Archive

Posts Tagged ‘europe’

Les drogues consommées en Europe de plus en plus nocives.

Nouvelles drogues de synthèse particulièrement puissantes, hausse des overdoses dans certains pays, substances plus fortement dosées : les drogues consommées en Europe sont de plus en plus nocives pour la santé, alerte mardi l’Observatoire européen des drogues et des toxicomanies (OEDT) dans son rapport annuel.

Plus de 80 millions d’Européens, soit un quart de la population adulte de l’UE, ont consommé une drogue illicite à un moment de leur vie, rappelle le rapport présenté à Lisbonne.

Malgré certains « progrès accomplis » en matière de santé publique, « des évolutions préoccupantes enregistrées dans certains pays » et « l’apparition de nouvelles menaces » ne laissent « pas de place à l’autosatisfaction », résume Wolfgang Götz, directeur de l’OEDT, en préface du document. Ainsi, de « nouvelles substances psychoactives » de synthèse (NPS ou « nouvelles drogues »), non réglementées par le droit international parce qu’insuffisamment connues, « apparaissent sans cesse sur le marché de la drogue », où elles ont pour but d’imiter, voire de remplacer les drogues réglementées, note le rapport.

Vente sur internet
Produites dans des laboratoires clandestins européens ou importées de Chine et d’Inde, elles sont souvent vendues sur internet, comme « euphorisants légaux » (légal highs) ou « produits chimiques destinées à la recherche » (research medicals).

Avec 81 nouvelles drogues détectées en 2013, le système d’alerte précoce européen (EWS) subit « une pression croissante », note l’OEDT. Au total, il surveille plus de 350 substances psychoactives, régulièrement soupçonnées d’intoxications ou de décès. C’est par exemple le cas du MDPV, composant principal de la drogue dite « sels de bain », associé à 99 décès surtout en Finlande et au Royaume-Uni.

Même si globalement le nombre de décès liés aux drogues est en baisse en Europe (6.100 décès par surdose en 2012 contre 6.500 en 2011), certains pays (Estonie, Norvège, Irlande, Suède et Finlande) ont accusé une hausse préoccupante du nombre de décès par surdose, note le rapport.

Source

L’Europe, on n’y croit plus

23 février 2013 Laisser un commentaire

Une enquête BVA montre le désenchantement des Français à l’égard de la construction européenne. Notamment chez les ouvriers et les plus faibles revenus.

C’est un sondage qui fera certainement mal au cœur à tous ceux qui défendent encore ardemment l’idée européenne. Alors que la crise économique s’accroît et que les plans d’austérité se succèdent dans les 27 pays de l’UE, les Français n’ont jamais été aussi désenchantés vis-à-vis de l’institution bruxelloise.

Ils sont seulement 38% à considérer la construction européenne comme une source d’espoir, selon une enquête exclusive BVA réalisée pour l’Institut de relations internationales et stratégiques (Iris*). Alors qu’ils étaient 50% fin 2011 et même 61% en 2003!

Qui connaît son président?

Une dégringolade qui touche surtout les catégories les plus modestes. Car une fracture nette se dessine entre les « gagnants » de la construction européenne (cadres, seniors, urbains, hauts revenus…) et ceux qui se considèrent comme les « perdants » (ouvriers, employés aux revenus modestes, ruraux). L’Europe, qui se voulait protectrice face aux dangers de la mondialisation, est désormais vécue comme une entité anxiogène. D’ailleurs, les Français s’accordent massivement — ils sont 75%! — pour considérer que l’UE a été inefficace ces dernières années. Un constat qui peut paraître sévère au vu des plans successifs d’aide pour sauver la Grèce de la faillite ou des instruments de régulation mis en place comme le mécanisme d’union bancaire.

Incapable de se mettre d’accord pour aider la France engagée contre les jihadistes au Mali, l’Europe n’est guère incarnée au niveau politique. Qui connaît son président, le Belge Herman Van Rompuy? Ou celle qui est censée incarner la politique étrangère de l’Union, la Britannique Catherine Ashton? Evidemment, cela n’aide pas…

Sondage réalisé les 14 et 15 février 2013 auprès de 1069 personnes pour l’Iris, en collaboration avec notre journal.

* Le colloque Entretiens européens d’Enghien se tient aujourd’hui sur le thème « Rapprocher les citoyens et l’Europe ». Informations sur http://www.iris-france.org.

Le Parisien

Vers un “spoil system” à la française ?

Le “spoil system” était une particularité du système politique américain. Chacun des deux partis pouvant prétendre à la présidence et pouvant prétendre à la majorité au Congrès débarquait avec ses troupes de fonctionnaires de tous niveaux, en particulier des dirigeants d’administrations centrales, acquises à sa cause et prêtes à défendre, à promouvoir et à appliquer les décisions du gouvernement. Ce système américain s’opposait aux systèmes en place dans les États-nations d’Europe occidentale et en particulier au système français. (…)

On le verra lors de très prochains conseils des ministres, les mouvements, les ligues, qui veulent appliquer leurs règles et faire subir à la France ce qu’elle ne veut pas, sont entrés dans une phase de paranoïa aigüe par rapport à l’administration, et plus particulièrement à la haute administration. En un mot comme en cent, les hauts fonctionnaires seraient coupables d’avoir travaillé avec un autre gouvernement.

%d blogueurs aiment cette page :