Accueil > Actualités, Economie, Faits divers, France, Société > Ces sociétés qui louent des bolides de luxe aux voyous

Ces sociétés qui louent des bolides de luxe aux voyous

Derrière le phénomène des voitures haut de gamme en leasing, des soupçons de blanchiment de l’argent des trafics…

D’où viennent ces véhicules puissants dans lesquels paradent les voyous de banlieue? À la lumière des faits tragiques qui ont coûté la vie à deux policiers, jeudi matin, le directeur de la police judiciaire parisien, Christian Fleasch, a révélé que le Range Rover Evoque ayant percuté la voiture des fonctionnaires avait été loué à une société de location de voitures de luxe qui faisait «l’objet d’une enquête».

Le chauffard meurtrier de 22 ans, toujours en garde à vue ce vendredi, n’avait pas les revenus pouvant justifier qu’il roule au volant de véhicules de valeur. Et il n’est pas un cas isolé. «Plusieurs centaines de petits délinquants, versés dans les trafics en tous genres et roulant dans des voitures de sport, sont dans le collimateur de la police», assure un commissaire de la PJ.

Christian Fleasch assurait pour sa part, jeudi, que ses services se livraient à des vérifications sur «un certain nombre d’identités de conducteurs de véhicules de luxe», affirmant que «lorsque nous avons une inadéquation entre le profil du conducteur et le montant de la location de ces véhicules, nous ouvrons une enquête».

Lamborghini Murcielago de 580 ch

En 2011, les policiers de la Seine-Saint-Denis avaient arrêté le conducteur d’une Lamborghini Murcielago V12 de 580 ch, d’une valeur de 266.390 euros. Son conducteur, âgé de 26 ans, était connu de la police pour 35 faits de délinquance, du trafic de stupéfiants au vol aggravé, et demeurait en HLM à Aubervilliers. Affirmant être gérant d’une société de location de voitures, il venait également d’immatriculer une Audi R8 de près de 100.000 euros.

Sous l’impulsion du préfet Alain Gardère, alors directeur de la police d’agglomération parisienne, les brigades anticriminalité avaient été invitées à relever les plaques d’immatriculation des voitures de sport contrôlées aux heures d’ouverture et de fermeture des discothèques, dans le quartier des Champs-Élysées notamment, et à bord desquels se trouvaient des profils dont le niveau de revenus ne cadrait pas avec ce luxe tapageur. La police judiciaire a ensuite pris le relais, avec l’appui du Groupe d’intervention régional (GIR) de Paris, qui associe policiers et agents du fisc notamment.

Une centaine de procédures par an

Une Ferrari F430 contrôlée sur les Champs était conduite par un voyou de 32 ans, une Jaguar stoppée avenue de la Grande Armée était conduite par un truand avec 35 braquages et un viol à son passif. Dans les filets de la police également: un môme de 18 ans connu des services et roulant en BMW X6. Porsche Panamera, Hummer H3, rien n’est trop beau pour ces oiseaux de nuit.

La police judiciaire parisienne gère, à l’année, une centaine de procédures de vérifications de revenus, en liens avec l’Agence de gestion et de recouvrement des avoirs criminels saisis et confisqués (Agrasc). «Les enquêtes sont longues pour déterminer d’où vient l’argent qui a servi à acheter ces voitures et la lourdeur procédurale de ces investigations financières rebute parfois la justice qui préfère alors se concentrer sur d’autres délits», explique un préfet.

Beaucoup de sociétés de leasing identifiées ont pignon sur rue. «En y ayant recours, explique un enquêteur de la PJ, les voyous cherchent surtout à éviter une saisie, car officiellement c’est le loueur qui est propriétaire». Un officier de police ajoute: «Bien entendu, le loueur dira qu’il n’a pas vocation à enquêter sur l’argent de sa clientèle». Le client, quant à lui, devra se débrouiller pour ne pas enfreindre la règle des 3000 euros maximum par versement en liquide. Il ajustera donc ses mensualités.

Une fantomatique société d’ import-export

Le loueur peut également passer contrat non pas avec un particulier mais avec une autre personne morale. Il signera alors avec un magasin de taxiphone ou une fantomatique société d’import-export, «comme il y en a tant dans certaines cités», confie un policier de Seine-Saint-Denis. Selon lui, «ces sociétés-écrans compliquent singulièrement la tâche des services répressifs».

Un agent des douanes l’assure pourtant: «Le phénomène des société de leasing qui fournissent des voitures haut de gamme à une clientèle douteuse est en pleine expansion. Il y a derrière un soupçon de blanchiment à grande échelle de l’argent de la drogue et des divers trafics qui alimentent l’économie parallèle». Les voyous roulent en Ferrari, mais la justice a parfois des allures de 2 CV…

Le Figaro

  1. Aucun commentaire pour l’instant.
  1. No trackbacks yet.

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :