Accueil > Actualités, Faits divers, France, Société > Castres. Prison ferme pour une expédition punitive au «8»

Castres. Prison ferme pour une expédition punitive au «8»

Ce n’est pas tant les faits en eux-mêmes qui rendaient cette affaire particulière mais le contexte. Hier après-midi, deux Castrais étaient convoqués au tribunal correctionnel de Castres pour avoir mené le 29 juin 2011 une expédition punitive contre le 8e RPIMa, en représailles à une descente d’hommes habillés de façon paramilitaire contre un bar à chicha à Castres, «dans une lignée de climat délétère entre des jeunes d’origine maghrébine et les militaires» a indiqué le procureur rappelant notamment la violente rixe sur la place Jean-Jaurès en septembre dernier au cours de laquelle un soldat avait perdu un œil.

Le président a rappelé le contexte de cette affaire qu’il avait à juger et qui avait fait couler beaucoup d’encre à l’époque. Tout serait parti d’une altercation dans une sandwicherie de la place Soult. Un jeune, ivre et agressif, s’en est pris au couple de gérants. Un militaire s’est alors interposé pour faire sortir l’agresseur. Le lendemain soir, entre une quinzaine et une trentaine d’hommes, cagoulés pour la plupart, vêtus de tenus paramilitaires, a fait irruption dans un bar à chicha qui était situé allée Corbières. Ils ont saccagé l’établissement à coups de matraques télescopiques.

Des clients, persuadés qu’il s’agissait de militaires du «8», ont alors décidé d’aller à leur tour faire «une expédition punitive», avec quelques renforts, directement à la caserne. «L’enquête n’a pas pu déterminer que c’était des militaires, le lien était difficile à faire mais la rumeur vous a suffi» indique le président. Plusieurs individus, arrivant à bord de voitures, ont débarqué au quartier Fayolle en proférant des insultes et des menaces. Parmi eux, trois individus, à bord d’une Volkswagen Golf, vont être identifiés. L’un d’entre eux serait le meneur de l’expédition et a fait usage de gaz lacrymogène sur les militaires en faction devant le régiment. Mais, celui-ci, âgé 19 ans, n’a pu s’expliquer à la barre hier puisqu’il est actuellement incarcéré au Maroc après avoir été arrêté avec 40 kg de cannabis. «On n’est pas prêt de le revoir», lâche le magistrat. Mais son complice présumé de 36 ans qui conduisait la voiture était, lui, bien présent au tribunal. «On n’y est pas allé pour en découdre mais pour récupérer des clés de voiture qui avaient disparu lors de la descente dans le bar», indique ce père de famille. Pour le procureur, il ne faisait pourtant aucun doute qu’il s’agissait de représailles.

Son avocate Maître Amandine Juchs a voulu «dégonfler» cette affaire tout en insistant quand même sur le contexte estimant que l’enquête avait été «légère» pour identifier les auteurs de la descente dans le bar à chicha. «L’enquête a permis de démontrer que plusieurs militaires du «8» avaient acheté le jour même des matraques et des cagoules mais on s’est contenté de leurs déclarations dans lesquelles ils affirmaient que ce n’étaient pas eux», regrette-t-elle. Le président qui n’apprécie pas «qu’on se fasse justice soi-même» a condamné par défaut le principal mis en cause à 8 mois de prison ferme et son complice à 100 jours-amendes à 9€. «Vous devez donc payer 900 € sinon vous ferez 100 jours de prison», a-t-il indiqué au prévenu.

La Dépêche du Midi

  1. Aucun commentaire pour l’instant.
  1. No trackbacks yet.

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :