Accueil > Actualités, Faits divers, France, Société > Marseille : criblé de balles au milieu de son bar associatif

Marseille : criblé de balles au milieu de son bar associatif

Thomas Sylva a vu la mort en face. Alors il s’est retourné, pour fuir le tueur, qui a fait feu, deux fois. Une balle à l’arrière du crâne, un autre dans la cuisse droite, l’homme a chuté et s’est affalé sur le sol. Un règlement de comptes de plus, le deuxième en moins de 24 heures et la neuvième victime depuis le début de l’année.

Cette fois-ci, l’opération a été menée avec une dose supplémentaire d’audace criminelle. Celui qui a ouvert le feu est venu sur les terres, dans le fief de la victime, le local associatif du Cercle privé sportif Marseille Nord, ouvert au pied du bâtiment D de la cité de la Solidarité (15e) et dont Thomas Sylva est le président.

Un homme de 38 ans, connu dans le quartier pour s’impliquer dans la vie de sa cité de façon positive, venant régulièrement en aide à certains de ces jeunes gens déboussolés. Mais son association semble aussi s’être laissée déborder par des activités peu recommandables. Selon nos informations, une machine à sous était exploitée à l’intérieur de ce local.

Un « Bingo », la forme archaïque du flipper, dont l’entretien et les recettes sont souvent sous la coupe de réseaux mafieux. Beaucoup de jeux de cartes étaient aussi organisés dans ce local. Thomas Sylva était d’ailleurs en train de jouer, au poker semble-t-il, lorsqu’il a été pris au piège par le tueur masqué. L’inconnu, visage dissimulé derrière une cagoule, est entré, seul, dans la pièce où se trouvait une vingtaine de personnes, selon les enquêteurs de la police judiciaire.

Certaines consommaient de l’alcool, d’autres étaient occupées à leur partie de cartes, comme la victime. À peine après avoir tiré ses deux projectiles avec son arme de poing, l’homme a pris la fuite, en dissuadant les amis de la victime d’esquisser le moindre geste. Parti en courant sous un porche, il aurait pu être aidé par un complice, sur un deux-roues, pour s’éclipser, sous la pluie battante.

Sur place, personne n’osait croire un instant que Thomas Sylva ait pu être éliminé à la suite d’un différend lié au trafic de stupéfiants. Son casier judiciaire ne porte d’ailleurs aucune condamnation de ce genre. Il se murmurait même qu’il se serait montré très ferme avec plusieurs garçons impliqués dans la vente de cannabis ces derniers jours, leur demandant de ne plus se livrer à ce commerce, devant son local. L’enquête pourrait-elle s’orienter vers une dette de jeu, plus en rapport avec ses activités du moment ? Hier son état de santé restait extrêmement préoccupant et la victime se trouvait toujours en réanimation, à l’hôpital de la Timone.

La Provence

  1. Aucun commentaire pour l’instant.
  1. No trackbacks yet.

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :