Accueil > Actualités, France, Propagande, Société > Carcassonne Du rififi à la mosquée : les jeunes fidèles réclament un imam francophone

Carcassonne Du rififi à la mosquée : les jeunes fidèles réclament un imam francophone

Rififi à la mosquée de La Conte. De nombreux jeunes ne comprennent pas les prêches de l’imam actuel qui s’exprime en arabe littéraire. Ils se sont rassemblés devant la mosquée Essalam (Ndlr : la paix, en arabe), à La Conte pour discuter avec le président de l’association islamique des lieux, Abib Bamou. Leur but, obtenir la nomination d’un imam francophone.

Les jeunes musulmans de Carcassonne, qu’ils soient Marocains, Algériens, Français, Portugais, Antillais ou bien Africains, semblent être de plus en plus nombreux à vouloir entrer dans la religion, « pour stopper leur dérive. »

Une alternative à la délinquance pour certains, un choix de vie pour les autres. Mais le hic, comme le revendiquent ces jeunes, c’est que l’imam actuel ne parle pas un mot de français. « Au moins 30 % des jeunes qui aimeraient faire la prière ne comprennent pas, car le prêche se fait en arabe littéraire. Nous, on parle l’arabe de la rue. Les jeunes ont besoin de savoir où ils vont. On ne peut pas rester sans rien faire », explique Rachid.

« Un imam francophone permettrait aux jeunes de voir la réalité de l’islam… »
Rachid, musulman pratiquant.

Hier après-midi, à la sortie de la prière, à 14 h 30, les jeunes musulmans ont souhaité se rassembler devant la mosquée Essalam (Ndlr : la paix, en arabe), à La Conte, afin de discuter avec le président de l’association islamique des lieux, Abib Bamou, sur cette attente d’un imam francophone.

Écarté, il est aujourd’hui à Perpignan

Un entretien attendu, d’autant plus qu’un contrat avait initialement été établi avec l’ancien imam du Viguier, Mohamed Hanou, pour qu’il vienne exercer à compter du 1er octobre à la mosquée de La Conte. Un contrat revu et corrigé, semble-t-il, avant même que Mohamed Hanou ne commence à prêcher.

Écarté, il est aujourd’hui à Perpignan. « Les jeunes ont essayé de parler au président Abib Hamou, mais il leur a déclaré qu’ils n’avaient qu’à apprendre l’arabe », déplore Abédine. Et Sofiane de poursuivre : « Aujourd’hui, tous les jeunes veulent l’imam Mohamed Hanou, car il correspond à leurs attentes. Un imam francophone permettrait aux jeunes de voir la réalité de l’islam… »

En quête d’un imam « jeune et bilingue »

Visiblement alerté par la présence de journalistes à la sortie de la mosquée, hier, Abib Bamou n’a pas voulu faire de commentaires à chaud. Mais plus tard, à l’écart, il nous a confié qu’il n’en pouvait plus : « Les jeunes ne m’ont rien dit. Je vais démissionner, j’en ai marre de cette mosquée. Maintenant, il faut les partager (Ndlr : les pratiquants)… »

Un comportement des plus surprenants de la part du président Bamou, puisque dans notre édition du 16 mai dernier, il déclarait être en quête d’un imam « jeune et bilingue ». Et il poursuivait : « Si un jeune est en quête de spiritualité et qu’il ne comprend pas le prêche, il n’y a pas d’intérêt. »

Un discours que les jeunes musulmans de Carcassonne font leur, en étant prêts à monter une association pour être plus forts dans leurs revendications. Âgé de 44 ans, un fidèle disait encore, hier, n’avoir rien compris à ce que l’imam avait dit durant la prière.

Le Dhimmi Libre

  1. Aucun commentaire pour l’instant.
  1. No trackbacks yet.

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :