Archive

Posts Tagged ‘françois hollande’

Un conseiller de Hollande soupçonné de fraude fiscale et d’abus de biens sociaux

Après Aquilino Morelle et Jérome Cahuzac, il semblerait que la République irréprochable ne soit plus qu’un lointain souvenir.

Le conseiller de François Hollande sur les questions d’Egalité et de Diversité, Faouzi Lamdaoui, serait soupçonné de fraudes fiscales

Nos confrères de l’Express révèlent qu’il serait soupçonné « d’abus de biens sociaux et de fraudes fiscales ». Magistrats et enquêteurs auraient des doutes concernant la probité de Faouzi Lamdaoui lorsqu’il était « gérant de fait » d’Alpha Distributions et d’Alpha (ancien nom de Cronoservice), deux SARL inscrites dans la même société de domiciliation parisienne.

Les enquêteurs s’interrogent également sur les « rémunérations élevées » perçues par Faouzi Lamdaoui et sur une possible dissimulation de ces sommes au fisc. En 2010 déjà, Alpha Distributions avait été épinglée par la Commission des infractions fiscales pour « dissimulation de recettes imposables ».

http://www.valeursactuelles.com/politique/conseiller-hollande-soup%C3%A7onn%C3%A9-fraude-fiscale-dabus-biens-sociaux

 

Catégories :Actualités, Politique Étiquettes :

Affaire Jean-Michel Baroche ( Suite et fin)

L’homme d’affaires français J.-M. Baroche a finalement écopé de 7 années de prison ferme et d’une amende de 200 000 DA ( env 2000 €) au terme du procès fleuve qui s’est tenu au tribunal criminel d’Annaba alors que ses co-accusés R. Briki, A. Saâdna, Y. Matmati et F. Amamra ont été condamnés respectivement à 6, 4 et 1 années d’emprisonnement.

Article dans son intégralité sur : Liberté

Articles sur Place du Marché:

https://placedumarche.wordpress.com/2012/04/25/un-imam-implique-dans-un-scandale-de-videos-pornographiques/

https://placedumarche.wordpress.com/2013/02/10/arrete-en-algerie-pour-prostitution-de-mineures-il-demande-laide-de-francois-hollande/

François Hollande a peur de dénoncer les djihadistes

Monsieur le Président,

Notre compatriote Albert Camus nous a déjà prévenu : « Mal nommer les choses, c’est ajouter au malheur du monde. » Je crains, monsieur le Président, que par la façon dont vous qualifiez les soldats d’Allah capturés au nord du Mali, vous n’ajoutiez au malheur de la laïcité, déjà assez malmenée.

« Nos concitoyens perdus », avez-vous dit ! Je ne sais pas s’ils sont concitoyens de quiconque, ni s’ils sont vraiment perdus… Ce sont des djihadistes qui « combattront dans le sentier de Dieu, ils tueront et seront tués… » et, vous savez pourquoi, monsieur le Président ? Pour que « la parole d’Allah reste la plus haute ». Ils ne sont pas de jeunes égarés, ils connaissent très bien leur but : l’instauration de la loi coranique par la force. Ils accomplissaient leur devoir religieux, kalachnikov à la main : le djihad fi sabil Allah, la guerre sainte pour la gloire d’Allah.

Vous avez raison, monsieur le Président, de dire que la lutte contre le terrorisme devrait se faire partout, mais vous oubliez de préciser à vos concitoyens la nature de ce terrorisme ! Cette barbarie a un nom, monsieur le Président : l’idéologie islamique dont l’essence n’est autre que le combat contre tout ce qui n’est pas islamique. « Si tu es témoin d’un usage non islamique, dit le prophète, mets-y fin par la force. Si tu n’as pas le pouvoir de le faire cesser, condamne-le verbalement. Sinon, condamne-le dans ton cœur. » « N’obéis donc pas aux infidèles, dit encore Allah dans son livre, et avec ceci [le Coran], lutte contre eux vigoureusement. »

Sont-ils « travaillés par des milieux extrémistes et fondamentalistes », comme vous le dites, monsieur le Président, ou ont-ils tout ce qu’il faut comme versets et hadiths pour « mener le djihad contre les mécréants » et pour « être rude à leur égard » comme vous pourriez le lire dans le Coran ?

Permettez-moi, monsieur le premier magistrat de la République, de vous rappeler que vos « concitoyens perdus » ne reconnaissent ni la République ni ses valeurs : ils ont d’autres références, un autre genre d’État, enseignés et semi-appliqués sur les territoires perdus de votre République.

Vous, président de la République, vous ne devez pas légitimer l’instinct tribal au détriment de la culture universelle.

Vous, président de la République, vous ne devez pas laisser le communautarisme s’installer dans la République.

Vous, président de la République, quand un fleuve est pollué, vous devez remonter à la source de la contamination.

Vous, président de la République, vous devez libérer les territoires perdus de la République.

Vous, président de la République laïque, vous ne devez pas financer les lieux de culte.

Vous, président de la République, vous avez le devoir de protéger les femmes d’origine arabe, pas leur culture islamique misogyne.
Vous, président de la République, vous devez interdire à vos ministres de se balader dans les mosquées pour une raison ou une autre.

Vous, président de la République, vous ne devez pas voir en la barbarie une culture. Vous devez savoir qu’il y a des « spiritualités » meurtrières.

Vous, président de République, vous devez savoir que l’islamisme est une idéologie meurtrière et non pas une frustration mal orientée.

Boulevard Voltaire

François Hollande à New York: une facture de 900.000 euros pour deux jours

23 février 2013 Laisser un commentaire

Hollande

Etait-ce savamment calculé à l’avance? Toujours est-il que le déplacement de François Hollande et de toute son équipe à New York aura coûté en tout 900.000 euros révèle Le Parisien, soit 100.000 euros de moins que Nicolas Sarkozy l’année dernière.

Durant ce voyage officiel de deux jours, lors duquel le président s’est exprimé à l’ONU pour la première fois, les 61 personnes de la délégation auront notamment dépensé 116.000 euros pour la réception des 1500 Français de New York dans la prestigieuse salle de Broadway, le Roseland Ballroom. Avec du vin au menu, mais pas de champagne.

Pour le précédent locataire de l’Elysée, la facture de la traditionnelle réception s’était élevée à 400.000 euros, rien que pour les repas. Quatre mille Français avaient certes été conviés, au Manhattan Center Studio.

A noter que le clan Hollande, qui s’attelle depuis le 6 mai à réduire au maximum les dépenses liées au train de vie de l’Etat, s’est encore illustré en la matière. Même si François Hollande a occupé pendant deux jours la plus luxueuse suite de l’hôtel Setai sur la Cinquième avenue, il a pu en négocier le prix: 1000 dollars la nuitée, contre 3000 dollars pratiqué ordinairement…

Malgré tout, cette facture de 900.000 euros laisse un goût amer chez certains internautes, pour qui le président s’est montré moins « normal » que d’habitude lors de cette escapade outre-Atlantique.

Le Huffington Post

Sur le web:

La facture américaine de Hollande

Hollande. L’Elysée se met à la diète : le déplacement à New York n …

CAFÉ POLITIQUE. Hollande, son weekend à 900.000 euros, son …

Pension alimentaire : Royal décroche un poste à la Banque Publique d’Investissement

20 février 2013 Laisser un commentaire
La présidente de la région Poitou-Charentes va être nommée numéro 2 de la BPI. Cette banque publique est présidée par Jean-Pierre Jouyet, un intime de François Hollande.

Ségolène Royal va être nommée à la tête de la BPI. C’est Jean-Pierre Jouyet, l’actuel président de la Banque Publique, qui l’a lui-même annoncé mercredi matin sur France Inter.  Cette nomination ne va pas manquer de faire réagir à droite puisque Ségolène Royal, François Hollande et Jean-Pierre Jouyet sont des amis de la même promotion de l’ENA.

En octobre dernier, la présidente du Poitou-Charentes avait déclaré qu’elle serait vigilante sur « la mise en place concrète » de la Banque publique d’investissement (BPI), d’autant que « certaines interrogations sont justifiées » comme le risque de « bureaucratie ».

Financer des PME prometteuses

La création de la BPI, « je m’en félicite, c’est une idée que je défends depuis 2008 », avait affirmé Ségolène Royal, interrogée par l’AFP en marge du congrès de l’association des régions de France, réuni à Lyon en octobre.

La BPI doit réunir dans chaque région sous un guichet unique les services du Fonds stratégique d’investissement qui prend des participations dans des sociétés françaises stratégiques, de la banque publique des PME et de l’innovation Oséo et de CDC Entreprises, filiale de la Caisse des dépôts. Il s’agit de financer les PME prometteuses. Une activité que Ségolène Royal avait déjà pu mettre en œuvre en tant que présidente de la région Poitou-Charentes

Quand François Hollande cautionne le mythe de Gorée

A Gorée, la tête couverte de cendres et sacrifiant à la sempiternelle et de plus en plus lassante repentance, François Hollande a donc fait l’inévitable visite de la « Maison des esclaves ».

Or cette célébrissime bâtisse dans laquelle auraient été gardés prisonniers des centaines de milliers, voire des millions de malheureux, ne fut pas une « esclaverie ». De plus, elle semble n’avoir été construite qu’en 1783, soit plusieurs dizaines d’années après la fin du commerce esclavagiste européen dans cette Sénégambie où la seule traite encore pratiquée à l’époque l’était à destination de l’Afrique du Nord et du monde arabo musulman…

L’attitude du président de la République est d’autant plus insolite que la presse a, et par le menu, rapporté comment il a soigneusement préparé son déplacement, se faisant même initier par des historiens aux secrets d’un continent qu’il ne connaît pas. Probablement aura-t-il été enseigné par ceux qui soutiennent que les ethnies africaines sont des créations coloniales…

Eut-il consulté les vrais connaisseurs du passé africain, et plus particulièrement ceux du Sénégal, qu’il eut appris d’eux la véritable histoire de la « Maison des esclaves ». Bien éloignée du pieux catéchisme récité par les guides locaux, elle a été écrite par deux historiens de l’IFAN (Institut fondamental de l’Afrique noire), Abdoulaye Camara, préhistorien-archéologue ancien conservateur du Musée de Gorée puis du Musée d’Art africain de Dakar, et par le père Joseph Roger de Benoist, un des plus « pointus » parmi les historiens du Sénégal. A ce sujet, le lecteur curieux pourra se reporter au journal Le Monde en date du 27 décembre 1996 et à l’article intitulé « Le mythe de la Maison des esclaves qui résiste à la réalité » ; il pourra également consulter l’article que j’ai fait paraître sur mon blog le vendredi 12 octobre 2012.

A la différence de Gorée, les sites de Cape Coast au Ghana, principal point d’exportation des esclaves vendus par le royaume Fanti aux négriers anglais, hollandais et suédois qui s’y succédèrent, d’Elmina à l’est de Cape Coast et de Christiansborg (ou Osu), sur l’actuel site d’Accra furent, eux, d’incontestables centres de traite. Mais ils sont moins médiatiques… et situés hors de la zone francophone. Autrement dit sur la lune.

Bernard Lugan pour Boulevard Voltaire

https://i0.wp.com/www.senegalaisement.com/jadis/docs/goree_hollande.jpg

Un message d’information de la R.A.T.P ( Religion d’Amour, de Tolérance et de Paix)

Message de Sharia4 Belgium: « François Hollande, si tu veux vivre en paix, je t’appelle à devenir musulman »

Extraits :

Il y a beaucoup de musulmans qui ont appelé à voter pour François Hollande. Maintenant que François Hollande tu as gagné les élections… Je t’appelle à craindre Allah pour commencer, et à accepter que nul n’a le droit d’être adoré et suivi en dehors d’Allah et de Mohamed son messager.

Je t’appelle à devenir musulman.

Tu es devenu président… fais que l’être humain n’accepte aucune religion que l’Islam… car il est dit dans le troisième chapitre de l’islam : celui qui vient avec une autre religion (que l’islam) le jour du jugement, celle-ci ne sera pas acceptée, et il sera parmi les perdants et il sera jeté en enfer.

En conclusion, François Hollande, je répète, je t’appelle à craindre Allah, à obéir à ton seigneur, à obéir à ton créateur.

Après cela, je t’appelle à libérer nos sœurs et nos frères musulmans en France, et spécialement nos frères qui nous sont très précieux, nos frère de Forsane Alliza (JPG: le terroriste Mohamed Merah était apparenté aux islamistes de Forsane Alliza, groupe aujourd’hui interdit, et dont les membres ont été arrêtés). François Hollande, ces frères sont innocents. Ces frères sont devenus les victimes de la campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy.

Il ne faut pas rater, à 6:27, ce splendide aveu : « La guerre contre le terrorisme, c’est la guerre contre l’islam et les musulmans »… puis « il faut arrêter ce cancer dans les pays islamiques qui se nomme Israël »

On ne va pas t’obliger à devenir musulman, mais on peut te conseiller de devenir musulman. Et je te conseille de réfléchir, de prendre de ce Coran, de lire sur notre religion.

Puis viennent les menaces :
Si tu ne veux pas (devenir musulman), ce n’est pas un problème. Mais je t’appelle, si tu veux vivre en paix, si tu veux sauver la communauté française (à devenir musulman). Mais je ne suis pas en train de te menacer. Ce n’est pas une menace, c’est un conseil (JPG : est-ce tiré du film le Parrain ?)

Donc, il faut libérer les musulmans des prisons, il faut annuler les lois d’interdiction du burka, du voile intégral, du voile dans les écoles, l’interdiction de la viande halal.

On est jamais venu avec une épée vous demander de devenir musulman. Pourquoi vous venez avec vos avions de chasse nous demander de devenir démocrates, de devenir des laïques, devenez des gens qui séparent entre la religion et la politique ?

Alors le conseil est très clair : François Hollande, craint Allah…

 

François Hollande et les signes avant-coureurs d’un retour à l’Etat 100% PS

Par Alain Dumait pour Atlantico

Derrière les hommages appuyés à Jules Ferry et Marie Curie et la priorité donnée à la Justice et l’Education, les appels du pied à des clientèles traditionnelles du PS… Que dire par ailleurs d’un gouvernement essentiellement constitué de fonctionnaires : toutes les initiatives et décisions prises par le nouveau président vont dans le sens d’un retour à l’Etat 100% PS…

Que François Hollande n’ait pas raccompagné son prédécesseur à sa voiture juste avant sa prise de pouvoir officielle, le mardi 15 mai, relève de la simple grossièreté. Qu’il n’ait pas trouvé un seul mot positif pour évoquer l’exercice et le bilan de son mandat, montre son sectarisme. Mais avoir cru devoir inviter pour son premier déjeuner à l’Elysée tous les anciens premiers ministres socialistes, avec les épouses ou compagnes, est beaucoup plus symbolique de la ligne adoptée par ce nouveau gouvernement : le retour à un Etat 100% PS.

Toutes les initiatives et décisions prises par le nouveau président vont dans ce sens-là. En commençant par ses hommages à Jules Ferry et Marie Curie, avec ses priorités répétées à L’Education et la Justice. Il est permis d’avoir une dilection particulière pour telle ou telle grande figure historique. Concernant celles sélectionnées par le nouveau chef de l’Etat, on a bien compris qu’il ne s’agissait que d’emblèmes. En choisissant de se rendre au Panthéon, François Mitterrand avait été plus œcuménique…
Affirmer que l’éducation et la justice seront les priorités de ce gouvernement peut sembler sympathique. Qui pourrait être contre ? Mais beaucoup d’autres «priorités» s’imposent tout autant, et sont pareillement indiscutables : «la création», «l’esprit d’entreprise», «l’esprit civique», «la culture», «la famille», «les valeurs», «la qualité de la vie»… Il se trouve – et ce n’est pas un hasard – que l’éducation et la justice s’incarnent dans des corps administratifs, noyautés par des syndicats, qui, avec ceux de l’administration des finances, constituent les fers de lance de l’appareil et des troupes du Parti socialiste. L’hommage du président de la République avait donc aussi un coté «bons comptes-bons amis». Il ne faut pas oublier que le siège du PS, rue de Solférino, fut, au départ, financer par la nébuleuse des mutuelles de l’Education Nationale (qui, ensuite, devait renflouer le journal «Le Monde»…)

Certains ont trouvé admirable que François Hollande et Jean-Marc Ayrault aient été capables de respecter à la lettre le principe (parfaitement débile) de la parité entre les hommes et les femmes ministres. Au delà, on remarquera que ce gouvernement est constitué à 100% de fonctionnaires, de professionnels de la politique et de personnes dont les ressources proviennent en totalité de l’argent public. Nous entrons dans une ère de parti unique socialiste, élargi aux supplétifs de la pseudo écologie et à un soi-disant parti radical. Tous sont issus de la sphère publique. Ils ne peuvent qu’être dévoués à son service.
Un tel système n’a aucune chance de réussir. En tout cas en termes de création de richesses et d’emplois. Ce sera comme en 1936 ou 1981. Pour les mêmes raisons. Sauf qu’un Etat, même détenant tous les pouvoirs, qui doit emprunter sur les marchés financiers 500 millions d’euros par jour au titre du paiement de ses dettes, pour faire ses fins de mois, est comme «sous tutelle». Le moindre  faux pas, la première bourrasque lui sera fatal. Cette issue, sans doute dramatique, est certaine. Dans quel délai ? C’est toujours la question la plus difficile. Quelques mois, quelques années…

Avec Hollande, la fin de la Françafrique ?

Depuis l’élection de François Hollande, la presse africaine francophone ne manque pas de rappeler les nombreux défis que le président français devra relever pour répondre aux attentes du continent. Revue de presse.

« Les Africains auraient-ils le coeur à gauche? » s’était interrogé le portail d’information Gabonlibre pendant la campagne présidentielle française en raison de l’enthousiasme sur le continent qu’avait globalement suscité la candidature de François Hollande. « Pour toutes ces raisons liées à l’histoire et à la géographie, rien de ce qui se passe dans l’Hexagone ne nous est indifférent. Surtout l’élection présidentielle pour laquelle, consciemment ou non, le coeur et la raison des Africains ont voté pour Hollande », lui avait répondu le portail d’information sénégalais Rewmi.

Après cinq ans de sarkozysme, le nouveau président français cristallise de nombreuses attentes en Afrique, notamment sur la fin de la fameuse Françafrique. Rewmi, portail d’information sénégalais, titrait « François Hollande président. Un nouvel espoir pour l’Afrique« . Principales raisons de cet engouement? « Il a redonné un peu d’espoir aux Africains en se montrant favorable à l’accueil des étudiants étrangers et en s’engageant à réduire les délais d’attente de l’examen des dossiers concernant les demandeurs d’asile », explique le site.

« Avec l’arrivée au pouvoir de la gauche, certains observateurs des relations franco-africaines espèrent que le nouveau président donnera un visage différent des relations historiques », soulignent Les dépêches de Brazzaville. Le quotidien congolais y cite notamment de nombreuses ONG telles que Transparency International, Sherpa, Survie ou encore Agir « interprétant les proses de Hollande comme un signal visant quelques chefs d’Etats africains tels que Denis Sassou-Nguesso du Congo, le défunt Omar Bongo Ondimba du Gabon et Teodoro Obiang de Guinée Equatoriale, qui font l’objet d’enquêtes judiciaires en France ». Dans un autre article sur le sujet, Les Dépêches de Brazzaville rappellent que « les capitales africaines attendent un partenariat plus équilibré avec Paris » et souhaitent de François Hollande qu’il « mette fin aux relations d’influence opaques entre la France et ses ex-colonies de Françafrique »

Du côté du Togo, le quotidien Le Pays s’interroge. Blaise Compaoré, au pouvoir depuis 1991, avait promis à Alain Juppé de ne pas se représenter en 2015. « Est-ce qu’avec François Hollande ce que Blaise Compaoré avait dit à Juppé sera respecté ? A chaque élection française, les Africains ont toujours cru à une rupture de la politique franco-africaine. Malheureusement, tel n’a jamais été le cas puisque ce sont les gouvernements français, de gauche ou de droite qui défont toujours les régimes en Afrique ». François Hollande a donc du pain sur la planche. Il est notamment attendu dès maintenant sur la fermeture, promise pendant sa campagne, de la cellule africaine de l’Elysée, symbole de la Françafrique qui perdure depuis Charles de Gaulle.

Pour le site d’information Gabon libre « il serait illusoire d’attendre l’irruption d’un quelconque deus ex machina, fût-il nommé Hollande, comme tentent de le croire très naïvement bon nombre d’Africains du continent et de la diaspora »

http://www.courrierinternational.com/revue-de-presse/2012/05/11/avec-hollande-la-fin-de-la-francafrique

Polémique autour du jet privé de François Hollande

À peine François Hollande a-t-il été élu, qu’une polémique enfle au sujet de du jet privé utilisé dimanche soir pour rejoindre à temps la Place de la Bastille.

François Hollande a-t-il commis une première boulette? Le candidat socialiste est l’objet de critiques sur la toile pour avoir rallié Paris à bord d’un jet privé (Falcon 900) dont le coût de la location avoisine les 17.000 euros, à en croire les tarifs proposés sur un site spécialisé, pris au hasard.

Un montant qu’a confirmé l’équipe de François Hollande qui révèle dans le Huffington Post avoir loué 2 Falcons pour 30.000 euros. S’il souhaitait être présent à Tulle au soir du second tour de l’élection présidentielle pour asseoir le caractère « normal » de sa présidence, ce choix risque fort de se retourner contre le candidat du changement à l’instar de la soirée du Fouquet’s organisée par Nicolas Sarkozy au soir de son élection, en 2007.

Dans le camp Hollande, on s’indigne d’une telle polémique. Car, outre le fait qu’il n’existe pas de train entre Tulle et Paris après 22h30 et que le trajet en voiture aurait signifié une arrivée trop tardive à la Bastille, on précise que cette dépense est prise en charge par le parti socialiste et on n’hésite pas à rappeler que Nicolas Sarkozy y a eu recours plus souvent qu’à son tour. « On frôle le ridicule. En terme de chiffres, cet avion n’est rien », s’exclamé Régis Juanico, trésorier de campagne de François Hollande, auprès du Huffington Post. « Nicolas Sarkozy, en campagne, n’a jamais ou quasiment jamais pris le train. Contrairement à François Hollande ».

7sur7.be

%d blogueurs aiment cette page :