Accueil > Actualités, Media, Société, Techno > Memoto, un miniappareil pour partager sa vie en photo

Memoto, un miniappareil pour partager sa vie en photo

Sans bouton, le miniappareil photo numérique de la start-up suédoise Memoto prend automatiquement un cliché géolocalisé toutes les 30 secondes. Ces images peuvent ensuite être stockées en ligne et partagées. Sur la plateforme de mécénat KickStarter, le projet a plu et Memoto sera commercialisé début 2013.

Qui n’a pas un jour regretté d’avoir oublié de prendre son appareil photo pour saisir un moment exceptionnel ou immortaliser un lieu que l’on n’est pas sûr de revoir ? C’est notamment pour répondre à ce genre de besoin que la start-up suédoise Memoto a conçu ce qu’elle présente comme le plus petit appareil photo numérique portable au monde.

Il prend la forme d’un boîtier en plastique carré aux angles arrondis, de 36 mm de côtés et 9 mm d’épaisseur dans lequel logent un capteur photo 5 mégapixels avec un angle de 70°, 8 Go de mémoire flash pour le stockage, une puce GPS, un accéléromètre qui contrôle l’orientation de la photo, un processeur central qui gère le système et un connecteur micro-USB pour brancher l’appareil à un ordinateur et le recharger.

Memoto prend ta vie en photo

Memoto peut s’accrocher à la boutonnière, à la ceinture ou autour du cou comme un collier. Dépourvu deboutons comme le curieux Lytro, il fonctionne automatiquement et prend une photo toutes les 30 secondes en y ajoutant des informations sur la date, l’heure et le lieu. Memoto dispose de deux jours d’autonomie qui lui permettent de saisir jusqu’à 4.000 photos. Pour récupérer les clichés, il suffit de connecter l’appareil à un ordinateur via un câble USB. Les photos sont alors automatiquement transférées sur les serveurs de Memoto qui proposera un espace de stockage moyennant un abonnement mensuel dont le prix n’a pas encore été fixé. Les clichés sont tous sécurisés par un système de chiffrement de telle sorte que leur auteur est le seul à pouvoir les consulter et les partager.

Memoto peut se porter à la boutonnière ou attaché sur un collier. L’accéléromètre intégré gère l’orientation de la prise de vue, quelle que soit la position de l’appareil.Mais avec un tel système, on peut rapidement se retrouver submergé de photos et c’est pourquoi Memoto a développé une application qui les regroupe par « moments ». Des images clés apparaissent sur une frise chronologique et il suffit de cliquer sur l’une d’elles pour revivre un de ces moments sous forme d’un diaporama. Memoto a également prévu des applications mobiles pour Android et iOS.

Avec ce produit, la start-up suédoise dit vouloir s’adresser aux utilisateurs de réseaux sociaux, aux auteurs de blogs qui adorent documenter leur existence pour la partager. Et pour mieux

cerner tous les usages possibles, Memoto a confié des prototypes à des testeurs volontaires et recueilli leurs remarques. Quelques tendances se dégagent comme le fait de pouvoir revivre des moments importants, de saisir des situations avec une spontanéité que ne permet pas l’intrusion d’un appareil photo classique, de capter ces petits riens qui rendent les souvenirs plus intenses.

D’autres usagers y voient même un bon moyen d’introspection grâce auquel ils pourraient s’observer au quotidien et changer leur comportement en conséquence. Les idées ne manquent pas… Une question se pose cependant. Comment gérer le droit à l’image ? Une personne qui porte un Memoto tout au long de la journée

peut être amenée à prendre en photo des personnes à leur insu… « D’un point de vue légal, vous pouvez photographier tout ce que vous voulez, tant que vous n’enfreignez pas l’intégrité d’autrui ou une interdiction officielle. Si quelqu’un vous demande de ne pas utiliser votre Memoto, alors ne le faites pas. Si personne ne vous le demande explicitement mais que vous avez des raisons de penser que le lieu et le contexte sont inappropriés, alors n’utilisez pas Memoto », recommande Memoto.

Succès immédiat sur KickStarter

Pour financer son projet, Memoto a fait appel à la plateforme de mécénat KickStarter. L’engouement a été immédiat. Lancé le 23 octobre dernier avec un objectif de lever 50.000 dollars, Memoto a récolté plus de 367.000 dollars (un peu plus de 282.000 euros). Un bonus que l’entreprise a décidé de consacrer immédiatement au développement de nouvelles fonctions. La première consiste à permettre de sauvegarder les photos sur un disque dur local au moment de la synchronisation. Il sera ainsi possible de continuer à utiliser son Memoto même si l’on a résilié son abonnement au service cloud, mais l’on ne disposera plus de l’application qui organise et permet de naviguer dans les photos. Autre fonction qui sera ajoutée, la possibilité de prendre un cliché manuellement en tapotant deux fois sur le boîtier.

Un cliché pris de cette manière sera automatiquement signé afin d’être plus facilement retrouvé ultérieurement. Enfin, l’application Memoto permettra de régler l’intervalle entre chaque prise de vue. Les dirigeants promettent d’ajouter encore d’autres fonctions si la levée de fonds atteint un nouveau seuil d’ici au 30 novembre. Les livraisons de Memoto doivent débuter à partir de février pour les mécènes de la première heure. Le prix public de l’appareil a été fixé à 279 dollars, soit 215 euros au cours actuel.

Futura Sciences

Catégories :Actualités, Media, Société, Techno
  1. Aucun commentaire pour l’instant.
  1. No trackbacks yet.

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :