Accueil > Actualités, France, Politique > Le statut à part de Duflot

Le statut à part de Duflot

Hollande ménage sa ministre écologiste en vue des municipales de 2014.

Jusqu’où peut aller Cécile Duflot ? La ministre du Logement et ancienne leader de EELV vient de friser le débordement de ligne jaune en estimant que “la répression et le manque de dialogue ne sont pas la bonne méthode”. Elle parlait de l’action des forces de l’ordre qui tentaient de contenir les manifestants contre le projet d’aéroport de Notre-Dame-des-Landes, cher au Premier ministre. Elle visait ipso facto les ordres donnés par le ministre de l’Intérieur Manuel Valls ou ses subordonnés.

Les propos de la ministre sont passés sans rappel à l’ordre de Matignon, pourtant pointilleux sur la discipline et la solidarité gouvernementales. C’est que Cécile Duflot a un statut à part. François Hollande la respecte comme ancien chef de parti, rôle qu’il a bien connu. Il compte sur elle pour modérer les ardeurs des écologistes. Ce fut avec un succès plus que mitigé concernant le traité européen. Au moins les députés verts ont-ils voté la règle d’or, dans une absence de logique confondante, mais satisfaisante pour les socialistes.

Le chef de l’État tient plus que tout au mythe de sa majorité plurielle. Alors que le Front de gauche prend tous les jours un peu plus de distance à l’égard du pouvoir (ils viennent de retoquer plusieurs textes au Sénat), EELV est le seul parti qui conserve une alliance privilégiée avec le PS (en dehors des radicaux mais qui ne comptent guère dans l’opinion). En vue des échéances municipales de 2014, il est important de pouvoir compter sur un partenaire, aussi incommode soit-il.

Alors Cécile Duflot peut continuer à parler rugueux, elle ne devrait pas avoir d’ennuis. Et puis, en pleine tornade économique, Hollande n’a aucune envie d’ajouter une crise politique aux troubles financiers et sociaux. On va donc continuer à entendre Cécile Duflot dire – presque – tout ce qu’elle pense. Comme lorsqu’elle propose de réquisitionner des logements vacants, faisant trembler le bourgeois propriétaire. Son bon de participation au gouvernement est quasi-assuré. Et tant pis si cela doit exaspérer bon nombre de socialistes qui se verraient bien à sa place…

Le Nouvel Economiste

Catégories :Actualités, France, Politique
  1. Aucun commentaire pour l’instant.
  1. No trackbacks yet.

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :