Archive

Archive for the ‘International’ Category

Plus de 800 plaintes à Cologne dont 521 pour agressions sexuelles.

Les plaintes pour agressions continuent d’arriver à la police de Cologne, trois semaines après le réveillon de la Saint-Sylvestre. Au total, 809 plaintes ont été déposées, a indiqué le procureur Ulrich Bremer mardi. Parmi celles-ci, 521 rapportent directement des cas d’agressions sexuelles. A côté, il s’agit principalement de vols et de coups.

5fszrk-hc

 

 

There’s no business like Shoah business!

Scandale en Israël. Neuf cadres d’agence de voyages ont été arrêtées par les autorités du pays. Elles sont soupçonnées de s’être entendues frauduleusement sur les prix qu’elles pratiquaient pour emmener les visiteurs dans les camps de la mort. Les policiers ont également procédé à des perquisitions dans les bureaux et aux domiciles des suspects. Leurs comptes en banque ont été gelés.

Des tarifs élevés

Six agences sont accusées d’avoir violé les règles de concurrence en se mettant d’accord sur des tarifs avant de répondre aux appels d’offres lancés sous l’égide du ministère de l’Education pour emmener des élèves sur des lieux de mémoire de la Shoah. Elles auraient procédé de la sorte pour que les tarifs des billets restent élevés. L’arnaque irait plus loin : elles se seraient ensuite partagé le marché.

En Israël, les voyages à Auschwitz et dans d’autres camps de la mort représentent des sommes importantes pour les agences. Le prix d’un aller-retour pour un seul élève peut représenter jusqu’à plusieurs milliers de shekels (1.000 shekels = 232 euros) rapporte la presse israélienne.

Source

alain-finkielkraut-respecter-auschwitz-c-est-ne-plus-s-y-rendrem65149

 

Quand un Parti de gauche rejoint la campagne anti-réfugiés

du_rififi_chez_les_hommes04La dirigeante du groupe parlementaire du Parti de gauche Sahra Wagenknecht a rejoint l’agitation d’extrême-droite anti-immigrés et a appelé lundi à des mesures d’Etat policier.

Après une réunion de son parti à Berlin, elle s’est servie des événements de la Saint Sylvestre à Cologne pour déclarer: « Celui qui abuse du droit à l’hospitalité a perdu le droit d’être un invité. » C’était une « position très claire » du Parti de gauche, a-t-elle dit.

Parler d’« invités » pour des personnes qui ont fui la guerre, la faim et la mort fait partie du vocabulaire de l’extrême droite. Avec l’hystérie raciste déclenchée depuis le Nouvel An, on utilise de nouveau largement le terme. Les implications en sont claires: les réfugiés sont invités et ils doivent se comporter en tant que tels, ils n’ont pas de droits démocratiques. On les tolérera et à la première occasion, on leur demandera de quitter l’Allemagne. S’ils ne le font pas volontairement, on les expulsera.

Wagenknecht se joint au chœur des partis de l’establishment et des médias dont le slogan est « criminels étrangers dehors! »

Le co-leader de Wagenknecht dans le groupe parlementaire, Dietmar Bartsch, a déclaré que ses demandes sont conformes au droit existant. « Nous devons faire respecter les lois actuellement en place avec beaucoup de détermination, » a-t-il exigé. Il y avait actuellement en Allemagne un « déficit de mise en vigueur. »

Wagenknecht s’est prononcée explicitement en faveur de la limitation du nombre des réfugiés. Le mois dernier, dans une interview à Der Spiegel, elle a dit, « Il est clair également que nous ne pouvons pas accepter un million de personnes chaque année. »

[…]

Wagenknecht a clairement dit ce qu’elle comptait faire à ce sujet en tant que dirigeante politique de Die Linke: renforcer la police. « Pourquoi a-t-on éliminé tant de postes dans la police de ce pays? » a-t-elle demandé, répondant que les Lands souffraient du frein à l’endettement. Avoir plus de personnel dans la police était « ce dont nous avons réellement besoin. »

L’appel au renforcement de la police est maintenant général dans le Parti de gauche.

La semaine dernière, le président de Die Linke Berndt Riexinger a averti dans un communiqué de presse que la réduction massive des postes dans la police déstabilisait le pays. Ces économies restreignaient « la capacité fonctionnelle de l’État » et conduisaient « au bord de la faillite d’Etat. »

[…]

Plus méprisable encore est la tentative de Wagenknecht de jouer les réfugiés contre les travailleurs, les chômeurs et les pauvres. Elle a affirmé à plusieurs reprises ces derniers mois que les réfugiés pouvaient être utilisés pour faire pression sur les salaires et les faire baisser. Lundi, elle a affirmé que les réfugiés aggraveraient les problèmes sur le marché de l’immobilier. « Si les politiciens ne commencent pas enfin à faire construire des logements abordables à grande échelle, les loyers continueront d’augmenter. » Ce ne fut pas une « crainte irrationnelle, mais plutôt une crainte tout à fait compréhensible. »

Wagenknecht omet de dire que le Parti de gauche a imposé les réductions de coûts au niveau des Lands et des municipalités, en particulier en Allemagne de l’Est où il n’a pas hésité à vendre les logements publics à l’encan. Le conseil municipal de Dresde a bazardé avec le plein soutien du Parti de gauche la société municipale de HLM avec près de 60.000 appartements (des « logements « abordables ») au hedge-fonds « Forteresse » pour 1,7 milliards d’euros. Au cours des quinze années précédentes, la municipalité a vendu 120.000 appartements de la ville à des propriétaires privés.

Les propositions de Wagenknecht sont identiques à celles de son mari, Oscar Lafontaine. Le père fondateur du Parti de gauche, longtemps son président, a commencé à faire de l’agitation anti-réfugiés en novembre dernier. À l’époque, nous écrivions, « l’argumentation de Lafontaine est totalement populiste de droite. Il cherche à jouer les sections les plus pauvres de la société contre les immigrés, accompagnant cela de quelques piques inoffensives contre les millionnaires et il appelle à plus de police. »

Lafontaine avait écrit à l’époque, « Il ne faut pas faire porter le coût à ceux qui sont déjà défavorisés, les petits salaires, les chômeurs, les familles et les retraités. C’est inadmissible que les coupes soient faites dans les écoles, dans le secteur social, dans le secteur public et dans la police, tandis que Merkel, Gabriel et Cie refusent de faire participer proportionnellement les millionnaires au financement. »

Wagenknecht combine maintenant ses appels au renforcement en personnel de la police à des critiques du manque de personnel dans le secteur public en général, en particulier dans l’éducation; ses attaques contre l’orgie de coupes des municipalités à l’appel à des hausses d’impôts pour les riches; et son agitation contre les réfugiés aux « craintes de la population. » Si on enlève de sa rhétorique la démagogie sociale, il reste deux choses: l’opposition aux réfugiés et le renforcement de la police.

Les déclarations de Wagenknecht montrent combien à droite et dégénéré est le Parti de gauche. Pendant longtemps Wagenknecht, l’ancienne porte-parole de « Plateforme communiste », a été dépeinte comme une représentante de la prétendue aile gauche du parti, qui s’opposait à l’aile droite dirigée par Dietmar Bartsch et Stefan Liebich. Cela a toujours été une fraude. Sur la question des réfugiés, Wagenknecht et Lafontaine ont été plus loin que ces éléments droitiers déclarés.

Source

potatobug

(Ndlr : Je crois que ça va plus très bien a gauche…)

Djihad 2.0

Il y a quelques semaines, le Centre de lutte contre les criminalités numériques (C3N) de la gendarmerie nationale identifiait deux applications pour iPhone développées par les informaticiens de l’organisation État islamique. Une note confidentielle de la Direction générale de la sécurité extérieure (DGSE) évoque aujourd’hui l’existence d’une « cellule d’assistance informatique » pour les cyberdjihadistes.

Découverte dans le cadre des investigations menées après les attentats du 13 novembre par les services d’espionnage français, cette hotline serait disponible 24 heures sur 24 et animée par « des experts informatiques titulaires de diplômes universitaires », selon la note. Elle confirme ce que Le Point.fr révélait dès le 18 novembre : à savoir que Daech a mis en place des « cyberbataillons » susceptibles de commettre des attentats numériques.

 

elec-clavier-orientica-usb1

 

Des communications de plus en plus cryptées

La hotline de l’État islamique délivrerait des conseils notamment pour « crypter les messages et sécuriser les communications », expliquait, lundi 18 janvier, François Paget, secrétaire adjoint du Club de la sécurité de l’information français (Clusif), au micro de Damien Delseny, journaliste de RTL.

Le document des services de renseignement, dont l’existence a été révélée à l’antenne de RTL, révèle également la création d’un compte Twitter « islamicstate technical » qui formerait à l’utilisation des messageries Telegram et Threema, deux outils permettant de déjouer la surveillance des télécommunications mise en place par les autorités occidentales. Ce dispositif serait complété par des blogs offrant des tutoriels et des cours à distance.

Les contre-mesures mises en place par ces cyberdjihadistes pour éviter d’être écoutés par les services de renseignements européens et américains semblent particulièrement efficaces. « Il faut être clair, à partir du moment où le cryptage est réalisé correctement de bout en bout, il n’y a pas de parade. Même avec les super-ordinateurs que les uns ou les autres peuvent avoir, on est aujourd’hui sur des logiciels qui utilisent des cryptages importants et le décryptage de ces messages s’avère impossible », témoigne François Paget.

Le Dark Web au service du djihad

« Pour communiquer, les membres de l’État islamique recourent à des systèmes de plus en plus perfectionnés », confirme Nicolas Duvinage, colonel de gendarmerie responsable de l’équipe du Centre de lutte contre les criminalités numériques. Ses services ont retrouvé la trace d’échanges codés entre djihadistes, via des forums de discussion intégrés à des jeux en ligne. Ils explorent également le Dark Web (le réseau souterrain du Web mondial, NDLR), largement investi par des réseaux criminels et terroristes et où se réalisent parfois des échanges de « bons procédés » entre ces deux « milieux ».

Reste que, si les autorités françaises traquent sans relâche les activistes de l’État islamique « online », elles se heurtent parfois au manque de coopération de certaines entreprises du Web. Comme les propriétaires américains du site archive.org qui hébergent de nombreux comptes « terroristes »… et se refusent à transmettre toute information sur leurs détenteurs. « Non seulement ils ne coopèrent pas, mais en plus les responsables de ce site informent les djihadistes de nos démarches », dénonce le colonel Duvinage.

 

Source

Principe de réalité

Il y avait le selfie avec Merkel

et maintenant cette caricature de Merkel (c’est sur que c’est pas dans la presse française ou allemande que ce dessin aurait été publié…. c’est dans la presse de ces immondes pays de l’est fascistes – la Bulgarie en l’occurrence-)

Source

Les collégiens britanniques vont apprendre que les premiers occupants de leur île étaient africains!

14 janvier 2016 1 commentaire

La communauté académique a qualifié d’«endoctrinement» le nouveau programme d’histoire à destination des élèves de troisième concernant l’immigration en Grande Bretagne, qui adopte un point de vue inédit sur l’origine de la population britannique.

Le nouveau programme d’histoire proposé aux élèves de 14 à 16 ans sera proposé dans les établissements scolaires du Royaume-Uni à partir de septembre. Intitulé «Migration vers la Grande-Bretagne de 1000 à 2010» («Migration To Britain c. 1000 to c. 2010»), le cours a été développé en collaboration avec les professeurs de l’Association d’études sur l’Asie et l’Afrique et couvre les flux migratoires vers les îles depuis l’époque romaine jusqu’à l’immigration moderne.

Cependant, c’est l’histoire des premiers locataires des îles britanniques qui a suscité le mécontentement des historiens. Le nouveau programme suggère que des Africains y résidaient avant même les anglo-saxons, en se référant à une légion romaine de nord-africains stationnés brièvement près du mur d’Hadrien, qui marquait la frontière avec les territoires du nord, soit l’actuelle Écosse.

Alors qu’il est reconnu qu’environ 500 maures géraient ce fort près de Carlisle, il n’y a aucune preuve de leur installation de façon permanente, s’insurgent les experts, en accusant les auteurs de cette mise à jour de distorsion des faits au profit du «politiquement correct».

Quel est l’objectif de ce nouveau programme ?

Certaines voix prétendent que de tels cours visent à traiter les problèmes contemporains, plutôt qu’enseigner l’histoire.

«Cela semble relever plutôt de l’endoctrinement que de l’éducation. C’est dangereux parce qu’une société soudée dépend de l’opinion partagé d’une histoire commune», a noté le professeur Alan Smithers de l’Université de Buckingham et conseiller du comité d’Education.

L’historien Roy Strong, a également trouvé gênant que «nos enfants aient à apprendre quelque chose qui est clairement conçu pour alimenter des problèmes contemporains au lieu de raconter correctement l’histoire de notre île».

Ray Finch, du parti britannique UKIP, estime que l’histoire est réécrite pour être politiquement correcte. «Cela fait partie de cette idéologie particulière, intimement liée aux perspectives politiques», a-t-il indiqué, ajoutant que cela vise à modifier l’histoire pour poursuivre d’autres objectifs.

Il a également noté que les enfants ne doivent pas être «utilisés comme des moyens de propagande», puisque c’est «faux, immoral et absolument honteux». Pour lui, avec cette proposition, «ils essaient d’éliminer la perception du Royaume-Uni comme d’un pays souverain».

Source

papous02

(Ndlr : Shocking!)

La carte des agressions sexuelles du nouvel an

1601130523410082

Carte parue dans le journal danois « Jyllands-Posten ».

Cologne : la police s’inquiète d’un nouveau phénomène, le «taharrush gamea»

Les autorités allemandes soulignent la similitude avec un «modus operandi connu dans les pays arabes» : le harcèlement sexuel des femmes dans les foules.

La liste est longue et répétitive. Dans le rapport du ministère de l’Intérieur de Rhénanie-du-Nord-Westphalie sur les agressions de Cologne, figure la retranscription des plaintes enregistrées la nuit du 31 décembre devant la gare centrale. Le journal Bild s’est procuré le document et publie dans son édition de mardi 114 d’entre elles. Une dizaine d’hommes seulement figurent parmi les victimes. Toutes les autres sont des femmes qui ont subi les mêmes violences, mêlant petite délinquance, comme le vol de téléphones portables, et harcèlement physique.

Les faits sont résumés à chaque fois en quelques lignes et décrivent une nuit entière de chaos :

les premiers faits ont été signalés à 19 heures et les derniers à 8 heures.

«21h45, la victime a été saisie sur l’ensemble du corps par plusieurs individus».

«22h45, deux victimes, la première a été saisie dans ses parties intimes, la deuxième a aussi eu son sac arraché».

«23h05, la victime a été touchée dans ses parties intimes, son iPhone a disparu» ;

«23h30, le sac de la victime a été arraché, un groupe de personnes arabes a été aperçu» ;

«23h30, la victime a été encerclée par plusieurs individus et touchée au fessier, son sac a été volé» ;

«00h30, en passant au travers d’un groupe d’individus, la victime a été saisie au fessier sous sa jupe et dans ses sous-vêtements. On a tenté de voler son sac».

«00h30, un homme et une femme, un groupe de vingt individus (nord-africains) ont attrapé les victimes, tiré sur leurs pantalons. Un porte-monnaie a été dérobé».

«01h00, trois victimes, encerclées par un groupe de Nord-Africains. Elles ont été saisies à l’entrejambe, à la poitrine et au pantalon. Les téléphones portables ont été dérobés. Tentative de vol de sac à main».

«01h30, la victime a traversé un groupe de 50 personnes. Elle a été saisie au fessier et sous le t-shirt. Le téléphone portable a été dérobé».

«05h30, un individu a interpellé la victime en lui disant ‘‘toi, sexy » et l’a touchée».

 

note1

Le plus jeune suspect âgé de 16 ans

«Ce phénomène d’agressions sexuelles de masse n’était pas prévisible», lit-on dans le rapport, qui pointe du doigt la délinquance nord-africaine. La police souligne néanmoins la similitude avec un «modus operandi connu dans les pays arabes comme «taharrush gamea», le harcèlement sexuel des femmes dans les foules».

Sur les dix-neuf suspects dans le viseur de la police, une dizaine était connue pour des faits de délinquance, l’un d’eux pour agression sexuelle. Sept sont de nationalité marocaine, trois sont Algériens, un Libyen, un Tunisien et un «Nord-Africain» figurent dans la liste, avec un Iranien, un Syrien, un Somalien, un Turc, un Albanais et un de nationalité inconnue. Dix sont demandeurs d’asile. Le plus âgé à 32 ans et le plus jeune 16 ans.

Source

Emmanuelle Cosse (EELV) réagit aux viols de Cologne

Augmentation inquiétante de la tuberculose multirésistante

La tuberculose est une maladie infectieuse bactérienne touchant majoritairement les poumons et ses membranes et pouvant s’étendre à d’autres sites. L’agent responsable de la tuberculose est le bacille de Koch, découvert en 1882, et qui se propage dans l’air. En France, un vaccin, le Bcg, existe, mais n’est plus obligatoire depuis 2007.

Une personne sur dix développe une tuberculose active (maladie), une personne sur trois est porteuse latente (porteuse de bactéries vivantes mais inactives), durée pendant laquelle une tuberculose n’est pas contagieuse. En 2013, 9 millions de personnes ont développé une tuberculose dans le monde. C’est la deuxième cause la plus fréquente de décès par maladie infectieuse chez l’adulte, après le Vih. Environ 3,7 % des patients nouvellement diagnostiqués avec la tuberculose dans le monde sont porteurs de souches multirésistantes. La tuberculose multirésistance (TB-MR) est une forme de tuberculose qui se caractérise par un échec du traitement dû à une résistance à au moins deux antituberculeux de 1re ligne les plus efficaces que sont la rifampicine et l’isoniazide. La prise en charge de la Tbmr est complexe, car elle exige un traitement pouvant durer jusqu’à deux ans, ainsi qu’une surveillance médicale très étroite.

Au niveau mondial, la tuberculose «classique» est en régression, mais l’Oms estime que parmi tous les cas de Tuberculose rapportés dans le monde la TB-MR représentait 480 000 cas en 2013. Elle évalue que plus de 2 millions de personnes ont contacté la TB-MR entre 2011 et 2015. L’épidémie est mondiale et sa propagation alarmante. Et si elle touche d’abord les pays défavorisés, en particulier les pays de l’Est, les maladies infectieuses ne connaissent pas de frontières.

refugees-station-448x293

La Direction générale de la santé soulignait fin janvier 2013 que la hausse des cas de tuberculose multirésistante est considérée comme inquiétante sur le plan de la santé publique en France. Et en effet, depuis 2011, le nombre des cas a doublé.

Les épidémiologiques expliquent ce problème par les flux migratoires de plus en plus importants. Par ailleurs la contamination s’explique par des conditions de vie de plus en plus dégradées en raison de la crise et par un accès de plus en plus tardif aux soins.

En France, on assiste à une contamination très sérieuse des personnes en provenance de la Géorgie. Une très grande majorité des cas  est répertoriée en Ile-de-France.

Source

%d blogueurs aiment cette page :