Accueil > Actualités, Faits divers, International, Rions un peu..., Société > L’hortensia, la nouvelle drogue à la mode en Allemagne

L’hortensia, la nouvelle drogue à la mode en Allemagne

On savait tout un tas de choses sur l’hortensia, ce petit arbre très fleuri qui colore abondamment les jardins de juin à septembre. On sait qu’il grandit vite et s’étend à foison, qu’il en existe une centaine de variétés, et même qu’il faut uriner près de sa racine pour le rendre bleu… Un truc de grand-mère qui n’avait pas anticipé l’utilisation qu’en feraient certains jeunes Allemands de nos jours: faute de marijuana à leur disposition, les germaniques utilisent l’hydrangea (de son nom latin) en guise de substitut. Une drogue facile à dégoter qui commence à se répandre en Bavière.

Si l’image prête à sourire, le phénomène commence sérieusement à inquiéter les médecins outre-Rhin. Au delà de la multiplication des dégradations des balcons fleuris, fumer l’hortensia peut s’avérer très dangereux. Selon le journal Die Welt, «la chaîne respiratoire peut se bloquer, le système nerveux central est détruit, et peut donc conduire à l’asphyxie interne puis à la mort». En cause, l’acide cyanhydrique formé par les fleurs lorsqu’elles sont fumées. Egalement appelée «Zyklon B», cet acide est notamment connu pour avoir été utilisé par les nazis dans les chambres à gaz. A forte dose, il est donc très toxique.

Heidemarie Lux, médecin-chef à l’hôpital de Nuremberg et vice-président de l’Association médicale bavarois, met en garde contre le phénomène: «Si quelqu’un découvre une plantation de marijuana, elle sera fermée par les autorités immédiatement. Mais il ne viendra à personne l’idée d’interdire les hortensias dans les cours!» a-t-il démontré tout en rappelant que la tendance existe depuis déjà une dizaine d’années. Avec le bouche-à-oreille et désormais les réseaux sociaux, la technique s’est rapidement répondue: il suffit de faire sécher les pétales puis de les rouler comme des joints. Mais les effets à long terme ne sont pas encore connus.
Le Parisien

Le Finistère et ses hortensias

Demeure d’un riche narco-trafiquant en Bretagne.

  1. Aucun commentaire pour l’instant.
  1. No trackbacks yet.

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :