Archive

Posts Tagged ‘guerre sainte’

Les ch’tis d’Allah, le gang de Roubaix

13 novembre 2012 Laisser un commentaire

France 3 – 12/11/12

Ce documentaire revient sur la fanatisation de deux jeunes Français du « gang de Roubaix » dans les années 1990.

Un simple contrôle de rou­tine. Une voiture volée repérée sur un parking de Roubaix. Au moment d’in­terpeller les hommes qui s’en approchent, les policiers sont pris pour cible et mitraillés.
Trois mois plus tard, en mars 1996, quatre des membres de ce que l’on avait surnommé le « gang de Roubaix » s’immolent par le feu aux cris d’« Allah est grand ! » plutôt que d’accepter de se rendre au GIGN qui donnait l’assaut. Leurs chefs, deux Français du nord de la France convertis à l’islam, Christophe Caze et Lionel Dumont, se sont enfuis. Le premier sera abattu quelque temps plus tard, le second arrêté en Allemagne en décembre 2003, puis extradé en France et condamné à 25 ans de réclusion.

Dans son documentaire intitulé Les Chtis d’Allah, le gang de Roubaix, Olivier Pighetti a voulu en savoir plus sur ces deux jeunes hommes. Comprendre pourquoi et comment des individus sans histoire apparente se sont transformés en porte-parole des djihadistes. Surtout, cette plongée dans leur parcours personnel permet de décortiquer le mécanisme d’un enrôlement fanatique et toujours d’actualité. (…)

Caze et Dumont vont ­commettre nombre d’atrocités (certaines séquences d’archives sont à la ­limite de l’insoutenable).

De retour dans le Nord, les deux Ch’tis n’auront de cesse de poursuivre la guerre sainte en ­France, d’où les braquages pour tenter de récupérer de l’argent pour la « cause ». Une enquête qui fait froid dans le dos.

Le Figaro

Abdel Jelil, ce mystérieux jihadiste français au Mali

Dans une vidéo postée sur le Net, un Français, basé à Tombouctou, se dit au service de la guerre sainte. Il menace François Hollande en cas d’intervention militaire dans ce pays.

Le document est glaçant. A l’écran, un homme portant un cheich sombre et une veste couleur sable pose à côté d’un kalachnikov. Derrière lui, le drapeau noir d’Al-Qaida au Maghreb islamique (Aqmi). Pendant onze minutes, le Français, qui se fait appeler Abdel Jelil, évoque sa vie dans la langue de Molière, avant de mettre en garde le gouvernement français contre une intervention militaire dans le nord du Mali.

Mâchoire serrée, regard sévère, le jihadiste d’une quarantaine d’années débite son texte sans la moindre hésitation.

Cette vidéo a été postée sur Internet mardi par Sahara Medias, un groupe de presse africain dont le site d’informations en ligne avait déjà diffusé, fin septembre, le message de quatre Français retenus en otages par l’organisation islamiste armée qui sévit dans le Sahel. « Cette fois, notre correspondant malien basé à Tombouctou a récupéré en main propre la vidéo de la part d’un représentant d’Aqmi », nous a indiqué Mohamedi Abdallah, le patron de Sahara Medias, pour attester l’authenticité de la vidéo. « On ne diffuse jamais ce genre de documents sans obtenir des preuves de leur véracité », a-t-il tenu à préciser.

Il rend hommage à Oussama ben Laden

« D’origine française, je vis ici à Tombouctou depuis deux ans, avec ma femme et mes cinq enfants, commence le jihadiste. Depuis trente ans, je fais mon chemin dans la vie de ce monde et dans l’islam pour l’adoration d’Allah. » Abdel Jelil, sans doute son nom de musulman converti, précise ensuite qu’il a travaillé entre ses 25 et 40 ans dans la marine marchande, profession qui l’a amené à beaucoup voyager. Il indique également avoir officié pour Médecins sans frontières (MSF) en Ethiopie. Hier, l’ONG n’a pas tenu à confirmer cette information. En préambule, le Français assure se mettre au service du jihad, la guerre sainte qu’entend livrer une minorité d’islamistes radicaux pour défendre et propager leur religion.

Il rend hommage à Oussama ben Laden et aux moudjahidin (les combattants) « pour ce qu’Allah a mis entre leurs mains le 11 septembre 2001, quand Allah a frappé la tête des alliés du diable ». Puis, il apostrophe directement le chef de l’Etat : « Avez-vous oublié, François Hollande, vos promesses électorales de vous détacher des décisions de l’Otan qui ne défend plus que les intérêts politiques, économiques israélo-américains? » Le jihadiste appelle ensuite le peuple français à s’opposer à une intervention militaire dans le nord du Mali. Il prévient sans détour qu’un tel engagement « rendra notre lutte légitime, comme celle de nos frères d’Afghanistan et de Palestine ». Enfin, il conclut : « Nous nous battrons jusqu’au bout pour défendre le droit de l’homme à s’élever vers son créateur. » L’homme était dans le viseur des forces de l’ordre à Bamako, la capitale malienne. Deux combattants français membres d’Aqmi avaient été repérés dans une « katiba » (brigade) de l’organisation islamiste fin août.

Selon une source malienne, l’un d’eux se présente sous le nom… d’Abdel Jelil. « Il vivait au nord du Mali avant l’arrivée des islamistes. Quand ils sont arrivés, il est resté et a épousé leurs idées », a également assuré un élu de cette région. Impossible de savoir s’il s’agit de l’homme qui apparaît dans la vidéo. « Pas de commentaire à ce stade », indiquait-on hier soir au ministère des Affaires étrangères. Car le sujet est éminemment sensible du fait, notamment, de la présence de six Français détenus dans le Sahel. « Mais cette vidéo indique clairement la volonté d’Aqmi de faire pression pour négocier et obtenir ce qu’il souhaite en échange des otages », analyse Anne Giudicelli, spécialiste du Sahel. Une pression d’autant plus forte que, pour la première fois, c’est un Français qui apparaît devant la bannière du jihad.

Le Parisien

%d blogueurs aiment cette page :