Accueil > Faits divers, France, Société > Huit années passées à flouer la Caf et la Sécu

Huit années passées à flouer la Caf et la Sécu

Faux documents d’identité, alias, fausses déclarations, justificatifs de ressources tout aussi apocryphes, extraits de naissance travestis… D’ailleurs, selon les dires d’un voisin, Kacem, alerte sexagénaire, passait énormément de temps dans sa cave. Et pour cause. C’est là, dans ce huis clos, équipé du matériel idoine, qu’il s’ingéniait à fabriquer ces titres fantoches. Avec lesquels il a, huit années de rang, entre le mitan de 2003 et juillet 2008, mais également en amont de cette période, floué les caisses d’Assurance maladie et d’allocations familiales du Gard, de l’Aude, de Paris et de l’Hérault en obtenant des prestations sociales indues, pour un montant de quelque 81 000 €.

Une fraude d’ampleur découverte fortuitement et déclenchant l’ouverture d’une enquête, d’une information judiciaire, la saisine d’un magistrat instructeur… Lequel aura bien du mal à entendre Kacem. Résidant londonien mais, entre-temps, réfugié au Maroc. Et qui va finir par être interpellé dans la région de Malaga, l’année dernière, à la faveur d’un mandat d’arrêt européen délivré en bonne et due forme par la justice hexagonale.

Sous écrou depuis, Kacem a fini par se retrouver dans le box de la correctionnelle.

« C’était une véritable entreprise. Vous avez passé combien d’heures par jour à fabriquer ces faux ? », interroge le président Tastevin.

« Je ne me souviens pas du tout », lâche Kacem. Concédant avoir eu maille à partir avec le Crown prosecution service (l’équivalent du parquet outre-manche), dans une affaire similaire. Et avoir, pour cela, écopé de trois ans de geôle.

– « Et cela a duré combien de temps là-bas ?« , embraye le magistrat.

« Quelques années… »

« Le portrait de celui-ci, fait par son propre neveu, nous a rappelé que monsieur était un escroc, n’avait jamais travaillé… Ce portrait est exact : Il nous l’a dit aujourd’hui », retrace le représentant du parquet. Face à un prévenu qui fut « un jeune étranger de 20 ans que la France va accueillir ».

Un homme qui « parle bien, obtient ce qu’il veut. Il a fait son métier d’escroquer la collectivité et a vécu sur l’idée qu’il n’avait pas à travailler. Il n’a plus de souvenir. Mais ça, c’est une posture facile pour ne pas entrer dans le détail de ses exactions ! » De quoi justifier cinq années de prison, dont une assortie d’un sursis et d’une mise à l’épreuve, requises sur l’audience, maintien en détention en sus.

Le prévenu va faire appel

« Sa responsabilité est entière« , plaide Me Abratkiewicz, le conseil de Kacem. Pour autant, tout n’est pas aussi limpide, estime le pénaliste. Et de le dire : « La Caf distribuait l’argent sans contrôler, comme des béni-oui-oui ! Jusqu’à il y a peu, c’était très facile parce que l’on ne vérifiait rien ! » Reste que son client a écopé de quatre ans ferme. Identique à la peine prononcée, en son absence, quatre ans plus tôt. Dès le jugement connu, Me Abratkiewicz a indiqué qu’il faisait appel de cette décision.

Catégories :Faits divers, France, Société
  1. Aucun commentaire pour l’instant.
  1. No trackbacks yet.

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :