Accueil > Actualités, Economie, France, Media, Société > L’ardoise picarde de Kassovitz

L’ardoise picarde de Kassovitz

Un ajustement de budget, un débat sur une chaîne de télévision régionale et des admissions en non-valeurs, dont les 250 000 euros dus par MNP entreprise, l’ex-société de production de Matthieu Kassovitz, figuraient au menu des élus picards.

AVANCÉE au jeudi pour cause de congrès socialiste à Toulouse à partir d’aujourd’hui, la dernière séance du conseil régional était justifiée par la décision modificative budgétaire N°1. Une délibération technique « d’une ampleur très faible puisqu’elle correspond à un ajustement de seulement 2,4 % du budget », a souligné le président Claude Gewerc. Même si Christophe Coulon, le président du groupe Envie de Picardie a estimé « qu’un budget qui se contracte ce n’est jamais une bonne nouvelle », Le sujet n’a pas soulevé les passions. Non seulement il n’y avait pas matière mais, en plus, le débat sur les orientations budgétaires se profile à l’horizon puisqu’il devrait avoir lieu le 14 décembre.

Débiteurs célèbres

La discussion a été plus animée sur un dossier à l’apparence pourtant inoffensive : les admissions en non-valeurs. Ces créances irrécouvrables s’élèvent à près de 3,5 millions d’euros. En épluchant les débiteurs, ou en allant chercher qui se cachent derrière les noms de sociétés, le Front national a mis doigt sur quelques noms célèbres. Ainsi, la Région a décidé de retirer de sa comptabilité l’ardoise de la Manufacture française de sièges qui dépasse le million d’euros. Le fondateur de cette société n’est autre que le grand-père de Laurence Parisot, la patronne du Medef. Mais l’usine qui était implantée à Berteaucourt-les dames a fermé en 2009 laissant 352 salariés sur le carreau. Autre écriture à disparaître, les 250 000 euros qu’aurait dû rembourser MNP entreprise. Michel Guiniot, le leader du FN, a usé d’un langage des plus fleuris pour dénoncer l’ancien dirigeant de cette société qui a vécu de 2000 à 2010, à savoir Mathieu Kassovitz « dont le dernier film à 12,8 millions d’euros figure dans le top 20 des navets de l’année ». Précision utile, si le réalisateur de l’Ordre et la morale veut se mettre à jour avec la région picarde, l’admission en non-valeur « ne fait pas obstacle à un recouvrement ultérieur dans l’hypothèse où le débiteur reviendrait à meilleure fortune ».

Suite de l’article sur L’Union

Catégories :Actualités, Economie, France, Media, Société Étiquettes :
  1. Aucun commentaire pour l’instant.
  1. No trackbacks yet.

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :