Accueil > Actualités, Faits divers, France, Société > De la cocaïne retrouvée sur la moitié des billets saisis par la police

De la cocaïne retrouvée sur la moitié des billets saisis par la police

L’argent sale n’a pas volé son nom. «50% des billets de banque saisis en France par la police comportent des traces de cocaïne», révèle la sous-direction de la Police technique et scientifique de la Direction centrale de la police judiciaire sur Lefigaro.fr. En clair, la moitié des coupures confisquées par la police française dans le cadre d’affaires de deal, de vol, de recel ou d’escroquerie ont été en contact avec cette poudre blanche. Euros, dollars ou yens, toutes les devises sont concernées.

La plupart du temps, les traces de cocaïne retrouvées sur les billets sont infinitésimales. Mais leur détection est cruciale pour les enquêteurs : plus la quantité est importante, plus il y a de chance que l’argent soit lié au trafic de drogue. «Fréquemment désormais, la came et l’argent circulent en même temps, car les trafiquants panachent les transactions en effectuant de la vente en même temps que des trocs de marchandises», explique un officier de police judiciaire.

90% des billets contaminés aux Etats-Unis

Et si on étendait l’étude à l’ensemble des billets en circulation en France ? Aux Etats-Unis, une enquête de cette envergure menée en 2009 par l’American Chemical Society avait montré que 90% des dollars en papier qui passaient de main en main chaque jour dans le pays comportaient des traces de cocaïne. Il s’agissait, d’après leurs analyses, du taux le plus élevé au monde, devant les liasses canadiennes (85%) et brésiliennes (80%). Ils estimaient que les billets les moins exposés circulaient en Chine (20%) et au Japon (12%). Selon eux, c’est par les machines à compter les billets, utilisées par les trafiquants, que le contamination se fait à grande échelle.

Selon le dernier rapport mondial sur drogues réalisé par l’ONU, entre 13,2 et 19,5 millions de personnes consomment régulièrement de la cocaïne dans le monde. C’est la quatrième drogue la plus répandue après le cannabis (entre 119 et 224 millions), les opioïdes (ex : la morphine) et les opiacés (ex : l’héroïne). Les principaux marchés de ce stupéfiant se trouvent en Amérique du Nord, en Europe et en Océanie, précise le rapport.

Le Parisien

  1. Aucun commentaire pour l’instant.
  1. No trackbacks yet.

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :