’abri des dérives sectaires ?

Ma réponse est très claire : aucune grande religion monothéiste n’est à l’abri de dérives sectaires. Toutes sont concernées. La religion catholique l’est aussi à travers certains mouvement intégristes charismatiques. On se souvient notamment de la communauté des Béatitudes à Blagnac près de Toulouse. Ses statuts ont été réformés à la demande du Vatican à cause de dérives sectaires : il s’agissait par exemple de séances de soin en invoquant le Saint-Esprit, d’extensions financières, mais aussi de cas de pédophilie. On se souvient aussi de l’affaire du Petit Lys d’Amour à la Réunion, où Juliano Verbard a invoqué des apparitions de la Vierge pour créer un groupe autour de lui. Tout cela s’est terminé par un procès aux Assises pour enlèvement d’enfant.

A l’intérieur de ces mouvements religieux, s’il n’y a pas suffisamment de vigilance, on peut voir apparaître des personnalités hors norme qui vont se livrer à toutes sortes d’emprises sur les fidèles qui deviennent alors des adeptes.

Ce qui vaut pour la religion chrétienne vaut évidemment aussi pour l’islam. Nous avons tous en mémoire l’affaire Merah. Qu’est-ce que l’affaire Merah sinon l’endoctrinement d’un jeune musulman français qui va se retrouver totalement voué à une cause qu’il croit noble, parce qu’il est désemparé et rejeté. D’un coup, il devient important aux yeux d’une communauté qui va l’entrainer, l’armer et le conduire au crime. On est dans un processus de séduction et d’emprise mentale qui conduit à une rupture par un discours anti-social. On observe ce même processus sectaire dans toutes les organisations terroristes.

Vous affirmez dans votre livre que les sectes infiltrent tous les lieux de pouvoir…  Pouvez-vous préciser ?

Le milieu médical est totalement infiltré. Il y a une véritable crise de confiance dans notre système de soins et une défiance vis à vis de l’industrie pharmaceutique. On observe une sorte d’engouement pour tout ce qui est médecine naturelle ou alternative. Cette problématique santé / nutrition est au cœur de notre société. Je ne dis pas qu’il faut rejeter ces nouveaux types de médecine : il faut simplement savoir qu’il s’agit de failles dans lesquelles peuvent se glisser de nombreux charlatans ou gourou thérapeutiques.

Le ministère de la Santé s’est emparé de ce sujet. Le Sénat a d’ailleurs mis en place mercredi dernier une commission d’enquête sur la question des dérives thérapeutiques à caractère sectaire. C’est un vrai phénomène de société qu’il faut prendre en compte. Il faut informer nos concitoyens sur les dangers qu’ils encourent.

Qu’en est-il dans les milieux économiques et politiques ?

Les grandes sectes sont aussi de grandes multinationales. On l’a vu notamment après le décès de Moon. Ce gourou a laissé une fortune considérable à ses héritiers. On pourrait aussi parler du patrimoine immobilier colossale de l’Eglise de Scientologie. Ces grandes organisations génèrent des retombées financières à travers des productions diverses (livres, DVD, objets dits « religieux etc.)

Il y a aussi une infiltration du milieu économique par le biais de la formation professionnelle. Certaines organisations sectaires profitent d’un dispositif encore trop laxiste pour proposer des offres de formation qui en réalité n’en sont pas (relations personnelles, coaching etc.) On évalue à environ 1 500 le nombre d’organismes de formation à caractère sectaire qui parviennent à infiltrer le monde de l’entreprise.

En ce qui concerne la politique, il y a ce qu’on appelle des lobbys ou des organisations dites « non gouvernementales » qui se sont créées en France et en Europe notamment auprès de l’OSCE ou auprès de l’ONU. En apparence, ces organisations ont une vitrine très honorable : elles se battent pour des causes louables comme la paix dans le monde ou les droit de l’Homme. En réalité il s’agit de « faux nez » à caractère sectaire qui peuvent piéger les individus. On ne peut pas nier cette tentative d’infiltration des institutions, qu’il s’agisse de la justice, de la police ou de la jeunesse et des sports. Cette question de la présence insidieuse des sectes dans les différents secteurs de la société est une réalité.

Atlantico

Catégories :Actualités, France, Politique, Société Étiquettes :
  1. 8 octobre 2012 à 00:31

    Reblogged this on universdetoshi.com and commented:
    Mais que faire face a une nouvelle entite qui se cache derriere les sectes et qui fait pire que les sectes existantes!!!

  1. No trackbacks yet.

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :