Archive

Archive for the ‘Politique’ Category

Blois : Une vraie mairie de Gauche sociale et solidaire.

Polémique entre les Restos du Cœur et la municipalité de Blois ( Union de la Gauche). La cause : un arrêté pris début janvier par la mairie de gauche pour limiter la distribution de repas chauds aux SDF. 

Tout est parti d’un arrêté municipal datant du 6 janvier dernier, règlementant et réduisant la distribution de repas chaud aux Sans Domicile Fixe dans les rues de Blois à certains endroits. Depuis, les Restos du Cœur ne sont plus autorisés à faire leurs « maraudes » que trois fois par semaine au lieu de cinq.

Extrait de l’arrêté : 

« Les Restos du Cœur sont autorisés à occuper le domaine public à l’occasion de la distribution de produits alimentaires qui se déroulera les lundis, mercredis et vendredis.« 

Pour la mairie, Blois est une ville touristique et cet arrêté résulte de la bonne gestion de l’espace public.

Les gens de la rue ont plusieurs possibilités pour avoir des repas. En particulier, il y a l’accueil de jour qui est géré par l’ASLD (Aide Soutien Lutte contre les Détresses) et qui offre quotidiennement des repas aux gens de la rue. Les maraudes des Restos du Cœur sont complémentaires, nous dit Odile Soules, adjointe PC à la solidarité.

Résultat, les 35 à 40 SDF Blésois qui bénéficient de ces maraudes affirment qu’ils ne pourront plus désormais manger que trois fois par semaine…

Source

Confusion des genres…

Le rapporteur « sur les questions éthiques liées à la GPA » est une gynécologue transsexuelle pratiquant des GPA. Quelques députés ont « osé » soulever la question du conflit d’intérêts du rapporteur ; elle sera tranchée cette semaine.

frankenfurter3La commission des questions sociales du Conseil de l’Europe (Strasbourg) a confié la rédaction de son rapport sur les « Droits de l’homme et les questions éthiques liées à la gestation pour autrui » au Dr Petra De Sutter… une gynécologue transsexuelle belge.

C’est à cette sénatrice belge qu’a été confiée l’élaboration d’un projet de rapport sur les « normes éthiques » en matière de GPA.

Ce que la commission ignorait lors de la nomination du Dr De Sutter, c’est qu’elle réalise des GPA dans son service de l’hôpital de Gand, notamment pour des clients étrangers, les aidant ainsi à contourner leur loi nationale !

Sans surprise, le projet (encore confidentiel) de rapport du Dr De Sutter est très favorable à toutes formes de GPA, mêmes commerciales et pour les célibataires, et propose un cadre législatif…

Quelques députés ont « osé » soulever la question du conflit d’intérêts du rapporteur ; elle sera tranchée cette semaine. Le code de conduite de l’Assemblée interdit, en théorie, de confier à un député la rédaction d’un rapport en lien direct avec sa profession, mais la majorité pourrait en décider autrement !

Rappelons qu’à l’opposé de la position promue par Petra De Sutter, l’autre Parlement européen, celui de Bruxelles, a voté le 17 décembre 2015 une résolution dans laquelle sa majorité « condamne la pratique de la gestation pour autrui qui va à l’encontre de la dignité humaine de la femme » et affirme qu’elle « doit être interdite et qu’elle doit être examinée en priorité dans le cadre des instruments de défense des droits de l’homme » car elle « implique l’exploitation de la reproduction et l’utilisation du corps humain pour un gain financier ou autre ».

Source

Angela Merkel traduite en justice

qUn groupe de juristes a intenté une procédure contre la chancelière allemande Angela Merkel à la Cour constitutionnelle du pays, à Karlsruhe, en lien avec sa politique migratoire.

Les avocats exigent que le tribunal décrète contraire à la loi fondamentale allemande la décision d’Angela Merkel du 4 septembre 2015 ouvrant les frontières aux réfugiés. Le tribunal pourrait entre autres considérer comme une infraction le fait que la chancelière ait pris sa décision en dépit des Accords de Dublin et des lois allemandes régissant l’octroi d’asile et le droit de demeurer en Allemagne, apprend-on de Spiegel.

« En marge de sa politique, la chancelière n’a pas le droit de franchir la limite des lois et d’abuser du pouvoir que ses électeurs lui ont confié », déclare l’avocat de Dusseldorf Clemens Antweiler, auteur de la plainte.

Selon lui, Angela Merkel est une récidiviste, car l’ouverture des frontières n’est pas sa première décision allant à l’encontre des lois de l’Allemagne et de l’Union Européenne. Ses mesures sur fond de la crise de l’euro et son refus de l’énergie nucléaire n’en sont pas moins discutables et douteuses.

Depuis l’année dernière, l’Allemagne a accueilli 1,1 million de migrants. Suite à la décision migratoire de la chancelière, elle est attaquée sur tous les fronts, à l’intérieur du pays comme à l’étranger, pour sa politique d’ouverture à l’égard des réfugiés

Source

Le chiffre du jour : 600 000

L’Allemagne a perdu trace d’une partie des 1,1 millions de migrants. Oh, 3 fois rien : juste 600 000… qui peuvent voyager sous différentes identités à travers l’Europe ..
Le gouvernement allemand est incapable de dire où se trouve plus de la moitié du million de demandeurs d’asile admis dans le pays.

Source

«Islamophobie» : les chiffres du CCIF ne sont pas fiables

Dans une interview au journal La Croix, Bernard Cazeneuve a annoncé les chiffres des actes antisémites, antimusulmans et antichrétiens pour l’année 2015. Les actes antimusulmans ont plus que triplé et s’établissent à «environ 400». Pourtant, le Collectif contre l’islamophobie en France (CCIF) évoque des chiffres bien plus élevés concernant les actes «islamophobes». Comment expliquez-vous un tel décalage? Comment ces chiffres sont-ils obtenus?

Les chiffres du CCIF ne sont absolument pas fiables: son rôle est d’alimenter le sentiment de persécution des musulmans par les non-musulmans et de faire entériner le concept d’islamophobie pour imposer l’interdit de «diffamer les religions, surtout l’islam», ainsi que de faire abroger les lois de 2004 et 2010 sur le voile «islamique» à l’école et le voile intégral. J’ai étudié l’ensemble de leurs statistiques entre fin 2003 et 2012. Leurs rapports annuels étaient alors disponibles sur leur site, constitués de listes totalement imprécises, avec des doublons et des triplets visiblement comptabilisés pour autant d’actes «islamophobes». J’ai donc fait des recherches poussées sur chaque doléance, en me basant sur les informations fournies par le CCIF et en parvenant le plus souvent à les recouper avec des informations parues dans la presse régionale ou nationale, à partir d’un nom, d’une ville, d’un lieu ou d’une simple date. Au-delà de ce relevé précis qui permettait dans un premier temps d’établir un acte unique pour trois mentions, par exemple, j’ai voulu connaître les suites données: enquêtes de police, puis jugements.
Il faut savoir que le CCIF comptabilisait à l’époque comme «actes islamophobes» des faits aussi divers qu’une question posée à une jeune femme voilée lors d’un entretien à l’ANPE, des règlements de compte crapuleux, des vols relevant du simple droit commun, des propos jugés insultants et, beaucoup plus graves, des expulsions de prédicateurs violemment antisémites et appelant au djihad contre les infidèles et l’Occident, voire en lien avec des entreprises terroristes.

(…)

Source

«Il faut refonder l’Observatoire de la laïcité»

Manuel Valls a fustigé lundi soir l’appel que le président de l’Observatoire de la laïcité a lancé avec des proches des Frères Musulmans. Mais, pour Malika Sorel, ce n’est pas suffisant : Jean-Louis Bianco doit démissionner.

92253769_o« Il suffit qu’une quelconque demande d’ordre religieux, ou perçue comme telle, pointe le bout de son nez, pour que le pouvoir politique fasse aussitôt le choix de bafouer la laïcité. »
« Non seulement Manuel Valls doit imposer la démission de Jean-Louis Bianco et de son cabinet, mais il doit également renouveler l’Observatoire de la laïcité afin qu’il soit exclusivement composé de personnalités reconnues comme respectueuses de la laïcité républicaine donc non adjectivée, et sincèrement attachées au refus du relativisme culturel qui constitue le véritable cheval de Troie de la répudiation de la laïcité. » […]

Pour commencer, il faudrait cesser de recourir au terme d’“accommodements raisonnables” qui a été emprunté aux Québécois, car au vu de leurs conséquences sur la concorde civile, nous devrions les qualifier d’“accommodements déraisonnables”. Le fait d’avoir cherché à s’arranger avec des principes qui ne faisaient que traduire, dans la vie quotidienne, l’identité du peuple français a été doublement néfaste. Néfaste pour le peuple français qui s’est senti, à juste titre, trahi dans ce qu’il a de plus précieux et intime – son identité. Néfaste pour les nouveaux entrants et pour la part de l’immigration qui rencontrait des difficultés à s’intégrer culturellement, car cela a envoyé le signal que, tôt ou tard, tout pouvait être accommodé. Dans ces conditions, il était prévisible que les difficultés d’intégration culturelle iraient croissant. Pourquoi s’astreindre en effet à des adaptations culturelles, parfois difficiles et douloureuses, si les politiques sont enclins à renoncer à faire respecter des dimensions importantes de la culture de la terre d’accueil?

Il existe une hiérarchie des responsabilités qu’il convient de ne pas perdre de vue. Il ne faut pas oublier non plus le rôle joué par les discours accusateurs envers la France, qui serait responsable de tous les malheurs. Semer les graines du ressentiment dans le cœur des enfants de l’immigration, chercher sans cesse à les dresser contre la France et les Français, se révèle sans surprise préjudiciable au maintien de la concorde civile. Aujourd’hui, plus que jamais, le devoir de vérité sur la réalité des défis et des enjeux communs s’impose.

Source

Quand un Parti de gauche rejoint la campagne anti-réfugiés

du_rififi_chez_les_hommes04La dirigeante du groupe parlementaire du Parti de gauche Sahra Wagenknecht a rejoint l’agitation d’extrême-droite anti-immigrés et a appelé lundi à des mesures d’Etat policier.

Après une réunion de son parti à Berlin, elle s’est servie des événements de la Saint Sylvestre à Cologne pour déclarer: « Celui qui abuse du droit à l’hospitalité a perdu le droit d’être un invité. » C’était une « position très claire » du Parti de gauche, a-t-elle dit.

Parler d’« invités » pour des personnes qui ont fui la guerre, la faim et la mort fait partie du vocabulaire de l’extrême droite. Avec l’hystérie raciste déclenchée depuis le Nouvel An, on utilise de nouveau largement le terme. Les implications en sont claires: les réfugiés sont invités et ils doivent se comporter en tant que tels, ils n’ont pas de droits démocratiques. On les tolérera et à la première occasion, on leur demandera de quitter l’Allemagne. S’ils ne le font pas volontairement, on les expulsera.

Wagenknecht se joint au chœur des partis de l’establishment et des médias dont le slogan est « criminels étrangers dehors! »

Le co-leader de Wagenknecht dans le groupe parlementaire, Dietmar Bartsch, a déclaré que ses demandes sont conformes au droit existant. « Nous devons faire respecter les lois actuellement en place avec beaucoup de détermination, » a-t-il exigé. Il y avait actuellement en Allemagne un « déficit de mise en vigueur. »

Wagenknecht s’est prononcée explicitement en faveur de la limitation du nombre des réfugiés. Le mois dernier, dans une interview à Der Spiegel, elle a dit, « Il est clair également que nous ne pouvons pas accepter un million de personnes chaque année. »

[…]

Wagenknecht a clairement dit ce qu’elle comptait faire à ce sujet en tant que dirigeante politique de Die Linke: renforcer la police. « Pourquoi a-t-on éliminé tant de postes dans la police de ce pays? » a-t-elle demandé, répondant que les Lands souffraient du frein à l’endettement. Avoir plus de personnel dans la police était « ce dont nous avons réellement besoin. »

L’appel au renforcement de la police est maintenant général dans le Parti de gauche.

La semaine dernière, le président de Die Linke Berndt Riexinger a averti dans un communiqué de presse que la réduction massive des postes dans la police déstabilisait le pays. Ces économies restreignaient « la capacité fonctionnelle de l’État » et conduisaient « au bord de la faillite d’Etat. »

[…]

Plus méprisable encore est la tentative de Wagenknecht de jouer les réfugiés contre les travailleurs, les chômeurs et les pauvres. Elle a affirmé à plusieurs reprises ces derniers mois que les réfugiés pouvaient être utilisés pour faire pression sur les salaires et les faire baisser. Lundi, elle a affirmé que les réfugiés aggraveraient les problèmes sur le marché de l’immobilier. « Si les politiciens ne commencent pas enfin à faire construire des logements abordables à grande échelle, les loyers continueront d’augmenter. » Ce ne fut pas une « crainte irrationnelle, mais plutôt une crainte tout à fait compréhensible. »

Wagenknecht omet de dire que le Parti de gauche a imposé les réductions de coûts au niveau des Lands et des municipalités, en particulier en Allemagne de l’Est où il n’a pas hésité à vendre les logements publics à l’encan. Le conseil municipal de Dresde a bazardé avec le plein soutien du Parti de gauche la société municipale de HLM avec près de 60.000 appartements (des « logements « abordables ») au hedge-fonds « Forteresse » pour 1,7 milliards d’euros. Au cours des quinze années précédentes, la municipalité a vendu 120.000 appartements de la ville à des propriétaires privés.

Les propositions de Wagenknecht sont identiques à celles de son mari, Oscar Lafontaine. Le père fondateur du Parti de gauche, longtemps son président, a commencé à faire de l’agitation anti-réfugiés en novembre dernier. À l’époque, nous écrivions, « l’argumentation de Lafontaine est totalement populiste de droite. Il cherche à jouer les sections les plus pauvres de la société contre les immigrés, accompagnant cela de quelques piques inoffensives contre les millionnaires et il appelle à plus de police. »

Lafontaine avait écrit à l’époque, « Il ne faut pas faire porter le coût à ceux qui sont déjà défavorisés, les petits salaires, les chômeurs, les familles et les retraités. C’est inadmissible que les coupes soient faites dans les écoles, dans le secteur social, dans le secteur public et dans la police, tandis que Merkel, Gabriel et Cie refusent de faire participer proportionnellement les millionnaires au financement. »

Wagenknecht combine maintenant ses appels au renforcement en personnel de la police à des critiques du manque de personnel dans le secteur public en général, en particulier dans l’éducation; ses attaques contre l’orgie de coupes des municipalités à l’appel à des hausses d’impôts pour les riches; et son agitation contre les réfugiés aux « craintes de la population. » Si on enlève de sa rhétorique la démagogie sociale, il reste deux choses: l’opposition aux réfugiés et le renforcement de la police.

Les déclarations de Wagenknecht montrent combien à droite et dégénéré est le Parti de gauche. Pendant longtemps Wagenknecht, l’ancienne porte-parole de « Plateforme communiste », a été dépeinte comme une représentante de la prétendue aile gauche du parti, qui s’opposait à l’aile droite dirigée par Dietmar Bartsch et Stefan Liebich. Cela a toujours été une fraude. Sur la question des réfugiés, Wagenknecht et Lafontaine ont été plus loin que ces éléments droitiers déclarés.

Source

potatobug

(Ndlr : Je crois que ça va plus très bien a gauche…)

%d blogueurs aiment cette page :