Accueil > Faits divers, France, Société > Trois hommes et un couffin.

Trois hommes et un couffin.

Trois hommes enlèvent un bébé de deux ans à sa mère à Ajaccio

Si les histoires d’amour finissent mal, en général, elles se concluent rarement par un rapt d’enfant. C’est pourtant ce qui semble s’être produit hier midi à Ajaccio, où un bébé de deux ans a été enlevé à sa mère dans un appartement du boulevard Masseria.

Les auteurs de l’enlèvement seraient le père de l’enfant et deux autres hommes, dont les identités sont pour l’heure inconnues. Selon les premières informations de l’enquête, l’homme de nationalité roumaine serait arrivé il y a peu de temps à Ajaccio pour retrouver sa femme.

Cette dernière, Roumaine également, l’avait précédé de quelques semaines pour s’installer chez un ami, résidant à Ajaccio. Hier matin, le couple a eu un premier accrochage, dans une petite rue proche du tribunal. Un fourgon de police passant à proximité, la jeune femme a demandé de l’aide. Deux agents sont intervenus pour séparer les époux contrariés et Madame est repartie avec son enfant aux bras, poussette dans une main, tandis que Monsieur était maîtrisé par les policiers. Peu avant midi, le père s’est présenté au domicile de l’hôte de sa femme, accompagné de deux hommes qu’elle ne connaissait pas.

Les trois comparses ont emporté l’enfant, sans autre forme de procès. « Pour le moment il est très difficile de caractériser l’enlèvement, d’un point de vue légal, dans le sens où la mère n’a produit aucune décision de justice prouvant qu’elle a la garde de l’enfant. À ce stade, on ne peut pas dire que l’un des deux parents a plus de droit que l’autre sur l’enfant », explique une source judiciaire.

Une autre source, proche du dossier fait toutefois valoir que « l’homme aurait pu venir réclamer son bébé au commissariat, s’il s’était estimé dans son bon droit ». Une enquête pour « enlèvement et violences en réunion  » a été ouverte par le parquet d’Ajaccio et les autorités portuaires et aéroportuaires alertées. « Des mesures ont été prises pour permettre la fouille des véhicules qui embarquent », précise une source judiciaire. Une demande de collaboration avec les autorités roumaines a également été faite. Reste qu’en l’absence de jugement français ou roumain sur la garde de l’enfant, qui ne relève d’ailleurs pas de la juridiction ajaccienne, le plan d’alerte enlèvement n’a lieu d’être déclenché.

 

Catégories :Faits divers, France, Société
  1. Aucun commentaire pour l’instant.
  1. No trackbacks yet.

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :