Accueil > Actualités, France, Politique, Société > Les Juifs sont-ils partout ?

Les Juifs sont-ils partout ?

Hollande et Nétanyahou ont rendu hommage aux enfants juifs assassinés par Merah. Un prétexte pour faire ressurgir le vieux reproche de double allégeance.

Avant de se rendre à Toulouse le président de la République et le Premier ministre israélien se sont livrés à une (toute petite) passe d’armes. Hollande a dit que les Juifs français avaient toute leur place en France. Nétanyahou a affirmé qu’ils avaient toute leur place en Israël. Une déclaration critiquée car elle impliquerait un manque de fidélité patriotique de la part des Juifs.

Pour ce qui est du patriotisme il faut raison garder. On n’a pas entendu en effet de rappeur juif chantant « nique la France » (j’ignore comment cela se dit en hébreu ou yiddish). On n’a pas vu non plus de drapeaux français arrachés des frontons des mairies pour être remplacés par le blanc et bleu des couleurs israéliennes. On n’a pas enfin sifflé la Marseillaise lors de matchs de foot avec des équipes israéliennes, les supporters d’origine juive étant pourtant réputés aussi excités que les autres.

Reste qu’il arrive, rarement il est vrai, qu’on croise des Juifs portant sur leurs épaules le drapeau avec l’étoile de David. Cela choque certains. Double allégeance ? La vérité oblige à dire qu’il n’y eut aucun drapeau de ce type place de la Concorde le soir de l’élection de François Hollande. En revanche on put observer la présence de drapeaux algériens, tunisiens et marocains. Cela ne choqua personne. La double allégeance est, comme chacun sait, une spécialité juive au même titre que le foie haché et la carpe farcie…

Les Juifs ont toutefois un privilège qui n’est pas accordé à tout le monde : la loi du retour qui leur ouvre les portes d’Israël. Certains d’entre eux en usent. Ils sont chez eux en Israël (comme dit  Nétanyahou). Ils sont aussi chez eux en France (comme dit Hollande). Mais ils ne sont plus partout. Nombre de Juifs ont en effet déserté le 93, les cités du nord de Marseille, certains quartiers d’Amiens, de Roubaix et, évidemment, de Toulouse où Mohamed Merah fait figure de héros.

Ils habitaient là bas parce qu’ils n’étaient pas riches (eh oui, il y a des Juifs pauvres). Ils sont partis. Quelques-uns pour Israël. Un privilège dont sont privés ceux qu’on appelle les « Français de souche » obligés de rester dans des coins où les « céfran » ne sont pas mieux traités que les Juifs. Si c’est tout ce qu’on peut reprocher aux Juifs…

Atlantico

Catégories :Actualités, France, Politique, Société Étiquettes : ,
  1. Aucun commentaire pour l’instant.
  1. No trackbacks yet.

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :