Archive

Posts Tagged ‘ségolène royal’

Pension alimentaire : Royal décroche un poste à la Banque Publique d’Investissement

20 février 2013 Laisser un commentaire
La présidente de la région Poitou-Charentes va être nommée numéro 2 de la BPI. Cette banque publique est présidée par Jean-Pierre Jouyet, un intime de François Hollande.

Ségolène Royal va être nommée à la tête de la BPI. C’est Jean-Pierre Jouyet, l’actuel président de la Banque Publique, qui l’a lui-même annoncé mercredi matin sur France Inter.  Cette nomination ne va pas manquer de faire réagir à droite puisque Ségolène Royal, François Hollande et Jean-Pierre Jouyet sont des amis de la même promotion de l’ENA.

En octobre dernier, la présidente du Poitou-Charentes avait déclaré qu’elle serait vigilante sur « la mise en place concrète » de la Banque publique d’investissement (BPI), d’autant que « certaines interrogations sont justifiées » comme le risque de « bureaucratie ».

Financer des PME prometteuses

La création de la BPI, « je m’en félicite, c’est une idée que je défends depuis 2008 », avait affirmé Ségolène Royal, interrogée par l’AFP en marge du congrès de l’association des régions de France, réuni à Lyon en octobre.

La BPI doit réunir dans chaque région sous un guichet unique les services du Fonds stratégique d’investissement qui prend des participations dans des sociétés françaises stratégiques, de la banque publique des PME et de l’innovation Oséo et de CDC Entreprises, filiale de la Caisse des dépôts. Il s’agit de financer les PME prometteuses. Une activité que Ségolène Royal avait déjà pu mettre en œuvre en tant que présidente de la région Poitou-Charentes

Prix humour et politique 2012 : François Goulard récompensé, Raffarin obtient un prix spécial

François Goulard (à g.) et Jean-Pierre Raffarin, en 2004 à Paris. Tous deux sont lauréats du prix « Humour et politique » 2012.

Le prix Press Club humour et politique 2012 a été attribué lundi à l’ex-député UMP François Goulard.  Le président du conseil général du Morbihan a obtenu le prix 2012 pour avoir dit: « être ancien ministre, c’est s’asseoir à l’arrière d’une voiture et s’apercevoir qu’elle ne démarre pas« .

Le jury du prix Press club, humour et politique, présidé par Jean Miot, a distingué M. Raffarin « pour l’ensemble de son oeuvre« .

Les prix spéciaux du jury ont été décernés à Ségolène Royal, présidente PS du conseil régional de Poitou-Charentes, et Pierre Charon, sénateur UMP. La première pour avoir ironisé, à la veille de la primaire PS: « Ce n’est pas plus mal que ce soit une femme qui soit élue pour faire le ménage »; et le second pour une saillie sur le score à la présidentielle de la candidate écologiste: « Eva Joly, c’est un pour tous, tous pour un et deux pour cent« .

Le prix des internautes est revenu à l’ex-ministre UMP des Transports, Thierry Mariani, pour avoir dit: « Il est plus facile de pacifier la Libye que l’UMP« .

Le député PS de l’Essonne, Thierry Mandon, a reçu quant à lui le prix de l’encouragement pour avoir déclaré, après avoir battu aux législatives l’UMP Georges Tron, soupçonné de harcèlement podologique: « ça lui fera les pieds!« .

Les traits d’humour retenus par le jury sont volontaires ou involontaires.

Le lauréat 2011 avait été Laurent Fabius pour avoir lâché : « Mitterrand est aujourd’hui adulé, mais il a été l’homme le plus détesté de France. Ce qui laisse pas mal d’espoir pour beaucoup d’entre nous ».

Les histoires de cul de la gauche qui vont façonner le gouvernement

16 mai 2012 1 commentaire

Le divorce de Denis et Valérie Trierweiler n’a pas encore été prononcé. La première concubine, qui a déclaré qu’elle ne serait pas une potiche et qu’elle aura un rôle politique, est donc mariée, mais avec un autre homme que le Président de la France.

François Hollande, de son coté, a eu une fille en 1988 avec Anne Hidalgo, première adjointe au Maire de Paris, alors que François était en coupe avec Ségolène Royal.

Jean-Marc Ayrault a eu une histoire de cul avec Ségolène Royal quand François Hollande était avec Anne Hidalgo.

Avec ces triangulaires de la gauche hautement morale, il se passe donc ceci :

A) Anne Hidalgo pousse François Hollande à prendre Delanoé comme Ministre car elle veut récupérer la Mairie de Paris.

Ce qui rend Rotweiller hystérique.

C) Ségolène Royal veut le perchoir à l’Assemblée Nationale, et les enfants du couple insistent auprès de papa Hollande pour ne pas laisser Maman Ségolène de coté.

Ce qui rend Rotweiller hystérique.

D) François Hollande a déjà plus ou moins promis ce poste à François Bayrou (et là, sauf information de dernière heure, il n’y aurait pas d’histoire de cul entre les deux François)

E) Jean-Marc Ayrault voudrait être premier ministre, mais il a déjà été condamné en justice, et ses proches se demandent si ce n’est pas Ayrault – que François Hollande a gardé en travers de la gorge pour l’avoir cocufié avec Ségolène – avait dans le collimateur lorsqu’il déclarait qu’il ne s’entourerait pas de repris de justice.

Et bien entendu, je laisse DSK de coté…

© Jean-Patrick Grumberg pour www.Dreuz.info

Photo : La Gauche et le Sexe, Anna Alter et Perrine Cherchève, journalistes à Marianne. Editions Danger Public (2007)

(Ndlr: Des rumeurs courent aussi sur une relation Élisabeth Guigou et Jean-Marc Ayrault…)

Ségolène Royal : insultes, insinuations et théorie du complot

L’ancienne candidate socialiste Ségolène Royal vit décidément dans une autre planète. La papesse de la « République irréprochable » s’est laissée aller dimanche à un exercice d’insultes et d’insinuations sans précédent à l’égard de Nicolas Sarkozy. La Madone du Poitou aurait-elle encore entendu des voix ?

Selon Ségolène Royal les motivations de Nicolas Sarkozy ne sont pas que politiques à la veille de cette élection présidentielle. La présidente du conseil régional de Poitou-Charentes est persuadée que le président de la République a surtout besoin d’être réélu pour échapper aux foudres de la justice !

Comme dans un bon vieil épisode de X Files, Ségolène Royal a des preuves irréfutables pour étayer sa théorie du complot. Et d’appeler les « spécialistes du comportement » à la rescousse pour décrypter les attitudes et tics (nombreux) de Nicolas Sarkozy. « Les spécialistes du comportement, lorsqu’ils analysent ce comportement physique survolté, l’expliquent par la peur », a-t-elle affirmé.

Si elles n’étaient pas aussi grotesques, ces accusations seraient scandaleuses. Que l’une des principales dirigeantes du parti socialiste pollue de la sorte le débat démocratique avec des insinuations fumeuses n’a rien à faire dans une campagne présidentielle. Et que Ségolène Royal se rassure, Nicolas Sarkozy (dont le comportement était déjà « survolté » avant son élection) s’expliquera devant la justice dans 5 ans s’il a quelque chose à se reprocher.

http://24heuresactu.com/2012/03/19/segolene-royal-insultes-insinuations-et-theorie-du-complot/

Les purges socialistes commencent !

21 février 2012 Laisser un commentaire

le PS est-il totalitaire ?

Olivier Falorni, premier secrétaire du PS de Charente-Maritime, est sur le point de se faire virer du Bureau national socialiste. Ce républicain refuse de retirer sa candidature légitime pour les législatives de la Rochelle, au profit de Ségolène Royal.

Parachutée en échange de sa soumission au Parti, dans la circonscription de La Rochelle, pour les prochaines législatives, Ségolène Royal énerve les élus locaux qui n’en peuvent plus de ces pistons de VIP.

Ainsi, celui à qui la Madone a volé la place, Olivier Falorni, a décidé de maintenir sa candidature malgré l’arrivée de l’ex de Flamby. Dans ces cas là, les méthodes staliniennes du PS sont appliquées à la lettre : le dissident va être exclu du Bureau national, sans pouvoir se défendre.

Aubry et Hollande ont réussi à enterrer définitivement la potiche Ségolène Royal contre quelques garanties, dont l’investiture à La Rochelle pour les prochaines législatives. Pourtant, un homme de terrain, Olivier Falorni, était censé être choisi pour cette circonscription, dans laquelle il travaille tous les jours. En apprenant la nomination de Ségolène Royal à sa place, l’élu local avait fait part de son dégoût profond envers les méthodes de son propre parti :

« Cette tentative de parachutage de Ségolène Royal devient pathétique et de plus en plus insupportable aux yeux de nombreux rochelais et d’habitants de Charente-Maritime. […] Pathétique de s’imposer à tout prix par une décision venue d’en haut sans se soumettre au vote des militants et insupportable, car c’est une décision pour convenance personnelle. La Rochelle n’a pas vocation à devenir un point de chute pour une candidate en déshérence. […]  Si le Bureau national valide cette proposition je n’aurai pas le droit de me présenter devant les électeurs de mon propre parti. Où est la démocratie participative dont parle Ségolène Royal ? »

Si seulement tous les militants du PS pouvaient avoir cette lucidité quant à l’hypocrisie du parti donneur de leçons… On le voit, Olivier Falorni n’est pas un socialiste comme les autres ; il ne s’est pas contenté de parler et a décidé de passer à l’action et de maintenir sa candidature contre Ségo.

C’est alors que le couperet est tombé sur sa tête : «Olivier Falorni a reçu une lettre de la direction du parti lui demandant de renoncer à sa candidature, ce qu’il a refusé. Le Bureau national va donc logiquement constater son exclusion. C’est une décision automatique. Il s’est lui-même mis en dehors du parti», a ainsi précisé le bras droit de Martine Aubry, François Lamy.

Olivier Falorni semble déterminé même s’il sait que «la direction nationale accomplira sa besogne».

On attend avec impatience la réouverture des Goulags quand Hollande sera élu Président de la République…

http://24heuresactu.com/2012/02/21/segolene-royal-fait-virer-falorni-le-ps-est-il-totalitaire/

%d blogueurs aiment cette page :