Archive

Posts Tagged ‘argent public’

Préférence étrangère : approchez, c’est l’Etat qui régale !

Lundi 7 janvier, 5h du matin. Le TGV Quimper-Paris s’apprêtait à partir avec à son bord, deux familles de clandestins débarquées mercredi dernier en Bretagne, et dormant depuis dans des hôtels de Lorient, logées et nourries, aux frais du contribuable puisque les hôtels sont indemnisés par l’Etat.

Afin de gaspiller un peu plus l’argent public, la préfecture de Bretagne a même payé aux deux familles les billets de TGV nécessaires afin de pouvoir aller se faire enregistrer en préfecture, à Rennes, en vue de leur régularisation.

Les militants de Jeune Bretagne, présents sur place depuis 4h ce lundi matin, ont donc décidé, au nom de l’égalité pour tous, de permettre à tous les passagers du train de bénéficier de nuits d’hôtels et de billets de train payés par l’Etat.

Un tract avec coupon réponse a été distribué, afin de proposer à chacun de demander à la préfecture le remboursement de son loyer, de son billet de train, de ses amendes ou encore de ses courses.

La seule condition à remplir étant de renoncer immédiatement à sa nationalité française, ces remboursements payés par le contribuable ne pouvant être effectué qu’à des clandestins.

Vous pouvez donc, vous aussi, profiter de la générosité de la région Bretagne en imprimant et en nous retournons ce bon, disponible sur cette page.

 

tractJBTGV

 

 

 « Jeune Bretagne« 

179 Roms rapatriés par la France en avion depuis Lille

Un avion en provenance de Lille (nord de la France) et transportant 179 Roms roumains dont cinquante enfants a atterri jeudi à l’aéroport de Timisoara (ouest) dans le cadre du programme français dit de «retours volontaires».

Conformément à ce programme, très critiqué par les ONG travaillant pour l’intégration des Roms, l’Etat français verse à chaque adulte la somme de 300 euros et 100 euros par enfant.
Le coût de ce rapatriement s’élèverait à plus de 40.000 euros, sans compter les frais d’avion.
«Nous sommes heureux car nous sommes rentrés à la maison sur le compte des Français», a déclaré l’un des Roms à son arrivée à Timisoara. Plusieurs ont exprimé leur volonté de retourner rapidement en France.

Le Collectif Solidarité Roms de Lille a réagi et « condamne cette initiative qui manifeste l’entêtement dans une politique de gribouille donnant l’impression de fermeté afin de satisfaire les voeux des xénophobes les plus ultras , sans souci d’efficacité et de respect des valeurs. Ces Roms expulsés reviendront dans le Nord car les conditions de vie en Roumanie sont insupportables sur le plan matériel comme sur le plan du respect des droits élémentaires d’éducation, d’accès aux soins et au logement, d’égalité des citoyens. Ils reviendront en France parce qu’ils en ont le droit, en tant que citoyens de l’Union européenne. »

En visite à Bucarest en septembre, Manuel Valls, le ministre français de l’Intérieur, avait déclaré que les reconduites de Roms roumains et bulgares avec une aide au retour se poursuivraient et devraient s’élever à 7.000 à la fin du mois de septembre.
Plusieurs ONG et experts travaillant à une meilleure intégration des Roms en Roumanie avaient vivement critiqué ce système qu’ils jugent être du «gaspillage d’argent public».
M. Valls avait ensuite indiqué réfléchir à une réforme du système de l’aide au retour reconnaissant qu’elle avait «un certain nombre d’effets pervers».
La France accueille environ 15.000 Roms d’Europe de l’Est, bien moins que les deux premiers pays d’accueil de ces populations, l’Espagne et l’Italie, selon les études sur ces migrations.

La voix du Nord

Touche pas à mon jackpot!

La loi sur le financement des partis politiques incite les petites formations à multiplier le nombre des candidats pour décrocher une manne financière durant cinq ans.

L’offensive a été lancée par François Bayrou : une “loi mystérieuse” conduirait à la multiplication des candidats sous l’étiquette de “pseudo-partis”…  La loi dénoncée par le président du MoDem, c’est la loi sur le financement des partis politiques votée en 1988. Elle venait après des années de non-droit où, pour simplifier, la gauche se finançait sur les marchés publics et la droite sur la générosité des entreprises.

Résultat : une avalanche de scandales politico-financiers…

La solution retenue par le gouvernement Rocard ? Créer un financement public, transparent, des partis politiques, dans l’espoir de supprimer les mallettes de billets. Les malversations n’ont pas complètement disparu – mais c’est un autre sujet.  Car l’attaque de François Bayrou porte plutôt contre les effets pervers de cette loi.

Pour répartir l’argent public entre les différentes formations politiques, la loi retient deux critères : le nombre de voix recueillies aux législatives, et le nombre de parlementaires. Le problème est qu’elle fixe pour le premier critère une condition de cinquante candidats au moins ayant obtenu 1 % – et c’est là qu’apparaît la “loi mystérieuse” : pour obtenir de l’aide, un petit parti doit multiplier le nombre de candidats, en espérant que cinquante au moins passeront la barre de 1 %, déclenchant la manne publique pour cinq ans.

Ce biais avait tout de suite été repéré par l’avocat Bernard Manovelli. Il l’avait mis à profit dès les législatives de 1993, présentant plus de 500 illustres inconnus sous les noms les plus divers (Nouveaux Écologistes, Parti pour la défense des animaux…).

Une “escroquerie légale”, s’exclamait à l’Assemblée un député RPR. La règle sera durcie dans la forme, mais la logique conservée – les héritiers de Manovelli encaissent toujours. Elle amène à compter 6 611 candidats à ces législatives, soit en moyenne plus de 11 par circonscription, avec un record de 23 dans la 8 e de Paris… “Et alors ?” se demande Maxime Rouquet, coprésident du tout nouveau Parti pirate, qui n’a pas d’argent, mais des idées : “Nous expliquons qu’en votant au premier tour pour nous, chaque voix peut nous rapporter huit euros sur cinq ans” – c’est-à-dire cinq fois 1,68 euro par an. Et pour ce Pirate, ce n’est pas volé, puisque c’est voté.

http://www.ledauphine.com/france-monde/2012/06/07/legislatives-le-jackpot-de-la-loi-mysterieuse

Catégories :Economie, Elections, France, Société Étiquettes :
%d blogueurs aiment cette page :