Archive

Posts Tagged ‘eva joly’

Eva Joly : nouveau procès en diffamation pour Madame Morale?

Eva Joly, le chevalier blanc de la morale politique qui fait en permanence la leçon sur les vertus de la transparence nordique, comparaît à nouveau devant la justice française pour diffamation. L’ancienne magistrate (et candidate apocalyptique) a déjà été condamnée pour des faits similaires.

Il est plus facile de professer la morale aux autres que de se l’appliquer. Et si Eva Joly voudrait imposer à la France les moeurs politiques anglo-saxonnes, elle se comporte en réalité comme une politicienne bien latine (au mauvais sens du terme), usant du verbe pour dénigrer ses rivaux.

Après avoir accusé sans preuves David Douillet d’évasion fiscale et après avoir été condamnée pour diffamation suite à ses propos, la candidate écologiste a remis le couvert en accusant Charles Pasqua de « criminel » et d’homme corrompu ». La justice tranchera sur le caractère diffamatoire ou pas de ces accusations, mais l’affaire pourrait être plus sérieuse qu’avec l’ancien judoka.

Eva Joly a en effet instruit l’affaire Elf au cours de laquelle le nom Charles Pasqua avait été mis en examen avant de bénéficier d’un non-lieu. Au-delà de la personnalité de Charles Pasqua, c’est donc l’impartialité de la justice française qui est en cause dans cette affaire.

http://24heuresactu.com/2012/04/04/eva-joly-nouveau-proces-en-diffamation-pour-madame-morale/

La présidentielle reportée si un candidat était empêché

Selon la Constitution, l’élection serait repoussée, au maximum de 35 jours, si l’état de santé d’Eva Joly, hospitalisée dimanche après une chute, l’empêchait durablement de mener sa campagne.

La campagne suspendue? Hospitalisée dimanche soir à la suite d’une chute, Eva Joly devrait ressortir lundi après-midi ou mardi afin de reprendre sa course vers l’Élysée. Toutefois, si la candidate écologiste, créditée d’environ 2% des intentions de vote dans les sondages, ne pouvait reprendre sa campagne pour raisons médicales, l’événement pourrait être lourd de conséquences. Selon l’article 7 de la Constitution, l’empêchement d’un candidat peut en effet entraîner le report de l’élection présidentielle. Un cas de figure qui ne s’est encore jamais produit sous la Ve République.

Lorsqu’un candidat est malade, il doit saisir le Conseil constitutionnel afin de se déclarer «empêché». La haute juridiction détermine alors dans quelle mesure il y a effectivement empêchement.

Deux scénarios sont prévus par la Constitution: un, en cas d’empêchement avant la «date limite du dépôt des présentations de candidatures» au Conseil constitutionnel et un, après. Dans le premier cas, «si dans les sept jours précédant la date limite du dépôt des présentations de candidatures, une des personnes ayant, moins de trente jours avant cette date, annoncé publiquement sa décision d’être candidate décède ou se trouve empêchée, le Conseil constitutionnel peut décider de reporter l’élection», peut-on lire dans l’article 7 de la Constitution.

Pour les favoris, «tout repartirait de zéro»

Dans le second cas, en revanche, les Sages reportent le scrutin. «Si, avant le premier tour, un des candidats décède ou se trouve empêché, le Conseil constitutionnel prononce le report de l’élection», indique l’article. Le nouveau scrutin devra se tenir au maximum 35 jours après la décision du Conseil constitutionnel de reporter l’élection. Mais selon le constitutionnaliste Guy Carcassonne, la durée du report décidée par les Sages varierait en fonction du candidat empêché. Autrement dit, le report serait plus long si le candidat concerné était Nicolas Sarkozy ou François Hollande, les deux favoris dans la course actuelle à l’Élysée, que Jacques Cheminade ou Nathalie Arthaud, crédités d’environ 0,5% des voix.

Enfin, si l’un des deux favoris de l’élection décédait ou était contraint d’arrêter sa campagne, «tout repartirait de zéro», affirme Guy Carcassonne. «En cas de décès ou d’empêchement de l’un des deux candidats les plus favorisés au premier tour avant les retraits éventuels, le Conseil constitutionnel déclare qu’il doit être procédé de nouveau à l’ensemble des opérations électorales; il en est de même en cas de décès ou d’empêchement de l’un des deux candidats restés en présence en vue du second tour».

http://elections.lefigaro.fr/presidentielle-2012/2012/04/02/01039-20120402ARTFIG00439-la-presidentielle-reportee-si-un-candidat-etait-empeche.php

Raid, GIGN… Pourquoi Eva Joly aurait mieux fait de se taire

La candidate écologiste à la présidentielle n’a pas toujours été très avisée en commentant la tuerie de Toulouse et l’assaut du Raid.

Eva Joly aurait peut-être dû s’abstenir de commenter des aspects de l’affaire Merah. Selon plusieurs spécialistes du terrorisme, la candidate écologiste s’est trompée en estimant que c’était à un magistrat, et non au ministre de l’Intérieur, de superviser l’opération du Raid. D’après eux, elle devrait en effet savoir, en tant qu’ancienne juge d’instruction, que, depuis 1975, certaines affaires (les prises d’otages, par exemple) relèvent de l’autorité administrative (préfet, ministre) et non du pouvoir judiciaire.

Pour appuyer ses dires, Eva Joly a indiqué, sur Radio Orient, qu’elle avait elle-même dirigé des actions du Raid et du GIGN lors de prises d’otages. « Lesquelles ? Nous n’en avons aucun souvenir », demandent d’anciens responsables de ces unités. « Mme Joly a surtout travaillé contre la délinquance financière, un domaine peu propice aux assauts », ironise l’un d’eux. Sollicités à huit reprises par L’Express pour en dire plus sur ces « interventions », ni la candidate ni ses conseillers – visiblement embarrassés – n’ont donné les précisions espérées.

http://www.lexpress.fr/actualite/politique/eva-joly-le-raid-et-le-gign_1098054.html

Eva Joly vs Noël Mamère : leur « uni-vert » impitoyable

Suivre la politique chez Europe Ecologie Les Verts (EELV), c’est un peu comme regarder un épisode de Dallas. Des rebondissements a gogo, des coups bas incessants… et un manque de profondeur qui rend à la longue le spectacle indigeste. La dernière sortie de Noël Mamère contre la candidature d’Eva Joly est un énième épisode de la saga écolo.

Les militants écologistes ont fait le choix de l’extrémisme de gauche et du sectarisme en désignant Eva Joly comme leur candidate face au très populaire et surtout très écolo Nicolas Hulot. Ce suicide politique assumé est l’acte fondateur de la campagne à l’américaine que mène EELV.

La magistrate franco-norvégienne ayant dégagé le présentateur labellisé TF1 à coups de déclarations démagogiques et en jouant systématiquement sur l’ambiguïté, le ton était donné pour une campagne de haute volée du côté des écologistes. Et jusqu’à présent on n’a pas été déçu.

La proposition faussement candide de Noël Mamère, qui souhaiterait qu’Eva Joly renonce à sa candidature face aux sondages exécrables (2,5%) pour ne pas (trop) fragiliser les Verts en cas de victoire d’un François Hollande qui semble tenté de renégocier à la baisse l’accord législatif passé avec les écologistes, est symptomatique de l’état de délitement et de haines intestines qui habitent EELV.

Ce « parti-pastèque », qui couvre sous une fine pellicule de vert un programme essentiellement rouge Trotsky, n’est pas un partenaire de gouvernement sérieux et crédible pour le parti socialiste. Entre propositions farfelues et incapacité à se gérer eux-mêmes, comment imaginer leur confier la conduite des affaires de la France ?

http://24heuresactu.com/2012/03/14/eva-joly-vs-noel-mamere-leur-uni-vert-impitoyable/

Le couac qui décrédibilise le budget de Joly

Lundi, Le Monde a révélé que l’expert à l’origine de l’évaluation positive du budget d’Eva Joly était un militant écologiste, futur candidat du parti pour les législatives. Une information qui embarrasse EELV alors que trois économistes sur quatre avaient déjà indiqué vendredi qu’ils n’avaient nullement participé à cette étude.

 

http://www.lejdd.fr/Election-presidentielle-2012/Actualite/Le-couac-qui-decredibilise-le-budget-de-Joly-481576/

%d blogueurs aiment cette page :