Archive

Posts Tagged ‘nicolas sarkozy’

Détricotage du statut d’auto-entrepreneur : l’anti-sarkozysme poussé à son paroxysme ?

Le projet de loi de Finance 2013 prévoit un alignement des cotisations sociales des auto-entrepreneurs sur celui des entrepreneurs individuels. Un énième détricotage du sarkozysme…

C’est devenu une habitude, la boussole de toute action, pour l’actuel gouvernement : toute mesure prise par Nicolas Sarkozy est nécessairement mauvaise et doit donc être méticuleusement détricotée.

Le statut d’auto-entrepreneur symbole de l’initiative personnelle et la liberté d’entreprendre n’échappe pas à cette logique destructrice malgré sa popularité chez les Français, de gauche comme de droite.

Dans son projet de Loi de Finances pour 2013, le gouvernement a présenté son objectif pour les centaines de milliers d’auto-entrepreneurs de notre pays : l’alignement du régime de cotisation sociale des auto-entrepreneurs sur celui des autres entrepreneurs individuels1. Un tel changement, décidé sans aucune concertation malgré les déclarations des différents ministres a comme objectif de compenser le manque à gagner qui s’élèverait à 130 millions d’euros. Or, il apparaît qu’en réalité le régime d’assurance maladie des auto-entrepreneurs n’est pas déficitaire. Il s’agit donc ici, pour le gouvernement, d’une volonté délibérée de taxer abusivement ceux qui ont manifesté le désir d’entreprendre et l’envie de réussir.

Lors de la campagne présidentielle, François Hollande avait fait passer un message de défiance envers ceux qui entreprennent. Ce projet en apporte la preuve.

J’en suis aujourd’hui à me demander ce que les auto-entrepreneurs ont fait de mal. Un régime a été créé pour eux, ils s’en sont emparés avec force pour être aujourd’hui plus de 1 million à en profiter. Que reproche-t-on au juste à ce régime ? D’avoir permis de créer 70000 TPE ou PME par an depuis son lancement ? De donner à de nombreuses catégories de populations – étudiants, retraités – un complément de revenu salutaire ? De réduire drastiquement le travail clandestin ?

Ce qui se trame est, en réalité, un changement de perspective économique. A la liberté d’entreprendre et de créer le gouvernement oppose une mise sous perfusion. La légalisation du cannabis, l’ouverture des salles de shoot sont autant de signaux qui montrent que le Parti Socialiste et ses alliés ne considèrent pas la jeunesse de France comme une source d’initiatives, d’idées neuves et novatrices, mais comme un fardeau qu’il faut accompagner pour lui rendre le quotidien plus doux.

L’anti-sarkozysme primaire atteint aujourd’hui, avec la fin annoncée du statut d’auto-entrepreneur, son paroxysme. Le gouvernement décourage l’entrepreneuriat, préfère embaucher des fonctionnaires plutôt que de laisser les entreprises libres d’embaucher, les entrepreneurs libres de créer. Les 10 milliards d’euros d’impôts nouveaux pour les sociétés risquent bien de rompre ce lien si fragile, cassant toute confiance, moteur principal d’une économie moderne.

Dans un gouvernement largement composé de personnalités n’ayant jamais connu le monde de l’entreprise (à l’instar de Sylvia Pinel, ministre pourtant en charge des auto-entrepreneurs), celui qui réussit est suspect, celui qui crée est dangereux pour le liant de la société française.

En oubliant que ceux qui embauchent sont les chefs d’entreprises et non pas l’Etat, le gouvernement décourage un peu plus les Français en général, et les jeunes en particuliers, de s’investir dans leurs projets, d’avoir une ambition personnelle, de développer leurs idées.

La fin annoncée, par ce budget 2013, du régime si particulier et novateur de l’auto-entrepreneur sonne le glas des chances de notre pays de trouver un nouveau Bill Gates ou un nouveau Steve Jobs et, bien plus grave encore, exacerbe la défiance envers toute initiative personnelle en France.

Pour les jeunes, on préfère générer des contrats de génération plutôt que de l’emploi. On préfère les emplois d’avenir qui condamnent ces jeunes à des emplois inadaptés au marché du travail à des emplois durables.

Quand une certaine presse de gauche demande aux riches et aux jeunes de se barrer, c’est l’exode des forces vives de notre pays qu’on organise méthodiquement.

Atlantico

Le casse-tête du portrait officiel du Président

14 mai 2012 1 commentaire

Quel photographe va être choisi pour la photo officielle du président François Hollande ?

Qui aura l’honneur d’immortaliser l’image du nouveau président de la République ? Une photo qui trônera dans les écoles, les mairies et les bâtiments officiels et dont le cliché devrait être pris dans les prochains jours. Si les photographes s’accordent à dire que c’est un portrait imposé ou trop académique à leur goût, tous ou presque voudraient le réaliser. Pour l’instant, aucune annonce n’a été faite, mais quelques noms circulent.

Ruet, Depardon, Chaumeil

Il y a celui de Stéphane Ruet, qui compte parmi les favoris. Le photographe est d’ailleurs en train de préparer un livre de photographies sur la campagne présidentielle François Hollande, Président avec Valérie Trierweiler. Il explique que ce portrait serait en quelque sorte « la cerise sur le gâteau ». Mais pour l’instant, il refuse de dire s’il a, ou non, été sollicité pour ce portrait.

On pense aussi à Raymond Depardon. Son travail a en effet récemment été exposé au siège de campagne du Parti socialiste, à l’initiative de Valérie Trierweiler.

Enfin la tâche pourrait être confiée à Marc Chaumeil, également auteur d’un recueil de clichés sur le candidat élu François Hollande, Président élu. Le photographe imagine pour sa part un portrait « différent » du candidat. « Pourquoi pas en noir et blanc », suggère-t-il, au micro d’Europe 1. « Mais je ne pense pas que ce soit jamais accepté », confie-t-il, invoquant la « modernité » qu’insufflent les clichés en couleur.

Un « gendarme-photographe »

A défaut d’être original, le candidat choisi devra faire vite. Philippe Warrin, auteur du cliché de Nicolas Sarkozy en 2007, raconte que la séance avait duré à peine 20 minutes. Mais à l’époque de Georges Pompidou c’était encore plus rapide. Et l’on regardait moins la forme. Preuve en est : à cette période, c’était un gendarme à l’Elysée qui était chargé de tirer le portrait des nouveaux élus.*

http://www.europe1.fr/France/Le-casse-tete-du-portrait-officiel-du-President-1076661/

Sarkozy a bénéficié d’un financement de 100 millions de dollars, et non de 50 millions de dollars

10 mai 2012 1 commentaire

Le président sortant français Nicolas Sarkozy a pris 100 millions de dollars à l’ex-leader libyen Mouammar Kadhafi pour le financement de sa campagne présidentielle de 2007, a déclaré mardi à Minsk le président biélorusse Alexandre Loukachenko.

« D’après ce que M.Kadhafi m’a dit lui-même lors de sa visite (à Minsk), M.Sarkozy a bénéficié d’un financement à hauteur de 100 millions de dollars, et non de 50 millions de dollars, pour sa campagne électorale de 2007 », a indiqué M.Loukachenko dans un message adressé au peuple et au parlement du pays.

Les documents qui prouveraient que les autorités libyennes avaient financé la campagne de Nicolas Sarkozy en 2007 sont au centre d’attention des médias français depuis un mois. M.Sarkozy a démenti ces allégations.

RIA Novosti

Sarkozy-Kadhafi : la preuve du financement

29 avril 2012 1 commentaire

Selon un document officiel libyen daté du 10 décembre 2006, le régime Kadhafi a décidé de débloquer une somme de 50 millions d’euros pour la campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy en 2007. Dans cette note que nous publions, Moussa Koussa, alors chef des services de renseignements extérieurs libyens, autorise le directeur de cabinet de Kadhafi, Bachir Saleh, à entreprendre les versements secrets. M. Koussa évoque dans ce document des réunions préparatoires avec Brice Hortefeux et l’intermédiaire Ziad Takieddine. « Ce document prouve qu’on est en présence d’une affaire d’Etat », confirme ce dernier à Mediapart.

 

https://i0.wp.com/nsa22.casimages.com/img/2012/04/28/120428041240877786.png

 

 

http://www.mediapart.fr/journal/international/280412/sarkozy-kadhafi-la-preuve-du-financement

Polémique Hollande/Sarkozy/Ramadan : le document exclusif!

Nicolas Sarkozy avait indiqué mercredi soir que l’intellectuel controversé avait appelé à soutenir le candidat PS ou « un parti qui serve l’Islam ». Tariq Ramadan a démenti. François Hollande a parlé de « mensonge ». Atlantico s’est procuré une note policière interne sur la réunion du 11 mars à Lyon.

Selon une note policière interne datée du vendredi 23 mars, intitulée « Mise en cause des lois de la République lors d’une conférence sur les thèmes « justice sociale, Palestine et islamophobie« , Tariq Ramadan, ainsi que Youssef Brakni du Parti des indigènes de la République et Marwan Muhammad du Collectif contre l’Islamophobie en France, ont appelé  » à voter pour François Hollande » ou  » pour un parti politique qui serve l’Islam ».

Selon la note, les propos ont été tenus à Lyon, dans le cadre du « Printemps des quartiers », dimanche 11 mars dernier, à l’occasion d’une réunion publique sur le thème : « Justice sociale, Palestine et islamophobie » organisée par diverses associations pro-palestiniennes.

La note décrit ainsi la réunion : « Un public d’un millier de personnes très majoritairement musulman, composé à parité d’hommes et de femmes dont la plupart étaient porteuses du voile traditionnel, a participé à cette réunion. Une seule femme était revêtue d’un niqab et une dizaine d’hommes arborait la tenue traditionnelle »

Elle précise : Youssef Brakni « a annoncé la création d’un groupe de résistance contre l’islamophobie en France, dont le but est de combattre le racisme à l’encontre de la communauté musulmane, en pleine phase d’expansion ». De son côté, toujours selon la note, Marwan Muhammad « a expliqué à l’assistance que ‘les récentes lois concernant le port du voile et la consommation de la viande hallal étaient islamophobes et créaient des torts à la communauté musulmane’. Son inquiétude concernait également la perception de la communauté musulmane et regrettait que ‘chaque musulman soit considéré comme un terroriste potentiel.' »

La note poursuit au sujet de Tariq Ramadan : « l’intellectuel islamologue et universitaire suisse très médiatique, est intervenu longuement et a regretté  » la stigmatisation des musulmans », déplorant que  » la France soit devenue le pays le plus raciste de l’Union européenne ». Il a par ailleurs encouragé les musulmans à un certain communautarisme ».

Selon la note, « plusieurs femmes voilées ont interpellé les intervenants à propos du port du voile ou de la pratique de leur religion et il leur a été conseillé de se rapprocher du ‘Comité Contre l’Islamophobie en France’ qui étudierait les dossiers au cas par cas. Des hommes portant des tee-shirts orange où était inscrit ‘Stop au Guantanamo Français’, ‘Soutien à Adlène Hicheur 902 jours d’emprisonnement sans jugement’ étaient présents dans la salle.

http://www.atlantico.fr/decryptage/document-exclusif-qui-montre-que-tariq-ramadan-avait-bien-appele-voter-pour-francois-hollande-343119.html

Ce document prouve que le prêcheur islamiste controversé Tariq Ramadan, a bien appelé à voter pour François Hollande, un candidat qui « sert l’Islam » selon des propos tenus lors d’une réunion publique à Lyon. Tariq Ramadan avait vivement démenti ce soutien public, tout comme François Hollande qui accusait Nicolas Sarkozy d’avoir inventé l’affaire.

Le tournant communautariste que prend la campagne socialiste se confirme très nettement. Après les piscines réservées aux femmes pendant le Ramadan, après le vote des étrangers, après les annonces (à peine masquées) de régularisations massives des sans-papiers, le candidat socialiste peut se targuer de compter dans ses rangs l’un des représentants de l’Islam radical les plus contestés d’Europe.

Et Tariq Ramadan, qui est régulièrement accusé de tenir un double discours selon qu’il se trouve en présence de jeunes musulmans (devant lesquels il prône un moratoire sur la lapidation des femmes adultères) ou devant les caméras de télévision, a fait du Tariq Ramadan. Devant ses fidèles, il a prêché le vote François Hollande qu’il juge plus compatible avec l’Islam que Nicolas Sarkozy, mais il a nié face aux caméras avoir tenu ces propos.

Manque de chance, le site Atlantico ressort une note policière qui démontre sans ambiguïté que Tariq Ramadan a bien clamé à ses ouailles d’aller voter François Hollande et de faire battre Nicolas Sarkozy. Un appel au vote pour un parti qui « serve l’Islam » qui est plus que dérangeant dans notre République laïque.

François Hollande qui avait également nié ce soutien et sous-entendu que Nicolas Sarkozy mentait sur ce sujet, devra tout de même rendre des comptes sur cet embarrassant soutien et sur ce mensonge éhonté… A moins qu’encore une fois, la meute médiatique ne relève pas les contradictions du candidat socialiste qui bénéficie depuis le début de la campagne d’un « permis de mentir » incroyable.

http://24heuresactu.com/2012/04/27/hollanderamadan-le-document-qui-prouve-leurs-mensonges/


Une majorité de pro-Sarkozy pour un accord avec le FN

Une large majorité des électeurs de Nicolas Sarkozy (64%) souhaitent un accord avec le Front national avant les élections législatives de juin, selon un baromètre OpinionWay-Fiducial pour Les Echos et Radio Classique. Selon cette enquête, diffusée mardi, ce scénario est toutefois rejeté par deux tiers de l’ensemble des Français (64%). Selon Bruno Jeanbart, d’OpinionWay, l’attitude des électeurs UMP est d’abord motivée par leur volonté de voir leur champion remporter la présidentielle, même s’il faut en passer par un rapprochement avec le parti de Marine Le Pen.

http://lci.tf1.fr/filnews/politique/sondage-une-majorite-de-pro-sarkozy-pour-un-accord-avec-le-fn-7189295.html

En majorité, l’électorat du candidat UMP se déclare favorable à un accord entre l’UMP et le Front National avant les élections législatives.

Un sondage d’OpinionWay Fiducial pour Les Echos et Radio Classique révele que 64% des électeurs de Nicolas Sarkozy sont favorables à un tel accord.
Cette proportion élevée s’expliquerait par la volonté de l’électorat UMP de voir son candidat gagner à tout prix, selon le directeur des études politiques et d’opinion d’OpinionWay Bruno Jeanbart.
 Il y voit aussi le « signe que cette alliance n’est plus un sujet tabou », que « Marine Le Pen a réussi à modifier l’image du FN », et que « l’électorat de droite traditionnelle s’est radicalisé ».
Cependant, les électeurs de Marine Le Pen ne partagent pas le point de vue des sympathisants UMP : ils sont eux 41% à refuser une telle alliance, un « indicateur de la difficulté de la tâche de Nicolas Sarkozy pour convaincre ces électeurs », selon OpinionWay.

Nicolas Sarkozy, une chance pour la France! ( Le bilan économique en 10 chiffres)

%d blogueurs aiment cette page :