Archive

Posts Tagged ‘françois hollande’

François Hollande et les signes avant-coureurs d’un retour à l’Etat 100% PS

Par Alain Dumait pour Atlantico

Derrière les hommages appuyés à Jules Ferry et Marie Curie et la priorité donnée à la Justice et l’Education, les appels du pied à des clientèles traditionnelles du PS… Que dire par ailleurs d’un gouvernement essentiellement constitué de fonctionnaires : toutes les initiatives et décisions prises par le nouveau président vont dans le sens d’un retour à l’Etat 100% PS…

Que François Hollande n’ait pas raccompagné son prédécesseur à sa voiture juste avant sa prise de pouvoir officielle, le mardi 15 mai, relève de la simple grossièreté. Qu’il n’ait pas trouvé un seul mot positif pour évoquer l’exercice et le bilan de son mandat, montre son sectarisme. Mais avoir cru devoir inviter pour son premier déjeuner à l’Elysée tous les anciens premiers ministres socialistes, avec les épouses ou compagnes, est beaucoup plus symbolique de la ligne adoptée par ce nouveau gouvernement : le retour à un Etat 100% PS.

Toutes les initiatives et décisions prises par le nouveau président vont dans ce sens-là. En commençant par ses hommages à Jules Ferry et Marie Curie, avec ses priorités répétées à L’Education et la Justice. Il est permis d’avoir une dilection particulière pour telle ou telle grande figure historique. Concernant celles sélectionnées par le nouveau chef de l’Etat, on a bien compris qu’il ne s’agissait que d’emblèmes. En choisissant de se rendre au Panthéon, François Mitterrand avait été plus œcuménique…
Affirmer que l’éducation et la justice seront les priorités de ce gouvernement peut sembler sympathique. Qui pourrait être contre ? Mais beaucoup d’autres «priorités» s’imposent tout autant, et sont pareillement indiscutables : «la création», «l’esprit d’entreprise», «l’esprit civique», «la culture», «la famille», «les valeurs», «la qualité de la vie»… Il se trouve – et ce n’est pas un hasard – que l’éducation et la justice s’incarnent dans des corps administratifs, noyautés par des syndicats, qui, avec ceux de l’administration des finances, constituent les fers de lance de l’appareil et des troupes du Parti socialiste. L’hommage du président de la République avait donc aussi un coté «bons comptes-bons amis». Il ne faut pas oublier que le siège du PS, rue de Solférino, fut, au départ, financer par la nébuleuse des mutuelles de l’Education Nationale (qui, ensuite, devait renflouer le journal «Le Monde»…)

Certains ont trouvé admirable que François Hollande et Jean-Marc Ayrault aient été capables de respecter à la lettre le principe (parfaitement débile) de la parité entre les hommes et les femmes ministres. Au delà, on remarquera que ce gouvernement est constitué à 100% de fonctionnaires, de professionnels de la politique et de personnes dont les ressources proviennent en totalité de l’argent public. Nous entrons dans une ère de parti unique socialiste, élargi aux supplétifs de la pseudo écologie et à un soi-disant parti radical. Tous sont issus de la sphère publique. Ils ne peuvent qu’être dévoués à son service.
Un tel système n’a aucune chance de réussir. En tout cas en termes de création de richesses et d’emplois. Ce sera comme en 1936 ou 1981. Pour les mêmes raisons. Sauf qu’un Etat, même détenant tous les pouvoirs, qui doit emprunter sur les marchés financiers 500 millions d’euros par jour au titre du paiement de ses dettes, pour faire ses fins de mois, est comme «sous tutelle». Le moindre  faux pas, la première bourrasque lui sera fatal. Cette issue, sans doute dramatique, est certaine. Dans quel délai ? C’est toujours la question la plus difficile. Quelques mois, quelques années…

Avec Hollande, la fin de la Françafrique ?

Depuis l’élection de François Hollande, la presse africaine francophone ne manque pas de rappeler les nombreux défis que le président français devra relever pour répondre aux attentes du continent. Revue de presse.

« Les Africains auraient-ils le coeur à gauche? » s’était interrogé le portail d’information Gabonlibre pendant la campagne présidentielle française en raison de l’enthousiasme sur le continent qu’avait globalement suscité la candidature de François Hollande. « Pour toutes ces raisons liées à l’histoire et à la géographie, rien de ce qui se passe dans l’Hexagone ne nous est indifférent. Surtout l’élection présidentielle pour laquelle, consciemment ou non, le coeur et la raison des Africains ont voté pour Hollande », lui avait répondu le portail d’information sénégalais Rewmi.

Après cinq ans de sarkozysme, le nouveau président français cristallise de nombreuses attentes en Afrique, notamment sur la fin de la fameuse Françafrique. Rewmi, portail d’information sénégalais, titrait « François Hollande président. Un nouvel espoir pour l’Afrique« . Principales raisons de cet engouement? « Il a redonné un peu d’espoir aux Africains en se montrant favorable à l’accueil des étudiants étrangers et en s’engageant à réduire les délais d’attente de l’examen des dossiers concernant les demandeurs d’asile », explique le site.

« Avec l’arrivée au pouvoir de la gauche, certains observateurs des relations franco-africaines espèrent que le nouveau président donnera un visage différent des relations historiques », soulignent Les dépêches de Brazzaville. Le quotidien congolais y cite notamment de nombreuses ONG telles que Transparency International, Sherpa, Survie ou encore Agir « interprétant les proses de Hollande comme un signal visant quelques chefs d’Etats africains tels que Denis Sassou-Nguesso du Congo, le défunt Omar Bongo Ondimba du Gabon et Teodoro Obiang de Guinée Equatoriale, qui font l’objet d’enquêtes judiciaires en France ». Dans un autre article sur le sujet, Les Dépêches de Brazzaville rappellent que « les capitales africaines attendent un partenariat plus équilibré avec Paris » et souhaitent de François Hollande qu’il « mette fin aux relations d’influence opaques entre la France et ses ex-colonies de Françafrique »

Du côté du Togo, le quotidien Le Pays s’interroge. Blaise Compaoré, au pouvoir depuis 1991, avait promis à Alain Juppé de ne pas se représenter en 2015. « Est-ce qu’avec François Hollande ce que Blaise Compaoré avait dit à Juppé sera respecté ? A chaque élection française, les Africains ont toujours cru à une rupture de la politique franco-africaine. Malheureusement, tel n’a jamais été le cas puisque ce sont les gouvernements français, de gauche ou de droite qui défont toujours les régimes en Afrique ». François Hollande a donc du pain sur la planche. Il est notamment attendu dès maintenant sur la fermeture, promise pendant sa campagne, de la cellule africaine de l’Elysée, symbole de la Françafrique qui perdure depuis Charles de Gaulle.

Pour le site d’information Gabon libre « il serait illusoire d’attendre l’irruption d’un quelconque deus ex machina, fût-il nommé Hollande, comme tentent de le croire très naïvement bon nombre d’Africains du continent et de la diaspora »

http://www.courrierinternational.com/revue-de-presse/2012/05/11/avec-hollande-la-fin-de-la-francafrique

Polémique autour du jet privé de François Hollande

À peine François Hollande a-t-il été élu, qu’une polémique enfle au sujet de du jet privé utilisé dimanche soir pour rejoindre à temps la Place de la Bastille.

François Hollande a-t-il commis une première boulette? Le candidat socialiste est l’objet de critiques sur la toile pour avoir rallié Paris à bord d’un jet privé (Falcon 900) dont le coût de la location avoisine les 17.000 euros, à en croire les tarifs proposés sur un site spécialisé, pris au hasard.

Un montant qu’a confirmé l’équipe de François Hollande qui révèle dans le Huffington Post avoir loué 2 Falcons pour 30.000 euros. S’il souhaitait être présent à Tulle au soir du second tour de l’élection présidentielle pour asseoir le caractère « normal » de sa présidence, ce choix risque fort de se retourner contre le candidat du changement à l’instar de la soirée du Fouquet’s organisée par Nicolas Sarkozy au soir de son élection, en 2007.

Dans le camp Hollande, on s’indigne d’une telle polémique. Car, outre le fait qu’il n’existe pas de train entre Tulle et Paris après 22h30 et que le trajet en voiture aurait signifié une arrivée trop tardive à la Bastille, on précise que cette dépense est prise en charge par le parti socialiste et on n’hésite pas à rappeler que Nicolas Sarkozy y a eu recours plus souvent qu’à son tour. « On frôle le ridicule. En terme de chiffres, cet avion n’est rien », s’exclamé Régis Juanico, trésorier de campagne de François Hollande, auprès du Huffington Post. « Nicolas Sarkozy, en campagne, n’a jamais ou quasiment jamais pris le train. Contrairement à François Hollande ».

7sur7.be

Polémique Hollande/Sarkozy/Ramadan : le document exclusif!

Nicolas Sarkozy avait indiqué mercredi soir que l’intellectuel controversé avait appelé à soutenir le candidat PS ou « un parti qui serve l’Islam ». Tariq Ramadan a démenti. François Hollande a parlé de « mensonge ». Atlantico s’est procuré une note policière interne sur la réunion du 11 mars à Lyon.

Selon une note policière interne datée du vendredi 23 mars, intitulée « Mise en cause des lois de la République lors d’une conférence sur les thèmes « justice sociale, Palestine et islamophobie« , Tariq Ramadan, ainsi que Youssef Brakni du Parti des indigènes de la République et Marwan Muhammad du Collectif contre l’Islamophobie en France, ont appelé  » à voter pour François Hollande » ou  » pour un parti politique qui serve l’Islam ».

Selon la note, les propos ont été tenus à Lyon, dans le cadre du « Printemps des quartiers », dimanche 11 mars dernier, à l’occasion d’une réunion publique sur le thème : « Justice sociale, Palestine et islamophobie » organisée par diverses associations pro-palestiniennes.

La note décrit ainsi la réunion : « Un public d’un millier de personnes très majoritairement musulman, composé à parité d’hommes et de femmes dont la plupart étaient porteuses du voile traditionnel, a participé à cette réunion. Une seule femme était revêtue d’un niqab et une dizaine d’hommes arborait la tenue traditionnelle »

Elle précise : Youssef Brakni « a annoncé la création d’un groupe de résistance contre l’islamophobie en France, dont le but est de combattre le racisme à l’encontre de la communauté musulmane, en pleine phase d’expansion ». De son côté, toujours selon la note, Marwan Muhammad « a expliqué à l’assistance que ‘les récentes lois concernant le port du voile et la consommation de la viande hallal étaient islamophobes et créaient des torts à la communauté musulmane’. Son inquiétude concernait également la perception de la communauté musulmane et regrettait que ‘chaque musulman soit considéré comme un terroriste potentiel.' »

La note poursuit au sujet de Tariq Ramadan : « l’intellectuel islamologue et universitaire suisse très médiatique, est intervenu longuement et a regretté  » la stigmatisation des musulmans », déplorant que  » la France soit devenue le pays le plus raciste de l’Union européenne ». Il a par ailleurs encouragé les musulmans à un certain communautarisme ».

Selon la note, « plusieurs femmes voilées ont interpellé les intervenants à propos du port du voile ou de la pratique de leur religion et il leur a été conseillé de se rapprocher du ‘Comité Contre l’Islamophobie en France’ qui étudierait les dossiers au cas par cas. Des hommes portant des tee-shirts orange où était inscrit ‘Stop au Guantanamo Français’, ‘Soutien à Adlène Hicheur 902 jours d’emprisonnement sans jugement’ étaient présents dans la salle.

http://www.atlantico.fr/decryptage/document-exclusif-qui-montre-que-tariq-ramadan-avait-bien-appele-voter-pour-francois-hollande-343119.html

Ce document prouve que le prêcheur islamiste controversé Tariq Ramadan, a bien appelé à voter pour François Hollande, un candidat qui « sert l’Islam » selon des propos tenus lors d’une réunion publique à Lyon. Tariq Ramadan avait vivement démenti ce soutien public, tout comme François Hollande qui accusait Nicolas Sarkozy d’avoir inventé l’affaire.

Le tournant communautariste que prend la campagne socialiste se confirme très nettement. Après les piscines réservées aux femmes pendant le Ramadan, après le vote des étrangers, après les annonces (à peine masquées) de régularisations massives des sans-papiers, le candidat socialiste peut se targuer de compter dans ses rangs l’un des représentants de l’Islam radical les plus contestés d’Europe.

Et Tariq Ramadan, qui est régulièrement accusé de tenir un double discours selon qu’il se trouve en présence de jeunes musulmans (devant lesquels il prône un moratoire sur la lapidation des femmes adultères) ou devant les caméras de télévision, a fait du Tariq Ramadan. Devant ses fidèles, il a prêché le vote François Hollande qu’il juge plus compatible avec l’Islam que Nicolas Sarkozy, mais il a nié face aux caméras avoir tenu ces propos.

Manque de chance, le site Atlantico ressort une note policière qui démontre sans ambiguïté que Tariq Ramadan a bien clamé à ses ouailles d’aller voter François Hollande et de faire battre Nicolas Sarkozy. Un appel au vote pour un parti qui « serve l’Islam » qui est plus que dérangeant dans notre République laïque.

François Hollande qui avait également nié ce soutien et sous-entendu que Nicolas Sarkozy mentait sur ce sujet, devra tout de même rendre des comptes sur cet embarrassant soutien et sur ce mensonge éhonté… A moins qu’encore une fois, la meute médiatique ne relève pas les contradictions du candidat socialiste qui bénéficie depuis le début de la campagne d’un « permis de mentir » incroyable.

http://24heuresactu.com/2012/04/27/hollanderamadan-le-document-qui-prouve-leurs-mensonges/


François Hollande : le cynisme c’est maintenant

Une vidéo incroyable fait parler d’elle sur Internet. On y voit François Hollande, hilare, expliquer comment il compte manipuler les allocataires du RSA. Entre mépris des pauvres et petites combines politicardes, cette vidéo dévoile toute les facettes de François Hollande.

Voici la retranscription du dialogue méprisant et cynique de deux dirigeants politiques qui ne prennent même plus la peine de cacher leurs magouilles aux caméras, tant ils se pensent tout puissants.

Derrière une façade d’humour, Martin Hirsch essaye de vanter les mérites du RSA à Hollande. Il lui explique comment il pourrait manipuler les personnes touchant le RSA en leur disant que l’allocation est versée par le département, donc le conseil général, donc François Hollande, qui est président de conseil général, en Corrèze :

« Il va y avoir un effet sensationnel pour les Conseils généraux. C’est que, on a mis dans la loi que le revenu de solidarité active pour tout le monde est attribué au nom et par décision du président de Conseil général. Ce qui fait que vous allez avoir deux millions de ménages, pour lesquels vous n’allez rien décaisser et auxquels vous pouvez leur envoyer une petite lettre en disant : cher monsieur j’ai l’honneur de vous attribuer… »

François Hollande, hilare, n’estime pas que l’arnaque des pauvres est suffisante. Il veut en plus en profiter pour les leur insinuer du mal de Nicolas Sarkozy, au moment où il leur donne de l’argent. Une manipulation sordide qu’il précise en riant de bon cœur :

« La lettre ne sera pas celle là ! Ça sera : « grâce à l’action du président de Conseil général et malgré une politique ignoble du gouvernement…«  »

 

http://24heuresactu.com/2012/04/20/hollande-hirsch-comment-exploiter-la-misere-video-scandale/

François Hollande, en clip sauce rap US

Une vidéo circule sur le Net montrant 48h de visite du candidat socialiste en banlieue sur un morceau de Kanye West.

François Hollande à la sauce rap US, c’est possible. Une vidéo reprenant le morceau « Niggas in Paris » du rapper américain Kanye West a été tournée lors de la visite de 48 heures effectuée par le socialiste en banlieue parisienne. François Hollande s’est rendu à Vaulx-en-Velin, Creil, Clichy sous Bois, Aubervilliers…une caméra derrière l’épaule. La vidéo a été postée mardi 10 avril par le « 2H12 CREW »

 

http://www.liberation.fr/politiques/2012/04/10/francois-hollande-en-clip-sauce-rap-us_810748

La connivence de la gauche et de la finance, de Voltaire à Mitterrand

Le Point : Les principaux leaders de gauche ont rarement le statut social et patrimonial de leurs idées. Comment l’analysez-vous ? 

Max Gallo : C’est le cœur du problème politique de la gauche depuis des décennies, sinon depuis son origine. Le fondement de l’inégalité parmi les hommes, selon Rousseau, c’est la propriété. Les leaders de gauche évoluent, en outre, dans le pays d’une France catholique ayant un rapport particulier à l’argent. Un pays où l’égalité est la clé de voûte des valeurs républicaines. La gauche s’est donc drapée dans une sorte d’ascétisme. Pensons au Parti communiste, qui exigeait de ses élus qu’ils logent dans des habitations à loyer modéré et qu’ils donnent la totalité de leurs émolument au parti. Dans le même temps, Léon Blum était accusé de déjeuner dans une vaisselle en or… Il existait déjà ce conflit entre l’accusation de mode de vie et le propos. Le propos était notamment de présenter la droite comme liée à l’argent. Quand François Hollande critique la finance, cela fait écho. Son discours consiste à dire « Nous sommes la pureté par rapport à l’argent qui corrompt » et « Nicolas Sarkozy est le Fouquet’s, le président des riches ».
Le rapport de la gauche à l’argent a bien changé…
Il a changé non pas avec l’arrivée de François Mitterrand à la tête du Parti socialiste, en 1971, mais avec le tournant de 1983. Cela dit, à mes yeux, la vraie rupture a eu lieu en Mai 68 et elle est intégrée politiquement en 1981. La génération 68 arrive au pouvoir et s’accommode de la libre circulation des capitaux, de l’économie de marché et des années fric. « Treize ans déjà, coucou nous revoilà! » ai-je entendu dans un cortège en mai 1981. Comme il est donc curieux, aujourd’hui, d’entendre François Hollande stigmatiser la finance et les riches, alors que nous avons eu un socialiste directeur général du FMI, qu’un autre est responsable de l’OMC et un troisième de l’Autorité des marchés financiers.
Pourquoi la gauche n’a-t-elle jamais pu se doter d’un chef issu du prolétariat ? De Jaurès à Mitterrand, la bourgeoisie a dominé…
En effet. Dans l’histoire de France, il y a eu un compromis passé entre les puissances d’argent et la gauche. Au XVIIIe siècle, Voltaire fait partie des vingt plus grandes fortunes françaises. Il n’avait pas le même rapport que Rousseau à la société, aux institutions, à l’argent… Or personne ne niera que Voltaire était un défenseur des droits de l’homme. La France est le pays où il existe à la fois un discours radical et des intellectuels de gauche porteurs de ce discours et membres du système qu’ils dénoncent.
Avant d’être Premier ministre, Pierre Bérégovoy a été fraiseur, cheminot… Une exception qui pourrait se reproduire, selon vous ? 
Malheureusement, je ne le crois pas. Il faut être issu de la caste pour être reçu au festin du pouvoir. Pierre Bérégovoy était un homme intègre avec un parcours original. Il s’est suicidé après avoir été pris dans une tourmente financière personnelle. On lui a prêté de l’argent et on l’a maintes fois accusé de corruption. Son cas est emblématique, pour les couches populaires, de la tragédie que représente la conversion à l’argent.
L’honneur n’est-il pas du côté des nantis qui réclament à leur détriment une justice fiscale ? 
Il est vrai que les élites de gauche sont souvent constituées de gens qui ont renoncé à leur statut privilégié. Mais il faut qu’elles aillent jusqu’au bout : il ne faut pas se servir de ce thème de l’argent comme d’un leurre. Pour imposer au système une régulation, il faut rompre avec lui. Il faut être radical. Or on a constaté l’inverse, c’est-à-dire l’absorption par ce milieu de la finance des leaders de gauche. Une connivence s’est créée.
Le problème n’est-il pas d’abord celui d’une éthique du comportement de la part des élus riches ? A droite, Borloo, beaucoup plus riche que Sarkozy, fait homme du peuple…
Absolument et c’est primordial. Mais les politiques qui oublieraient la valeur d’égalité, qui est le ressort de notre Histoire, sont menacés d’être rejetés. Les théoriciens de la gauche ont d’ailleurs remplacé ce mot d’égalité par équité. L’équité, c’est la justice, la morale. L’égalité, c’est l’égalité réelle, dans les faits.

Le Point n°2060 du 8 au 14 mars 2012

%d blogueurs aiment cette page :