Archive

Posts Tagged ‘islamisme’

Le Pen: « l’islam de France n’existe pas »

La présidente du Front national Marine Le Pen a affirmé que « l’islam de France » n’existait pas, avant d’appeler tous les musulmans qui acceptent la laïcité française à combattre à ses côtés contre l’islamisme dont ils sont aussi les victimes.
« Il n’y a pas d’islam de France », a lancé Marine Le Pen lors de « C’Politique » sur France 5.

« Nicolas Sarkozy a créé le Conseil français du culte musulman qui permet à tous les musulmans de voter (pour ses instances) même s’ils sont clandestins: il n’y a pas d’islam de France. L’islam est financé par de l’argent venant de l’étranger: il n’y a pas d’islam de France », a martelé la présidente du FN qui arborait pour la première fois un pendentif représentant une carte de France que lui a offert la fédération FN de Perpignan.

Interrogée sur le démantèlement d’un groupe islamiste, l’ex-candidate à la présidentielle a jugé « évident » que « les opérations de prosélytisme de l’islam radical ne sont pas maîtrisées sur notre sol ». « Je crois pouvoir dire qu’il y a un grand déficit en matière de renseignement, notamment dans nos quartiers. Nous assistons, depuis un certain nombre d’années à une hybridation entre l’islam radical et la criminalité et le trafic de drogue. Cela fait des années qu’on en parle, il y a des milliers d’armes qui circulent dans les banlieues », a dit la leader frontiste.

« Nicolas Sarkozy devait vider les caves, manifestement rien n’a été fait en ce domaine », a-t-elle relevé, avant d’appeler à « surveiller les imans qui prêchent » pour éviter notamment les recrutements des jeunes délinquants dans les quartiers.
« Il faut être ferme et expulser les imans étrangers qui professent ce genre de prêche. Il faut supprimer le financement étranger des mosquées. Et, pour ceux qui célèbrent les mariages religieux de personnes déjà mariées (polygamie), il faut les expulser s’ils sont étrangers et les condamner s’ils sont français », a-t-elle demandé.

« Les Français savent qu’il ne faut pas faire d’amalgame entre l’islam radical et des musulmans qui acceptent parfaitement le fonctionnement laïc de notre pays », a estimé Marine Le Pen. Elle a fait valoir que beaucoup de ces musulmans étaient « victimes de cette pression inadmissible, celle faite aux jeunes femmes pour qu’elles se voilent ou qu’on insulte quand elles sont en jupe, celle faite aux citoyens musulmans qui ne se soumettent pas au ramadan et que l’on agresse ». « Tous ces musulmans victimes devraient être à nos côtés et je leur dis: ‘venez combattre avec nous l’islam politique' ».

Le Figaro

Fusillade de Toulouse : n’instrumentalisons pas ce drame à des fins idéologiques

Si la fusillade survenue ce lundi matin à Toulouse reste pour l’instant inexpliquée, l’histoire nous enseigne à rester prudent : l’extrême-droite pourrait ainsi ne pas se cacher derrière cette tragédie.

Atlantico : Quel est votre sentiment sur la fusillade de ce lundi matin à Toulouse ?

Gilles-William Goldnadel : A ce stade, il est urgent d’attendre avant que de commencer à conjecturer. J’ai, malheureusement, une trop longue expérience des attentats antisémites de ces trente dernières années pour savoir que les premières pistes ont rarement été les bonnes et pour me méfier des déclarations à l’emporte-pièce du personnel politique – ou plus encore des associations antiracistes. Mais je ne sais si le drame de ce matin est en lien avec ce que s’est déjà passé…

A quelles affaires pensez-vous en particulier ?

Une chose est certaine : de la Rue Copernic, en passant par la fusillade de la rue des Rosiers, jusqu’à la triste affaire Halimi, il est clair que le sang juif qui a coulé depuis la Deuxième guerre mondiale ne l’a pas été des mains de l’extrême-droite mais davantage de l’antisémitisme new-age lié soit à l’islamisme soit au conflit moyen-oriental. C’est une certitude absolue. Le fond historique est indéniable.

Vous semblez oublier Carpentras et ses tombes juives profanées ?

Carpentras, c’est encore autre chose. On a plutôt agité dans les premiers jours la piste d’émules de Le Pen. Finalement, on a débouché sur des voyous à demi-demeurés aux rites sataniques. Mais à chaque fois on a envoyé dans le mur la communauté juive et la communauté nationale à des fins idéologiques.

L’affaire Ilan Halimi est très claire sur ce plan. On a tenté de gommer la dimension antisémite précisément parce que Fofana ne cadrait pas avec le portrait-robot de l’antisémite détestable idéologiquement. Mais il n’est que de regarder les récentes vidéos postées pour constater que Youssouf Fofana se réclame de l’islamisme. Il n’est malheureusement pas douteux qu’Halimi ait été enlevé parce que juif et qu’il a aussi été torturé en tant que juif. Je le dis pour le passé. Mais ce n’est pas pour autant que j’en fais une règle sur l’avenir. La règle que je m’impose et que j’invite aussi les observateurs à épouser est -au-delà de la triste expérience historique que nous avons-, de ne pas instrumentaliser ce drame à des fins idéologiques.

Il semblerait que l’arme utilisée ce lundi soit la même que celle employée pour assassiner les militaires la semaine passée…

Cela n’invalide certainement pas mon analyse, au contraire. Les responsables de SOS racisme veulent voir dans les soldats assassinés des musulmans et des Antillais, mais on peut y voir tout autant des militaires revenant d’Afghanistan….

http://www.atlantico.fr/decryptage/fusillade-ecole-juive-toulouse-reaction-intrumentalisation-islamisme-extreme-droite-gilles-william-goldnadel-313333.html

Le terme « islamophobie » a été inventé par les Frères Musulmans.

Alors que jeudi Science-po Aix-en-Provence organise avec l’Institut du Monde Arabe un colloque intitulé « Dépasser les islamophobies européennes – Muslim Pride » (en partenariat avec les sites islamistes Oumma et Saphirnews qui font de la pub pour l’UOIF!). Il est important de souligner que ce vocable est d’origine islamiste, destiné à paralyser toute critique même scientifique de l’islam.
Le néologisme «islamophobie» n’a pas émergé ex nihilo. Il a été inventé, délibérément, par les Frères musulmans de l’Institut international pour la pensée islamique (IIIT), qui est basé en Virginie du Nord, qui fait office de boîte à idée et d’Institut de formation pour les cadres du mouvement. Le caractère radical de cet institut est parfaitement démontré en citant les ouvrages qu’il édite dans le livre Ces Maires qui courtisent l’islamisme  (Tatamis,2010), notamment les écrits du fondateurs Isma’il Raji al-Faruqi (1921-1986). 

 

Abdur-Rahman Muhammad, un ancien membre de l’IIIT qui a depuis quitté l’Institut par désaccord, était présent lors de la création du mot.

« Ce terme odieux«  écrit-il, « n’est rien de plus qu’un terme cliché conçu dans les entrailles du think tank musulman dans le but de mettre à bas les critiques » …

Muhammad décrit la stratégie derrière l’invention du mot:

« Dans un effort pour faire taire les critiques envers l’islam politique, ses défenseurs ont jugé utile de construire une terminologie qui leur permettrait de se poser en victimes. »

Muhammad a dit qu’il était présent quand ses collègues d’alors, réunis dans les bureaux de l’Institut international pour la pensée islamique dans le Nord de la Virginie, ont inventé le terme «islamophobie».

Abdur-Rahman Muhammad a déclaré:

« que les islamistes ont décidé d’imiter les militants homosexuels qui ont utilisé le terme «homophobie» pour faire taire les critiques. »

(source: FrontPageMag)

http://www.islamisation.fr/archive/2012/03/14/le-terme-islamophobie-a-ete-invente-par-les-freres-musulmans.html

%d blogueurs aiment cette page :