Archive

Posts Tagged ‘bloc identitaire’

Bernard-Henri Lévy condamné pour avoir diffamé le Bloc Identitaire

Dans le monde selon BHL, il existe trois catégories d’êtres humains. D’abord, Ceux-qui-savent, Ceux-qui-dispensent-la-parole, bref, Ceux-qui-sont-au-dessus. Ensuite, il y a la plèbe, le populo, qu’il convient de guider. Enfin, il y a les nazis, les fascistes, les populistes, la droite de droite, la racaille de la pensée. Tous ceux qui ne sont pas d’accord avec Ceux-qui-énoncent, Ceux-qui-dénoncent, les industriels du poncif et du point Godwin en boucle.

Au sein de ce clergé de l’intelligentsia, BHL est au minimum cardinal. Puissant, richissime, choyé des médias, sa morgue pourrait remplir le creux de son œuvre sans jamais épuiser l’une ni parvenir à remplir l’autre.

Aussi ce mardi 23 avril est-il un grand jour pour tous les amoureux de la liberté. En effet, un tribunal correctionnel vient de condamner Bernard-Henri Lévy pour avoir diffamé le Bloc Identitaire. On ne peut pas traiter impunément de « nazis » un parti politique français. L’hebdomadaire Le Point, également poursuivi, a été également condamné. Justice est « fête » !

Il est probable qu’il y aura un appel. Qu’importe ! Cette victoire judiciaire est un signal : nul ne peut salir le mouvement identitaire sans s’exposer à des poursuites et à des condamnations.

Communiqué Bloc Identitaire

« Souriez, vous êtes remplacés »

28 février 2013 Laisser un commentaire

Nouvelle campagne d’affichage du Bloc Identitaire

Le Bloc identitaire veut s’allier avec le FN

Les dirigeants du mouvement d’extrême droite Bloc identitaire ont annoncé aujourd’hui leur intention d’être présents aux municipales de 2014, notamment « à travers des collaborations » avec le FN au sein du Rassemblement Bleu Marine.

« 2014 est pour nous clairement un objectif. Nous considérons que les identitaires doivent désormais passer de l’existence médiatique et politique à l’existence dans la sphère de l’action publique« , a expliqué l’un des leaders du Bloc Identitaire, Philippe Vardon. « En 2014, il y aura des élus identitaires, à travers des listes de rassemblement, d’union, d’ouverture (…) à travers des listes dans des logiques d’union des droites (…) et puis bien entendu, à travers des collaborations et des intégrations de listes structurées autour du Rassemblement Bleu Marine de Marine Le Pen », a-t-il ajouté.

Divergences

Philippe Vardon, qui dirige à Nice le mouvement Nissa Rebella, associé au Bloc identitaire, avait déjà soutenu Marine Le Pen lors de la campagne présidentielle de 2012. Mais il n’avait pas obtenu, comme il l’espérait, l’investiture du FN aux législatives.

Cette semaine, la présidente du FN Marine Le Pen a également indiqué qu’à ses yeux, une entrée du Bloc identitaire au sein du Rassemblement bleu marine n’était « pas à l’ordre du jour ». S’ils combattent tous deux « l’islamisation » de la France, les deux mouvements ont des divergences idéologiques, notamment sur l’Europe et les identités régionales.

Quelques centaines de personnes étaient réunies aujourd’hui à Orange (Vaucluse) pour la convention du Bloc Identitaire, qui célèbre ses dix ans.

Le Figaro

Des personnalités d’extrême droite font de l’entrisme sur des sites d’infos

“Boulevard Voltaire, le cercle des empêcheurs de penser en rond” : voici le nom et la devise du site d’information lancé au début du mois d’octobre par les journalistes Robert Ménard et Dominique Jamet. “Deux idées président au lancement. La première est ‘liberté’, d’expression, de ton, de parole. La seconde est ‘pluralisme’, afin de permettre à des opinions qui ne sont pas forcément officielles et autorisées par les grands groupes de presse et les grands partis politiques de s’exprimer”, a résumé Dominique Jamet lorsqu’il a été interrogé par l’AFP. Pour concrétiser ce programme, les deux compères n’ont pas hésité à faire appel aux vieilles gloires de l’ultradroite.

Parmi la trentaine de contributeurs de Boulevard Voltaire, des anciens du Front national tels Jean-Yves Le Gallou, ex-député européen frontiste qui a théorisé le concept de “préférence nationale”, mais aussi l’historien Bernard Lugan, ancien membre du conseil scientifique du FN. Parmi les autres plumes du site, on retrouve le militant complotiste et souverainiste Pierre Hillard, l’avocat pro-israélien radical Gilles-William Goldnadel mais aussi l’écrivain André Bercoff, qui vient de publier Apéro saucisson-pinard, un livre d’entretiens avec, entre autres, le président du Bloc identitaire, Fabrice Robert.

D’autres profils n’échapperont pas au lecteur de Minute mais sont moins connus du grand public. Pour Boulevard Voltaire, Mathilde Gibelin a ainsi interviewé Nicolas Dupont-Aignan mais également François Delapierre, le bras droit de Jean-Luc Mélenchon. Alors qu’elle est présentée comme une simple journaliste, un rapide tour sur son blog personnel permet de comprendre qu’elle est l’une des figures d’Europe-Jeunesse, le mouvement de scouts du GRECE (un think tank ayant pour but de fournir à la droite et l’extrême droite un logiciel de pensée identitaire et ethnodifférencialiste). Introduit de la même manière, Nicolas Gauthier, qui publie des analyses géopolitiques sur le site, est l’ancien directeur de publication du journal d’extrême droite Flash.

Ce ne sont pas les seuls militants d’extrême droite qui réussissent à accéder et à contribuer à des sites d’informations grand public. Le phénomène a même tendance à se généraliser. “Les sites participatifs ont besoin d’une grande quantité d’intervenants pour s’autoalimenter ou pour susciter le débat. Ils font donc parfois appel à des gens sans tenir compte de leurs stricts domaines de compétences”, analyse Jean-Yves Camus, chercheur associé à l’Iris (Institut de relations internationales et stratégiques). “Beaucoup d’intellectuels déclassés trouvent sur le web une nouvelle visibilité en se présentant comme des parias ostracisés à cause de leurs discours pseudopolitiquement incorrects sur l’islam ou l’immigration”, confirme l’historien des droites extrêmes Nicolas Lebourg.

C’est ainsi, par exemple, que Jean-Paul Gourévitch, “spécialiste autoproclamé des migrations”, adoré par l’extrême droite pour avoir livré un rapport tout à fait farfelu sur le coût économique de l’immigration, intervient sur Le Plus (site participatif du Nouvel Obs) ou bien encore sur le pure player conservateur Atlantico.

Sans doute moins regardant sur sa droite, Atlantico héberge aussi les papiers de Christian Rol, ancien militant de l’organisation étudiante d’extrême droite le GUD, coauteur d’un livre avec Maxime Brunerie (l’homme qui avait tiré sur Jacques Chirac en 2002), simplement présenté au lecteur comme un “écrivain et journaliste”, ou bien encore ceux de Patrice de Plunkett, dont le passé militant au sein de la Nouvelle droite est également passé sous silence.

Les Inrocks

L’AFP en flagrant délit de désinformation

La dépêche AFP “Deux blessés à Paris en marge du rassemblement anti-Qatar” relatant l’attaque par une cinquantaine de militants d’extrême gauche armés et casqués à la fin d’une manifestation organisée par le Projet Apache et le Bloc Identitaire hier ( 24 mars 2012)  à Paris est un modèle de désinformation.

Voici comment l’AFP rend compte de l’événement.

Les jeunes du « Projet Apache » et quelques militants du Bloc identitaire se sont accrochés avec des badauds qui les filmaient en les traitant de « fachos », les identitaires répliquant en les traitant de « fachos de gauche ».
Maville.com

 

Le journaliste, Boniface Murutampunzi, pourtant présent au moment des faits, prétend n’avoir rien vu ni entendu. L’attaque par un commando armé ? Une simple bagarre. La cinquantaine de militants d’extrême gauche ? De simples badauds.

Contacté par téléphone, le journaliste se montre rapidement très embarrassé…

AUDIO ICI

%d blogueurs aiment cette page :