Archive

Archive for the ‘Faits divers’ Category

Blois : Une vraie mairie de Gauche sociale et solidaire.

Polémique entre les Restos du Cœur et la municipalité de Blois ( Union de la Gauche). La cause : un arrêté pris début janvier par la mairie de gauche pour limiter la distribution de repas chauds aux SDF. 

Tout est parti d’un arrêté municipal datant du 6 janvier dernier, règlementant et réduisant la distribution de repas chaud aux Sans Domicile Fixe dans les rues de Blois à certains endroits. Depuis, les Restos du Cœur ne sont plus autorisés à faire leurs « maraudes » que trois fois par semaine au lieu de cinq.

Extrait de l’arrêté : 

« Les Restos du Cœur sont autorisés à occuper le domaine public à l’occasion de la distribution de produits alimentaires qui se déroulera les lundis, mercredis et vendredis.« 

Pour la mairie, Blois est une ville touristique et cet arrêté résulte de la bonne gestion de l’espace public.

Les gens de la rue ont plusieurs possibilités pour avoir des repas. En particulier, il y a l’accueil de jour qui est géré par l’ASLD (Aide Soutien Lutte contre les Détresses) et qui offre quotidiennement des repas aux gens de la rue. Les maraudes des Restos du Cœur sont complémentaires, nous dit Odile Soules, adjointe PC à la solidarité.

Résultat, les 35 à 40 SDF Blésois qui bénéficient de ces maraudes affirment qu’ils ne pourront plus désormais manger que trois fois par semaine…

Source

Calais : L’homme qui brandit un fusil s’explique « je me suis défendu » 24/01

 

http://placemarche.info/2016/01/24/une-journee-ordinaire-a-calais/

 

czklz5twaaakqud

Un Calaisien sort un fusil « factice »

Par ailleurs, dans une vidéo publiée sur le compte Youtube de l’agence engagée Taranis News, un riverain semble perdre ses nerfs au point de se faire très menaçant dans son jardin, envers les manifestants. Un membre de Taranis News assure que l’homme a « provoqué la foule de la manif avec des doigts et bras d’honneur, insultes, avant qu’elle se retourne contre lui ». La vidéo, qui ne montre pas ce passage, ne permet cependant pas de déterminer avec précision l’origine exacte de cette situation tendue. Les images captées montrent en tout cas l’habitant en question très remonté sortir de chez lui, carabine à la main, qui serait « factice » selon i>Télé. Il pointe brièvement l’arme en direction de la foule, avant de se raviser et de la baisser.

Source

Arme factice confirmée par la Préfecture et par Nord-Littoral

 

Une journée ordinaire à Calais

24 janvier 2016 1 commentaire

«Islamophobie» : les chiffres du CCIF ne sont pas fiables

Dans une interview au journal La Croix, Bernard Cazeneuve a annoncé les chiffres des actes antisémites, antimusulmans et antichrétiens pour l’année 2015. Les actes antimusulmans ont plus que triplé et s’établissent à «environ 400». Pourtant, le Collectif contre l’islamophobie en France (CCIF) évoque des chiffres bien plus élevés concernant les actes «islamophobes». Comment expliquez-vous un tel décalage? Comment ces chiffres sont-ils obtenus?

Les chiffres du CCIF ne sont absolument pas fiables: son rôle est d’alimenter le sentiment de persécution des musulmans par les non-musulmans et de faire entériner le concept d’islamophobie pour imposer l’interdit de «diffamer les religions, surtout l’islam», ainsi que de faire abroger les lois de 2004 et 2010 sur le voile «islamique» à l’école et le voile intégral. J’ai étudié l’ensemble de leurs statistiques entre fin 2003 et 2012. Leurs rapports annuels étaient alors disponibles sur leur site, constitués de listes totalement imprécises, avec des doublons et des triplets visiblement comptabilisés pour autant d’actes «islamophobes». J’ai donc fait des recherches poussées sur chaque doléance, en me basant sur les informations fournies par le CCIF et en parvenant le plus souvent à les recouper avec des informations parues dans la presse régionale ou nationale, à partir d’un nom, d’une ville, d’un lieu ou d’une simple date. Au-delà de ce relevé précis qui permettait dans un premier temps d’établir un acte unique pour trois mentions, par exemple, j’ai voulu connaître les suites données: enquêtes de police, puis jugements.
Il faut savoir que le CCIF comptabilisait à l’époque comme «actes islamophobes» des faits aussi divers qu’une question posée à une jeune femme voilée lors d’un entretien à l’ANPE, des règlements de compte crapuleux, des vols relevant du simple droit commun, des propos jugés insultants et, beaucoup plus graves, des expulsions de prédicateurs violemment antisémites et appelant au djihad contre les infidèles et l’Occident, voire en lien avec des entreprises terroristes.

(…)

Source

Pour un imam de Cologne, les femmes attaquées sont responsables

Pour Sami Abu-Yusuf imam de la mosquée salafiste « Al-Tawhid » de Cologne les victimes des attaques du Nouvel An sont responsables de leurs agressions sexuelles, elles aurait provoqué les hommes en s’ habillant de façon inappropriée et en étant parfumées …

1601200317560093

Source

Plus de 800 plaintes à Cologne dont 521 pour agressions sexuelles.

Les plaintes pour agressions continuent d’arriver à la police de Cologne, trois semaines après le réveillon de la Saint-Sylvestre. Au total, 809 plaintes ont été déposées, a indiqué le procureur Ulrich Bremer mardi. Parmi celles-ci, 521 rapportent directement des cas d’agressions sexuelles. A côté, il s’agit principalement de vols et de coups.

5fszrk-hc

 

 

Huit années passées à flouer la Caf et la Sécu

Faux documents d’identité, alias, fausses déclarations, justificatifs de ressources tout aussi apocryphes, extraits de naissance travestis… D’ailleurs, selon les dires d’un voisin, Kacem, alerte sexagénaire, passait énormément de temps dans sa cave. Et pour cause. C’est là, dans ce huis clos, équipé du matériel idoine, qu’il s’ingéniait à fabriquer ces titres fantoches. Avec lesquels il a, huit années de rang, entre le mitan de 2003 et juillet 2008, mais également en amont de cette période, floué les caisses d’Assurance maladie et d’allocations familiales du Gard, de l’Aude, de Paris et de l’Hérault en obtenant des prestations sociales indues, pour un montant de quelque 81 000 €.

Une fraude d’ampleur découverte fortuitement et déclenchant l’ouverture d’une enquête, d’une information judiciaire, la saisine d’un magistrat instructeur… Lequel aura bien du mal à entendre Kacem. Résidant londonien mais, entre-temps, réfugié au Maroc. Et qui va finir par être interpellé dans la région de Malaga, l’année dernière, à la faveur d’un mandat d’arrêt européen délivré en bonne et due forme par la justice hexagonale.

Sous écrou depuis, Kacem a fini par se retrouver dans le box de la correctionnelle.

« C’était une véritable entreprise. Vous avez passé combien d’heures par jour à fabriquer ces faux ? », interroge le président Tastevin.

« Je ne me souviens pas du tout », lâche Kacem. Concédant avoir eu maille à partir avec le Crown prosecution service (l’équivalent du parquet outre-manche), dans une affaire similaire. Et avoir, pour cela, écopé de trois ans de geôle.

– « Et cela a duré combien de temps là-bas ?« , embraye le magistrat.

« Quelques années… »

« Le portrait de celui-ci, fait par son propre neveu, nous a rappelé que monsieur était un escroc, n’avait jamais travaillé… Ce portrait est exact : Il nous l’a dit aujourd’hui », retrace le représentant du parquet. Face à un prévenu qui fut « un jeune étranger de 20 ans que la France va accueillir ».

Un homme qui « parle bien, obtient ce qu’il veut. Il a fait son métier d’escroquer la collectivité et a vécu sur l’idée qu’il n’avait pas à travailler. Il n’a plus de souvenir. Mais ça, c’est une posture facile pour ne pas entrer dans le détail de ses exactions ! » De quoi justifier cinq années de prison, dont une assortie d’un sursis et d’une mise à l’épreuve, requises sur l’audience, maintien en détention en sus.

Le prévenu va faire appel

« Sa responsabilité est entière« , plaide Me Abratkiewicz, le conseil de Kacem. Pour autant, tout n’est pas aussi limpide, estime le pénaliste. Et de le dire : « La Caf distribuait l’argent sans contrôler, comme des béni-oui-oui ! Jusqu’à il y a peu, c’était très facile parce que l’on ne vérifiait rien ! » Reste que son client a écopé de quatre ans ferme. Identique à la peine prononcée, en son absence, quatre ans plus tôt. Dès le jugement connu, Me Abratkiewicz a indiqué qu’il faisait appel de cette décision.

Catégories :Faits divers, France, Société
%d blogueurs aiment cette page :