Archive

Posts Tagged ‘gouvernement’

Hollande veut accélérer les réformes par voie d’ordonnances

Le président des sénateurs PS et la porte-parole du gouvernement évoquent tous deux cette possibilité qui permet de faire entrer en vigueur des réformes avant tout vote du Parlement.

Ce ne sont pour le moment que des pistes évoquées au conditionnel. Mais tant François Rebsamen, le président des sénateurs PS que Najat Vallaud-Belkacem, la porte-parole du gouvernement, semblent parler de la même voix. Et à les entendre, le chef de l’Etat pourrait bien décider de recourir à la méthode, toujours controversée des ordonnances.

François Hollande « a pris conscience (…) de blocages importants dans notre société, de délais de prise de décision trop longs, des textes qui prennent énormément de temps de débat au Parlement (…) et donc, il est indispensable de raccourcir ces délais pour plus d’efficacité » a en effet souligné le Sénateur lors de l’émission « Questions d’Info » LCP/FranceInfo/LeMonde/AFP, en estimant que « les ordonnances » étaient « un moyen » d’y parvenir.

Le logement et la construction pourraient être concernés

Selon le sénateur, le recours aux ordonnances pourrait porter en priorité sur « les secteurs d’activité porteurs d’un sentiment de renaissance de la confiance, de la création d’emploi ». Et de citer « le logement, la priorité des priorités », pour lequel il préconise d’abaisser à 5% le taux de TVA sur « la construction de logements sociaux et les travaux de rénovation énergétique ».

De son côté, la porte-parole du gouvernement a indiqué, à l’issue du Conseil des ministres qu’il n’était « pas exclu » de légiférer par ordonnances pour accélérer les réformes. En effet, les ordonnances présentent l’avantage d’entrer en vigueur dès leur publication, avant même tout vote du Parlement, amené ensuite à se prononcer dans un délai fixé.

Une accélération des réformes qui seraient sans doute appréciée en France, compte tenu du mécontentement qui s’est exprimé en début de semaine à l’occasion du voyage présidentiel à Dijon, mais aussi au delà des frontières. Notamment en Allemagne où le président de la Bundesbank vient de s’inquiéter du fait que les réformes piétinent en France .

Les Echos

Vers un “spoil system” à la française ?

Le “spoil system” était une particularité du système politique américain. Chacun des deux partis pouvant prétendre à la présidence et pouvant prétendre à la majorité au Congrès débarquait avec ses troupes de fonctionnaires de tous niveaux, en particulier des dirigeants d’administrations centrales, acquises à sa cause et prêtes à défendre, à promouvoir et à appliquer les décisions du gouvernement. Ce système américain s’opposait aux systèmes en place dans les États-nations d’Europe occidentale et en particulier au système français. (…)

On le verra lors de très prochains conseils des ministres, les mouvements, les ligues, qui veulent appliquer leurs règles et faire subir à la France ce qu’elle ne veut pas, sont entrés dans une phase de paranoïa aigüe par rapport à l’administration, et plus particulièrement à la haute administration. En un mot comme en cent, les hauts fonctionnaires seraient coupables d’avoir travaillé avec un autre gouvernement.

Congrès du PS à Toulouse : Manuel Valls cible les Identitaires

Le message est on ne peut plus clair. Le ministre de l’Intérieur, Manuel Valls, a un ennemi prioritaire. Non pas les islamistes, non pas la racaille, non pas la criminalité organisée, mais les Identitaires. En effet, lors de son discours au congrès du PS à Toulouse, le locataire de la place Beauvau a indiqué (à 9min50 de la vidéo) : “Je ne laisserai pas faire, nous ne laisserons pas faire ces groupes identitaires qui provoquent la République.” Réaffirmant que la présidence Hollande et le gouvernement Ayrault allaient ouvrir davantage les vannes de l’immigration…

Avec 30 litres par an, les Français sont de « petits buveurs »

Brunes, blondes ou rousses : si elles représentent une bonne part de l’activité des cafetiers et autres hôtels-restaurants, les bières ne sont pas la boisson préférée des Français, loin s’en faut. Avec « seulement » 30 litres de bière consommés par an, nous serions de « petits buveurs ». Loin derrière les Tchèques et les Allemands. Car dans l’hexagone, c’est le vin qu’on préfère. En tout cas, on en boit quatre fois plus.

 

 Les taxes sur les bières vont donc augmenter. C’est l’une des mesures prises dans le cadre du budget de la Sécurité sociale. Cela correspondra à une hausse équivalente à 5 centimes sur un demi de bière, a précisé le gouvernement. Et rapporterait 480 millions d’euros.

D’un point de vue purement arithmétique, sans entrer dans d’autres considérations liées à la situation des viticulteurs, une augmentation sur le vin aurait été bien plus profitable aux caisses de la Sécu : dans l’hexagone, c’est le vin qui domine, et très largement. Selon les Brasseurs de France, le vin représente 59% de la consommation d’alcool, contre 16% pour la bière. Les spiritueux se situent entre les deux, avec 25%.

30 litres en France contre 107 en Allemagne
Plus concrètement, cela représentait, en moyenne en 2009, par Français, 30 litres de bière consommés par an. Un « score » qui fait de la France l’avant-dernier pays consommateur en Europe, toujours selon Brasseurs de France. Par comparaison, les Tchèques, plus grands buveurs du continent, en éclusent 135 litres par an, suivis des Allemands avec 107 litres.

Consommation en baisse
Ce marché de la bière est d’ailleurs en déclin structurel depuis 30 ans : il ne faut pas se fier au nombre de packs de bière qui passent sur les tapis des caisses d’hypermarchés le samedi en début de soirée. Près de 20 millions d’hectolitres de bière ont été consommés en 2010. Mais cela représente une baisse de 1,7% par rapport à 2009.

Mais il n’y a pas que dans les commerces de distribution que les amateurs s’approvisionnent : la bière représente une importante source de revenus pour les cafés et restaurants. Selon la Fédération nationale des boissons (FNB), blondes, brunes et autres rousses représentent plus du tiers du revenu global de l’activité boissons des cafés/hôtels/restaurants.

La France, premier exportateur mondial de malt
Et si la consommation est en déclin, ce n’est pas faute de pouvoir « consommer local » : la France est le 9e pays producteur de bière en Europe avec 16,3 millions hectolitres produits en 2010. Parmi les marques françaises en vedettes, on trouve les alsaciennes Kronenbourg – la plus consommée en France – et Fischer (groupe Heineken). Et du côté des matières premières, la France est le premier producteur d’orge de brasserie en Europe (3,5 millions de tonnes produites en 2010) et le premier exportateur mondial de malt (1,3 million de tonnes). Soit une filière qui, dans son ensemble, pèse 12,8 milliards d’euros pour 71.500 emplois, selon Brasseurs de France.

Le Telegramme

%d blogueurs aiment cette page :