Accueil > Actualités, BLOG, France, Politique, Société > Qu’ils freinent donc s’ils l’osent…

Qu’ils freinent donc s’ils l’osent…

Tribune de Raymond la Science

De toutes façons ces conneries c’est fini, en face de nous il n’ y a strictement rien, ce n’est plus qu’une question de temps, le temps que le temps économique rejoigne le temps politique.

L’implosion générale du système est devant nous, elle est entamée et elle doit peu au coups de boutoir de notre discours, elle se fait d’elle même par pourrissement de la structure exactement comme le bloc soviétique n’a pas été détruit par la dissidence mais par ses contradictions internes. la dissidence est un produit de l’effondrement, pas le contraire.

Il y a trois signes qui ne trompent pas.

– Le système n’est plus capable de tenir un discours crédible, ni même audible, le décalage est trop grand entre la réalité décrite et la réalité vécue et les instruments de propagande ne parviennent plus à créer de la résilience.

Le contenu du discours d’adhésion systémique est faible, ténu, pauvre et répétitif, les ficelles sont trop grosses, n’importe qui a appris à les démonter comme en URSS tout le monde savait lire entre les lignes de la Pravda.

A l’inverse le contre discours dissident est généralisé, majoritaire sur tous les « dazibaos », c’ est celui du peuple, il emporte 25 % d ‘adhésion électorale, ce qui est considérable pour un « interdit » et ses réserves sont immenses tant dans l’abstention ( où il est identique) que dans les réserves colossales de citoyens qui n’ont pas encore relié leur ressenti avec la seule pensée oppositionnelle.

Le pouvoir et le contre pouvoir autorisé sont ringardisés, ses hommes apparaissent vieux, usés jusqu’à la corde, discrédités, corrompus, insensibles, décalés, incompétents, malhonnêtes, menteurs et faussaires. Le système est incapable de fabriquer ne serait ce qu’ Un seul personnage crédible, un seul « héros ».

Détail capital et complémentaire, en interne les dirigeants eux mêmes ( et eux avant tout) ne croient pas ( plus ?) au dogme et guère aux chances de survie du système. Quand les « élites dirigeantes » parlent de tout réformer d’urgence, chose qu’elles sont bien incapables de faire, c’est en fait qu’elles savent qu’un processus révolutionnaire est engagé. Au final elles partiront avec l’eau du bain car ELLES sont le problème et pas la température.

– La victoire idéologique est totale, car en face il n’ y a pas de création spontanée d ‘un contre feu, sauf chez une très faible minorité située à l’extrême gauche et chez quelques ethnocrates communautaristes, tout ce qui est produit vient de « bureaux » gouvernementaux, médias d’ Etat ou assimilés, donc de la technostructure, pas du peuple.

A ce niveau toute propagande se retourne contre celui qui l’émet, tout devient contreproductif. Passé 20 / 25 % le seuil de contention est dépassé, la « conversion » devient transversale d’ individu à individu, de famille à famille, de collègue à collègue et non plus verticale du pouvoir vers le peuple, exactement comme la communication internet.

On entre également dans la partie efficiente de la courbe de Pareto, analogiquement il suffit en général de vacciner un quart d’une population pour bloquer une épidémie.

– L’ Histoire produit du sens après coup, il est toujours frappant de voir que les bouleversements se voient attribuer a posteriori des événements fondateurs, en général des collisions de dates, des pics événementiels qui peuvent être réinterprétés comme des « intersignes ».

L’autodestruction de l’ UMP sous forme de combustion spontanée concomitante avec la déflagration électorale des Européennes en est un parfait exemple. Il ne s’agit pas de la réplique d’un séisme initial mais bien de deux événements tectoniques de très grande amplitude qui marquent un glissement général des plaques continentales de l’ Histoire.

Il est devenu limpide qu’il suffirait que la situation matérielle générale se détériore ( et c’est inéluctable puisque c’est le but, la cause, la nature et l’âme du système ) pour que tout s’écroule comme le paysage politique de la Vème République vient d’être dévasté en 48 heures.

On vous emmerde, vous êtes finis.

Raymond La Science

  1. Aucun commentaire pour l’instant.
  1. No trackbacks yet.

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :